Blessing * est arrivée en Europe avec la promesse d’être embauchée comme coiffeuse. Mais après avoir été battue pendant dix jours et avoir reçu des menaces de violences contre sa famille restée au pays, elle a été contrainte de se prostituer.

Représentation d’esclaves en captivité dans l’Égypte antique.

Blessing devait gagner 200 à 300 euros par nuit pour rembourser une dette que la tenancière de la maison de prostitution avait fixée à plus de 40 000 euros. « J’ai souvent pensé à m’échapper, explique Blessing, mais j’étais effrayée à l’idée de ce qu’ils pourraient faire à ma famille. J’étais prise au piège. » L’histoire de Blessing ressemble beaucoup à celles des quelque quatre millions de personnes dans le monde exploitées par l’industrie du sexe.

Il y a près de 4 000 ans, un adolescent nommé Joseph a été vendu par ses frères. Il est par la suite devenu esclave d’une famille égyptienne en vue. Contrairement à Blessing, au début, Joseph n’a pas été maltraité par son propriétaire. Mais après avoir rejeté les avances de la femme de son maître, il a été injustement accusé de tentative de viol. Il a été jeté en prison et mis aux fers (Genèse 39:1-20 ; Psaume 105:17, 18).

Joseph était un esclave de l’Antiquité ; Blessing est une esclave du XXIsiècle. Mais tous deux ont été victimes du trafic d’êtres humains, une pratique très ancienne où les personnes sont traitées comme de la marchandise et où il n’y a que le profit qui compte.

UN COMMERCE FAVORISÉ PAR LA GUERRE

La guerre s’est révélée être le moyen le plus facile pour les nations d’acquérir des esclaves. Le roi d’Égypte Thoutmosis III aurait ramené 90 000 prisonniers d’une campagne militaire en Canaan. Les prisonniers étaient alors réduits à l’état d’esclaves pour travailler dans des mines, construire des temples et creuser des canaux.

Sous l’Empire romain, les guerres fournissaient  des esclaves en abondance ; et la demande d’esclaves a parfois mené à la guerre. On estime qu’au Ier siècle, les esclaves représentaient près de la moitié de la population de Rome. Beaucoup d’esclaves égyptiens et romains étaient durement exploités. L’espérance de vie des esclaves travaillant dans les mines romaines, par exemple, n’était que d’une trentaine d’années.

L’esclavage ne s’est pas adouci avec le temps. Du XVIe au XIXsiècle, la traite des esclaves entre l’Afrique et les Amériques était l’un des commerces les plus lucratifs de la planète. Selon un rapport de l’Unesco, entre 25 et 30 millions d’hommes, de femmes et d’enfants auraient ainsi été enlevés et vendus. Des centaines de milliers d’esclaves auraient perdu la vie durant la traversée de l’Atlantique. Olaudah Equiano, l’un des rescapés, a raconté : « Les hurlements des femmes et les gémissements de ceux qui agonisaient rendaient toute cette scène d’horreur presque inconcevable. »

Malheureusement, les horreurs de l’esclavage n’appartiennent pas qu’au passé. Selon l’Organisation internationale du travail, quelque 21 millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont encore esclaves, forcés à travailler tout en étant peu ou pas rémunérés. Les esclaves modernes travaillent dans des mines, des ateliers textiles, des fabriques de briques, des maisons de prostitution ou encore chez des particuliers. Bien qu’illégal, ce type d’esclavage semble prendre de l’ampleur.

Des millions de personnes subissent encore l’esclavage.

LA POURSUITE DE LA LIBERTÉ

Les traitements cruels qui leur étaient infligés ont amené beaucoup d’esclaves à combattre pour la liberté. Au Ier siècle avant notre ère, le gladiateur Spartacus et quelque 100 000 esclaves se sont soulevés sans succès contre Rome. Au XVIIIsiècle, des esclaves d’Hispaniola, une île des Antilles, se sont révoltés contre leurs maîtres. Les traitements effroyables qu’ils ont subis dans les plantations de canne à sucre ont déclenché une guerre civile qui a duré 13 longues années et qui a abouti à la formation de l’État indépendant d’Haïti en 1804.

Toutefois, l’Exode, la sortie des Israélites d’Égypte, constitue certainement la libération de l’esclavage la plus remarquable de toute l’Histoire. C’est peut-être trois millions d’esclaves qui ont ainsi été libérés, soit une nation entière ! Ils méritaient de toute évidence leur liberté. La Bible dit qu’en Égypte, ils vivaient « sous la tyrannie », subissant « toutes les formes d’esclavage » (Exode 1:11-14). Dans le but de maîtriser l’accroissement de la population israélite, un pharaon avait même ordonné  l’exécution systématique de nouveau-nés (Exode 1:8-22).

La façon dont les Israélites ont été délivrés des traitements injustes qu’ils subissaient en Égypte était unique en son genre, car c’est Dieu lui-même qui est intervenu. « Je connais bien les douleurs qu’ils subissent, a dit Dieu à Moïse. Aussi je descends pour les délivrer » (Exode 3:7, 8). Aujourd’hui encore, les juifs célèbrent la Pâque chaque année pour commémorer cet évènement (Exode 12:14).

L’ABOLITION DÉFINITIVE DE L’ESCLAVAGE

« Il n’y a [pas d’injustice] chez Jéhovah notre Dieu », dit la Bible ; et elle nous assure qu’il ne change pas (2 Chroniques 19:7 ; Malaki 3:6). Dieu a envoyé Jésus « pour prêcher aux captifs la libération » et « pour renvoyer en liberté les écrasés » (Luc 4:18). Est-il question ici de libérer les gens de l’esclavage au sens propre ? Apparemment non. Jésus a été envoyé pour libérer les gens de l’esclavage du péché et de la mort. Il a d’ailleurs déclaré : « La vérité vous libérera » (Jean 8:32). Aujourd’hui encore, la vérité que Jésus a enseignée libère les gens de nombreuses façons (voir l’encadré «  Libéré d’une autre forme d’esclavage »).

Dieu a aidé Joseph et Blessing à sortir de l’esclavage de manières différentes. Vous pouvez trouver l’extraordinaire histoire de Joseph, dans la Bible, aux chapitres 39 à 41 du livre de la Genèse. La quête de Blessing pour retrouver la liberté est tout aussi remarquable.

Après avoir été expulsée d’un pays d’Europe, Blessing est allée en Espagne. Elle y a rencontré des Témoins de Jéhovah et a commencé à étudier la Bible avec eux. Déterminée à remettre de l’ordre dans sa vie, elle a obtenu un emploi et a convaincu son ancienne tenancière de diminuer le montant de ses remboursements mensuels. Un jour, Blessing a reçu un coup de fil surprenant. C’était la tenancière qui voulait annuler la dette de Blessing et souhaitait lui demander pardon ! Que s’était-il passé ? Elle aussi avait commencé à étudier la Bible avec les Témoins ! « La vérité vous libère de façon incroyable ! » s’exclame Blessing.

Jéhovah était peiné des mauvais traitements subis par les esclaves israélites en Égypte ; aujourd’hui, il ressent sans conteste la même chose en voyant des injustices semblables se produire. En réalité, l’abolition de toutes les formes d’esclavage nécessite un énorme changement de la société humaine. Mais Dieu promet précisément d’apporter un tel changement. « Nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, et dans ceux-ci habitera la justice » (2 Pierre 3:13).

^ § 2 Le prénom a été changé.