« La foi est [...] la preuve convaincante de réalités que pourtant on ne voit pas » (HÉB. 11:1, note).

CANTIQUES : 54, 125

1. Comment devrions-​nous considérer la foi ?

LA FOI est une qualité précieuse. Tous les humains ne la possèdent pas (2 Thess. 3:2). Mais Jéhovah donne une « mesure de foi » à chacun de ses adorateurs (Rom. 12:3 ; Gal. 5:22). Tous ceux qui ont la foi devraient lui en être très reconnaissants.

2, 3. a) Quelles bénédictions reçoit celui qui a la foi ? b) À quelles questions allons-​nous répondre ?

2 Comme l’a dit Jésus Christ, Jéhovah attire à lui des humains par l’intermédiaire de son Fils (Jean 6:44, 65). La foi en Jésus leur permet d’obtenir le pardon de leurs péchés, ce qui leur ouvre la perspective d’entretenir une relation éternelle avec Jéhovah (Rom. 6:23). Qu’avons-​nous fait pour mériter cette bénédiction extraordinaire ? Étant pécheurs, tout ce que nous méritons, c’est la mort (Ps. 103:10). Mais Jéhovah a vu en nous la capacité à faire le bien. Par faveur  imméritée, il a ouvert notre cœur à la bonne nouvelle. Nous avons alors commencé à exercer la foi en Jésus, avec l’espoir de vivre éternellement (lire 1 Jean 4:9, 10).

3 Mais qu’est-​ce au juste que la foi ? Une simple compréhension intellectuelle des bénédictions que Dieu nous réserve ? Plus important encore, de quelles façons devons-​nous exercer notre foi ?

« EXERCE LA FOI DANS TON CŒUR »

4. Explique pourquoi la foi est plus qu’une démarche intellectuelle.

4 La foi est bien plus qu’une compréhension intellectuelle du dessein de Dieu. C’est une force puissante qui motive à agir conformément à sa volonté. La foi dans le moyen de salut prévu par Dieu pousse le croyant à communiquer la bonne nouvelle. L’apôtre Paul a expliqué : « Si tu déclares publiquement cette “parole dans ta bouche même”, que Jésus est Seigneur, et si tu exerces la foi dans ton cœur que Dieu l’a relevé d’entre les morts, tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur qu’on exerce la foi pour la justice, mais c’est avec la bouche qu’on fait la déclaration publique pour le salut » (Rom. 10:9, 10 ; 2 Cor. 4:13).

5. a) Pourquoi la foi est-​elle si importante ? b) Comment garder une foi forte ? Donne un exemple.

5 Il est clair que pour espérer vivre éternellement dans le monde nouveau de Dieu, il nous faut avoir la foi, et la garder forte. Tout comme une plante a besoin d’eau, notre foi a besoin d’être nourrie. Contrairement à une plante artificielle, une vraie plante ne cesse de changer. Si elle manque d’eau, elle se flétrit, mais si elle est régulièrement arrosée, elle prospère. Privée d’eau, une plante jusque-​là robuste finira par mourir. Il en va de même pour notre foi. Si nous la négligeons, elle se flétrira et mourra (Luc 22:32 ; Héb. 3:12). Par contre, si nous l’entretenons, elle restera vivante et continuera d’« augmente[r] ». Nous serons « robustes dans la foi » (2 Thess. 1:3 ; Tite 2:2).

LA DÉFINITION BIBLIQUE DE LA FOI

6. Quels sont les deux éléments de la définition de la foi en Hébreux 11:1 ?

6 La Bible définit la foi en Hébreux 11:1 (lire). La foi porte sur deux sortes de choses que nous ne voyons pas : 1) des « choses qu’on espère », qui comprennent les évènements que Dieu a promis mais qui ne sont pas encore arrivés, comme la fin de la méchanceté et la venue du monde nouveau ; 2) des « réalités que pourtant on ne voit pas ». Dans ce contexte, le terme grec traduit par « démonstration évidente » désigne la « preuve convaincante » d’une réalité invisible, comme l’existence de Jéhovah Dieu, de Jésus Christ et des anges, et les activités du Royaume céleste (Héb. 11:3). Comment montrer que notre espérance est vivante et que nous croyons aux choses invisibles mentionnées dans la Parole de Dieu ? Par nos paroles et nos actions, sans lesquelles notre foi serait incomplète.

7. Comment l’exemple de Noé nous aide-​t-​il à comprendre ce que signifie avoir la foi ? (voir illustration du titre).

7 Hébreux 11:7 met en valeur la foi de Noé, qui, « après avoir été divinement averti de choses qu’on ne voyait pas encore, a montré une crainte de Dieu et a construit une arche pour sauver sa maisonnée ». Noé a exercé sa foi en construisant une immense arche. Ses voisins ont dû lui demander pourquoi il entreprenait une construction aussi colossale. Noé a-​t-​il gardé le silence, ou leur  a-​t-​il dit de s’occuper de leurs affaires ? Sûrement pas ! Sa foi l’a incité à prêcher hardiment et à avertir ses contemporains du jugement imminent de Dieu. Il leur a très probablement répété mot pour mot ce que Jéhovah lui avait dit : « La fin de toute chair est venue devant moi, car la terre est pleine de violence à cause d’eux [...]. Voici que j’amène le déluge des eaux sur la terre, pour ravager de dessous les cieux toute chair dans laquelle la force de vie est en action. Tout ce qui est sur la terre expirera. » Noé a certainement fait savoir à ses semblables quel était le seul moyen d’être sauvés, en répétant l’ordre de Dieu : « Tu devras entrer dans l’arche. » Ainsi, Noé a aussi exercé sa foi en étant un « prédicateur de justice » (Gen. 6:13, 17, 18 ; 2 Pierre 2:5).

8. Qu’a expliqué le disciple Jacques au sujet de la vraie foi ?

8 La lettre de Jacques a sans doute été rédigée peu après que l’apôtre Paul a donné sous inspiration la définition de la foi. Comme Paul, Jacques a expliqué que la vraie foi ne consiste pas seulement à croire ; elle implique des actions. « Montre-​moi ta foi en dehors des œuvres, a écrit Jacques, et moi je te montrerai ma foi par mes œuvres » (Jacq.  2:18). Il souligne ensuite la nette différence entre la simple croyance et l’exercice de la foi. Les démons croient que Dieu existe, mais ils n’ont pas la vraie foi. Ils s’opposent au contraire à la réalisation des desseins de Dieu (Jacq. 2:19, 20). Jacques a écrit en revanche au sujet d’un homme de foi du passé : « Abraham notre père n’a-​t-​il pas été déclaré juste par des œuvres après avoir offert Isaac son fils sur l’autel ? Tu vois que sa foi travaillait avec ses œuvres et que par ses œuvres sa foi a été rendue parfaite. » Puis, pour appuyer l’idée que la foi doit se manifester par des œuvres, il a ajouté : « Comme le corps sans esprit est mort, de même aussi la foi sans œuvres est morte » (Jacq. 2:21-23, 26).

9, 10. Comment l’apôtre Jean nous aide-​t-​il à comprendre l’importance d’exercer notre foi ?

9 Plus de 30 ans après, l’apôtre Jean a écrit son Évangile et ses trois lettres. Saisissait-​il toute la profondeur de ce qu’est la vraie foi, comme les autres rédacteurs bibliques qui en avaient parlé ? En fait, Jean est celui qui a le plus souvent employé le verbe grec parfois rendu par « exercer la foi ».

10 Il a par exemple expliqué : « Celui qui exerce la foi dans le Fils a la vie éternelle ; celui qui désobéit au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3:36). La foi doit se manifester par l’obéissance aux commandements de Jésus. Jean a souvent cité les paroles de Jésus montrant l’importance d’exercer la foi, ce qui suppose un processus continu (Jean 3:16 ; 6:29, 40 ; 11:25, 26 ; 14:1, 12).

11. Comment montrer que nous sommes reconnaissants de connaître la vérité ?

11 Comme nous devrions être reconnaissants à Jéhovah de nous avoir, par son esprit saint, révélé la vérité et permis d’exercer la foi dans la bonne nouvelle ! (lire Luc 10:21). Nous ne devrions jamais cesser de remercier Jéhovah de nous avoir attirés à lui par l’intermédiaire de son Fils, « l’Agent principal de notre foi et Celui qui la porte à la perfection » (Héb. 12:2). Afin de manifester notre gratitude pour cette faveur imméritée, continuons de fortifier notre foi par la prière et l’étude de la Parole de Dieu (Éph. 6:18 ; 1 Pierre 2:2).

Exerce ta foi en communiquant la bonne nouvelle en toute occasion (voir paragraphe 12).

12. De quelles façons devons-​nous exercer notre foi ?

12 Il nous faut continuer d’exercer notre foi dans les promesses de Jéhovah, et cela doit être manifeste. Ainsi, nous continuons de prêcher le Royaume de Dieu et de faire des disciples. Nous continuons aussi à pratiquer « envers tous ce qui est bon, mais surtout envers ceux qui nous sont apparentés dans la foi » (Gal. 6:10). De plus, nous faisons tout pour « [nous] dépouille[r] de la vieille personnalité avec ses pratiques », afin de nous protéger de tout ce qui pourrait nous affaiblir spirituellement (Col. 3:5, 8-10).

LA FOI EN DIEU FAIT PARTIE DE NOTRE FONDEMENT

13. a) Quelle est l’importance de la « foi envers Dieu » ? b) À quoi la foi est-​elle comparée, et pourquoi ?

13 « Sans la foi, déclare la Bible, il est impossible de [...] plaire [à Dieu], car celui qui s’avance vers Dieu doit croire qu’il est [ou : existe], et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement » (Héb. 11:6). Selon les Écritures, la « foi envers Dieu » fait partie du « fondement » nécessaire pour devenir un vrai chrétien et le rester (Héb. 6:1). Sur ce fondement, les chrétiens doivent « fourni[r] à [leur] foi » d’autres qualités importantes afin de « [se]  garde[r] dans l’amour de Dieu » (lire 2 Pierre 1:5-7 ; Jude 20, 21).

14, 15. Quelle est l’importance de la foi par rapport à l’amour ?

14 Les rédacteurs chrétiens de la Bible ont souligné l’importance de la foi en mentionnant cette qualité à des centaines de reprises — soit plus qu’aucune autre. Cela signifie-​t-​il que c’est la qualité la plus importante pour le chrétien ?

15 Mettant en rapport la foi et l’amour, Paul a écrit : « Si j’ai toute la foi de manière à transporter des montagnes, mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis rien » (1 Cor. 13:2). Dans sa réponse à la question : « Quel est le plus grand commandement dans la Loi ? », Jésus a fait ressortir l’importance capitale de l’amour pour Dieu (Mat. 22:35-40). L’amour englobe de nombreuses qualités essentielles, dont la foi. « L’amour », dit la Bible, « croit tout ». Il a foi en ce que Dieu a déclaré dans sa Parole de vérité (1 Cor. 13:4, 7).

16, 17. a) Comment la foi et l’amour sont-​ils associés dans les Écritures ? b) Quelle qualité est la plus grande des deux, et pourquoi ?

16 De par leur importance, la foi et l’amour ont à maintes reprises été mentionnées ensemble par les rédacteurs chrétiens de la Bible, souvent dans la même phrase ou expression. Paul a exhorté ses frères à « port[er] la cuirasse de la foi et de l’amour » (1 Thess. 5:8). Pierre a écrit : « Bien que vous [n]’ayez jamais vu [Jésus], vous l’aimez. Bien que vous ne le voyiez pas à présent, vous exercez cependant la foi en lui » (1 Pierre 1:8). Jacques a fait remarquer à ses frères oints : « C’est Dieu, n’est-​ce pas, qui a choisi ceux qui sont pauvres quant au monde pour qu’ils soient riches en foi et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment » (Jacq. 2:5). Jean a écrit : « Voici [le] commandement [de Dieu] : que nous ayons foi dans le nom de son Fils Jésus Christ et que nous nous aimions les uns les autres » (1 Jean 3:23).

17 Même si la foi est essentielle, certains de ses aspects disparaîtront quand nous verrons s’accomplir les promesses de Dieu et que notre espérance sera devenue réalité. Par contre, nous aurons toujours besoin de grandir en amour pour Dieu et notre prochain. C’est pourquoi Paul a écrit : « Maintenant, cependant, demeurent la foi, l’espérance, l’amour, ces trois-​là ; mais le plus grand de ces trois, c’est l’amour » (1 Cor. 13:13).

LE PUISSANT EFFET DE LA FOI

18, 19. a) Quel puissant résultat la foi produit-​elle aujourd’hui ? b) Qui mérite nos louanges pour cela ?

18 De nos jours, les serviteurs de Jéhovah exercent la foi dans son Royaume établi. Cela produit un paradis spirituel mondial de plus de huit millions d’habitants, où abonde le fruit de l’esprit de Dieu (Gal. 5:22, 23). La foi et l’amour véritables ont vraiment un effet puissant !

19 Aucun humain ne peut s’en attribuer le mérite : c’est l’œuvre extraordinaire de notre Dieu. Elle est pour lui « une gloire, un signe perpétuel, qui ne sera jamais retranché » (Is. 55:13, Ostervald). Sans conteste, être « sauvés par le moyen de la foi » est un « don de Dieu » (Éph. 2:8). Notre paradis spirituel continuera de s’étendre et de prospérer jusqu’à ce que la terre entière soit remplie d’humains parfaits, justes et heureux, à la louange éternelle du nom de Jéhovah. Continuons donc d’exercer notre foi dans ses promesses !