« Dans mon cœur j’ai conservé avec soin ta parole » (PS. 119:11).

CANTIQUES : 142, 92

1-3. a) Quelle que soit notre situation, quelle doit être notre priorité ? b) Quelles difficultés ceux qui apprennent une langue rencontrent-​ils, et quelles questions cela soulève-​t-​il ? (voir illustration du titre).

DES milliers de Témoins de Jéhovah participent actuellement à la réalisation de la vision dans laquelle la bonne nouvelle est annoncée « à toute nation, et tribu, et langue, et peuple » (Rév. 14:6). Es-​tu de ceux qui apprennent une autre langue ? Peut-être que tu es missionnaire ou proclamateur servant de renfort à l’étranger, ou que tu assistes depuis peu aux réunions d’une congrégation de langue étrangère dans ton pays.

2 Tous les serviteurs de Dieu doivent donner la priorité à leur santé spirituelle et à celle de leur famille (Mat. 5:3). Mais un emploi du temps chargé nous empêche parfois d’avoir une étude individuelle profonde. Et ceux qui servent dans une congrégation de langue étrangère rencontrent d’autres difficultés encore.

3 Les proclamateurs appartenant à une congrégation de langue étrangère ne doivent pas seulement apprendre une nouvelle langue ; ils doivent aussi avoir soin d’absorber régulièrement  une nourriture spirituelle solide (1 Cor. 2:10). Comment peuvent-​ils y arriver s’ils ne maîtrisent pas la langue de leur congrégation ? Par ailleurs, pourquoi les parents doivent-​ils veiller à ce que la Parole de Dieu touche le cœur de leurs enfants ?

UNE MENACE POUR LA SANTÉ SPIRITUELLE

4. Qu’est-​ce qui pourrait menacer notre spiritualité ? Donne un exemple.

4 Ne pas comprendre la Parole de Dieu dans la langue de notre congrégation peut représenter une menace réelle pour notre santé spirituelle. Au Vsiècle av. n. è., Nehémia s’est inquiété lorsqu’il a appris que certains enfants des Juifs revenus de Babylone ne parlaient pas l’hébreu (lire Nehémia 13:23, 24). En fait, ces enfants étaient en train de perdre leur identité de serviteurs de Dieu parce qu’ils ne saisissaient pas pleinement le sens de sa Parole (Neh. 8:2, 8).

5, 6. a) De quoi se sont rendu compte certains parents servant dans une congrégation de langue étrangère ? b) Quelles sont les raisons de ce problème ?

5 Certains parents servant dans une congrégation de langue étrangère se sont rendu compte que l’intérêt de leurs enfants pour la vérité diminuait. Ne comprenant pas très bien ce qui se disait aux réunions, les enfants n’étaient pas vraiment touchés par le programme spirituel présenté. Pedro [1], qui a quitté l’Amérique du Sud pour s’installer en Australie avec sa famille, déclare : « Lorsqu’on parle de sujets spirituels, le cœur et les sentiments doivent être impliqués » (Luc 24:32).

6 Quand nous lisons dans une langue étrangère, notre cœur peut ne pas être aussi touché que si c’était dans notre propre langue. De plus, il peut être épuisant mentalement et spirituellement de ne pas arriver à bien communiquer dans cette langue. C’est pourquoi, tout en gardant notre désir de servir Jéhovah dans une congrégation de langue étrangère, veillons à protéger notre santé spirituelle (Mat. 4:4).

ILS ONT PROTÉGÉ LEUR SANTÉ SPIRITUELLE

7. Comment les Babyloniens ont-​ils cherché à intégrer Daniel à leur culture et à leur religion ?

7 Quand Daniel et ses compagnons ont été emmenés en exil, les Babyloniens ont cherché à les intégrer à leur culture en leur enseignant « la langue des Chaldéens ». En outre, le fonctionnaire de cour chargé de leur formation leur a attribué des noms babyloniens (Dan. 1:3-7). Celui donné à Daniel faisait référence à Bel, principale divinité de Babylone. Sans doute que le roi Neboukadnetsar voulait ainsi lui donner à penser que son Dieu, Jéhovah, avait été assujetti par le dieu de Babylone (Dan. 4:8).

8. Qu’est-​ce qui a permis à Daniel d’entretenir sa santé spirituelle tout en vivant dans un pays étranger ?

8 Daniel s’est vu offrir les mets délicats du roi, mais il « résolut dans son cœur de ne pas se souiller » (Dan. 1:8). En continuant d’étudier « les livres [sacrés] » dans sa langue maternelle, il a entretenu sa santé spirituelle tout en vivant dans un pays étranger (Dan. 9:2). C’est ainsi que 70 ans après son arrivée à Babylone, on le connaissait encore sous son nom hébreu (Dan. 5:13).

9. Quel effet la Parole de Dieu a-​t-​elle eu sur le rédacteur du Psaume 119, comme cela ressort de ce qu’il a écrit ?

9 Le rédacteur du Psaume 119 a puisé dans la Parole de Dieu la force d’être différent. Il a dû supporter l’attitude méprisante de certains membres de la cour royale (Ps. 119:23, 61). Mais il a laissé les déclarations de Dieu le toucher au plus profond (lire Psaume 119:11, 46).

 ENTRETIENS TA SANTÉ SPIRITUELLE

10, 11. a) Avec quel objectif devons-​nous étudier la Parole de Dieu ? b) Comment pouvons-​nous atteindre notre objectif ? Donne un exemple.

10 Même si nous sommes très pris par nos responsabilités théocratiques et profanes, nous avons tous besoin de nous réserver du temps pour l’étude individuelle et le culte familial (Éph. 5:15, 16). Mais notre objectif ne devrait pas être seulement de parcourir un certain nombre de pages ou de préparer des commentaires pour les réunions. Nous devons laisser la Parole de Dieu toucher notre cœur et fortifier notre foi.

11 Pour atteindre cet objectif lors de notre étude, nous devons trouver l’équilibre entre penser aux besoins spirituels des autres et réfléchir à nos propres besoins (Phil. 1:9, 10). Reconnaissons-​le, lorsque nous nous préparons pour la prédication, les réunions ou un exposé, nous ne nous appliquons pas forcément à nous-​mêmes ce que nous lisons. Illustrons : Même si un chef cuisinier doit goûter ses plats avant de les servir, cela ne suffit pas à le nourrir. S’il veut rester en bonne santé, il doit se préparer des repas nutritifs. Pareillement, nous devons nous efforcer d’absorber une nourriture spirituelle qui comble nos besoins personnels.

12, 13. Pourquoi beaucoup de ceux qui appartiennent à une congrégation de langue étrangère trouvent-​ils bénéfique d’étudier régulièrement dans leur langue maternelle ?

12 Beaucoup de ceux qui appartiennent à une congrégation de langue étrangère trouvent bénéfique d’étudier régulièrement la Bible dans la langue « dans laquelle [ils] s[ont] nés » (Actes 2:8). Même des missionnaires reconnaissent que pour rester forts spirituellement dans leur territoire à l’étranger, ils ne peuvent pas compter uniquement sur leur compréhension rudimentaire de la nourriture spirituelle dispensée aux réunions.

 13 Alain, qui apprend le persan depuis environ huit ans, admet : « Quand je prépare les réunions en persan, j’ai tendance à me concentrer sur la langue elle-​même. Étant donné que mon esprit est plutôt impliqué dans un exercice intellectuel, mon cœur n’est pas nécessairement touché par les pensées spirituelles. Voilà pourquoi je m’efforce d’étudier régulièrement la Bible et les autres publications dans ma langue maternelle. »

TOUCHE LE CŒUR DE TON ENFANT

14. À quoi les parents doivent-​ils veiller, et pourquoi ?

14 Les parents doivent veiller à ce que la Parole de Dieu touche progressivement l’esprit et le cœur de leurs enfants. Après avoir soutenu une congrégation de langue étrangère pendant plus de trois ans, Serge et Muriel ont remarqué que leur fils de 17 ans ne trouvait plus de joie dans les activités théocratiques. « Cela l’irritait d’aller prêcher dans une autre langue, alors qu’auparavant il aimait prêcher en français, sa langue maternelle », dit Muriel. « Quand nous avons pris conscience que cette situation avait freiné ses progrès spirituels, explique Serge, nous avons décidé de retourner dans notre congrégation d’origine. »

Fais en sorte que la vérité touche le cœur de ton enfant (voir paragraphes 14, 15).

15. a) Quels facteurs peuvent inciter des parents à retourner dans une congrégation où l’on parle la langue que leurs enfants comprennent le mieux ? b) Quelle recommandation Deutéronome 6:5-7 donne-​t-​il aux parents ?

15 Quels facteurs peuvent inciter des parents à retourner dans une congrégation où l’on parle la langue que leurs enfants comprennent le mieux ? D’une part, ils doivent déterminer s’ils ont réellement le temps et l’énergie nécessaires pour inculquer à leurs enfants l’amour de Jéhovah tout en leur apprenant une langue étrangère. D’autre part, ils ont peut-être remarqué chez leurs enfants un manque d’intérêt pour les activités spirituelles ou pour le territoire de langue étrangère où ils servent. Dans un tel cas, ils pourraient envisager de retourner dans une congrégation où l’on parle la langue que leurs enfants comprennent le mieux, jusqu’à ce que ceux-ci prennent fermement position pour la vérité (lire Deutéronome 6:5-7).

16, 17. Comment certains parents apportent-​ils une formation spirituelle à leurs enfants tout en soutenant une congrégation de langue étrangère ?

16 D’un autre côté, certains parents ont trouvé des moyens d’enseigner la vérité à leurs enfants dans leur langue maternelle tout en assistant aux réunions d’une congrégation ou d’un groupe de langue étrangère. Charles, père de trois filles âgées de 9 à 13 ans, fait partie d’un groupe lingala. Il raconte : « Nous avons décidé de tenir l’étude individuelle des enfants et le culte familial dans leur langue maternelle. Nous intégrons aussi des séances d’exercice et des jeux en lingala pour les aider à apprendre la langue tout en s’amusant. »

Fais l’effort d’apprendre la langue locale et de participer aux réunions (voir paragraphes 16, 17).

17 Kevin, père de deux filles de cinq et huit ans, a pris des mesures pour compenser ce qu’elles ne comprennent pas aux réunions, qui se tiennent en langue étrangère. Il explique : « Ma femme et moi dirigeons chacun une étude individuelle avec elles en français, leur langue maternelle. Nous nous sommes aussi fixé l’objectif d’assister une fois par mois à une réunion en langue française. Nous profitons également de la période des vacances pour assister à une assemblée dans notre langue. »

18. a) Quel principe contenu en Romains 15:1, 2 peut t’aider à déterminer ce qui sera le mieux pour ton enfant ? b) Quelles suggestions certains parents font-​ils ? (voir la note).

18 Évidemment, c’est à chaque famille de décider ce qui sera le mieux pour la santé spirituelle des enfants [2] (Gal. 6:5). Muriel, déjà citée, reconnaît que son mari et elle ont dû renoncer à leurs préférences  pour le bien de leur fils (lire Romains 15:1, 2). Avec le recul, Serge pense qu’ils ont pris la bonne décision : « À partir du moment où nous sommes retournés dans une congrégation d’expression française, notre fils a commencé à s’épanouir spirituellement. Par la suite, il s’est fait baptiser. Aujourd’hui, il est pionnier permanent. Il envisage même de retourner dans un groupe de langue étrangère ! »

FAIS PÉNÉTRER LA PAROLE DE DIEU DANS TON CŒUR

19, 20. Comment montrer que nous aimons la Parole de Dieu ?

19 Par amour, Jéhovah a fait en sorte que sa Parole, la Bible, soit disponible dans des centaines de langues pour que « toutes sortes d’hommes [...] parviennent à une connaissance exacte de la vérité » (1 Tim. 2:4). Jéhovah sait que les humains sont mieux à même de combler leur besoin de spiritualité lorsqu’ils lisent ses pensées dans la langue de leur cœur.

20 Quelle que soit notre situation, soyons déterminés à absorber une nourriture spirituelle solide. En étudiant régulièrement les Écritures dans la langue de notre cœur, nous entretiendrons notre santé spirituelle et celle de notre famille, et nous montrerons que nous aimons profondément la Parole de Dieu (Ps. 119:11).

^ [1] (paragraphe 5) Les prénoms ont été changés.

^ [2] (paragraphe 18) Pour un examen des principes bibliques qui peuvent aider ta famille, voir l’article « Élever des enfants à l’étranger : difficile mais enrichissant », paru dans notre numéro du 15 octobre 2002.