« Si vous avez quelque parole d’encouragement pour le peuple, dites-la » (ACTES 13:15).

CANTIQUES : 121, 45

1, 2. Explique pourquoi les encouragements sont importants.

« MES parents ne m’encouragent presque jamais. Ils me font beaucoup de reproches. Et ils peuvent avoir des mots très blessants, dit Cristina, 18 ans [1]. Ils me disent que je suis immature, que je suis incorrigible et que je suis grosse. Je pleure souvent, et je préfère ne pas leur parler. Je me sens nulle. » Comme le manque d’encouragements peut être dévastateur !

2 À l’inverse, les encouragements ont un effet bénéfique. « Je me bats contre un sentiment d’inutilité depuis de nombreuses années, dit Rubén. Une fois, j’ai prêché avec un ancien qui s’est rendu compte que je n’allais pas bien. Avec compassion, il m’a écouté exprimer mes sentiments. Ensuite, il m’a rappelé ce que je faisais de bien. Il m’a aussi rappelé ces paroles de Jésus : chacun de nous vaut plus que beaucoup de moineaux. Je repense souvent à ce verset et il me touche toujours autant. Les paroles de cet ancien ont changé beaucoup de choses » (Mat. 10:31).

3. a) Qu’a dit l’apôtre Paul au sujet des encouragements ? b) Qu’allons-nous examiner dans cet article ?

3 Il n’est pas étonnant que la Bible souligne la nécessité d’encourager régulièrement. L’apôtre Paul a écrit aux chrétiens  hébreux : « Prenez garde, frères, de peur qu’il ne se forme en quelqu’un de vous un cœur méchant qui manque de foi en s’éloignant du Dieu vivant ; mais continuez à vous exhorter [ou : encourager] mutuellement chaque jour, [...] de peur que quelqu’un de vous ne s’endurcisse par le pouvoir trompeur du péché » (Héb. 3:12, 13). Tu comprendras l’importance de l’invitation à s’encourager les uns les autres si tu te rappelles une occasion où des paroles t’ont remonté le moral. Aussi examinons ces questions : Pourquoi les encouragements sont-ils indispensables ? Que nous enseigne la façon dont Jéhovah, Jésus et Paul ont encouragé les autres ? Comment donner des encouragements efficaces ?

NOUS AVONS TOUS BESOIN D’ENCOURAGEMENTS

4. a) Qui a besoin d’être encouragé ? b) Pourquoi les encouragements sont-ils rares aujourd’hui ?

4 Nous avons tous besoin d’être encouragés. C’est particulièrement vrai des enfants. « Les enfants [...] ont besoin d’encouragements comme les plantes ont besoin d’eau », explique l’éducateur Timothy Evans. « Avec des encouragements, un enfant se sent valorisé et apprécié. » Mais nous vivons des temps critiques : les gens sont égoïstes, l’affection naturelle se fait rare et les encouragements aussi (2 Tim. 3:1-5). Certains parents ne félicitent pas leurs enfants parce qu’ils n’ont jamais reçu d’encouragements de leurs propres parents. Et beaucoup d’employés en manque de félicitations déplorent une pénurie chronique d’encouragements sur le lieu de travail.

5. Que veut dire encourager ?

5 Encourager, c’est notamment féliciter quelqu’un pour une chose qu’il a bien faite. C’est aussi rassurer les autres sur leurs qualités et parler « de façon consolante aux âmes déprimées » (1 Thess. 5:14). Le mot grec traduit en général par « encouragement » signifie littéralement « appel à venir près de soi ». Puisque nous servons aux côtés de nos frères et sœurs, nous avons sans nul doute des occasions de leur adresser une parole encourageante (lire Ecclésiaste 4:9, 10). Sommes-nous prompts à dire aux autres pourquoi nous les aimons et les apprécions ? Avant de répondre à cette question, il est bien de réfléchir au proverbe suivant : « Une parole en son temps, oh ! combien elle est bonne ! » (Prov. 15:23).

6. Pourquoi le Diable veut-il nous décourager ? Donne un exemple.

6 Satan le Diable veut nous décourager parce qu’il sait que cela peut nous affaiblir spirituellement ou sur d’autres plans. « T’es-tu montré découragé au jour de la détresse ? demande Proverbes 24:10. Ta force sera mince. » Pour décourager le juste Job, Satan lui a infligé des malheurs et des accusations, mais son stratagème cruel a échoué (Job 2:3 ; 22:3 ; 27:5). Nous pouvons combattre les œuvres du Diable en encourageant les membres de notre famille et de la congrégation. Cela contribuera à faire de notre foyer et de la Salle du Royaume des endroits où nous nous sentons heureux et en sécurité spirituelle.

DES EXEMPLES BIBLIQUES D’ENCOURAGEMENT

7, 8. a) Quels exemples bibliques montrent que donner des encouragements est important pour Jéhovah ? b) Comment les parents peuvent-ils imiter Jéhovah ? (voir illustration du titre).

7 Jéhovah. Le psalmiste a chanté : « Jéhovah est près de ceux qui ont le cœur brisé ; et il sauve ceux qui ont l’esprit écrasé » (Ps. 34:18). Quand Jérémie a eu peur et s’est trouvé découragé,  Jéhovah a bâti la confiance de ce prophète fidèle (Jér. 1:6-10). Et imagine combien le prophète Daniel, devenu vieux, a dû être encouragé quand Dieu a envoyé un ange le fortifier. L’ange l’a qualifié d’« homme très désirable », autrement dit « hautement apprécié » ! (Dan. 10:8, 11, 18, 19). Pourrais-tu encourager des proclamateurs, des pionniers, et des frères et sœurs âgés dont les forces diminuent ?

8 Lorsque Jésus était sur la terre, Dieu ne s’est pas dit que, puisque son cher Fils avait collaboré avec lui pendant très longtemps, il n’avait pas besoin d’être félicité ni encouragé. À deux reprises, Jésus a entendu son Père dire depuis le ciel : « Celui-ci est mon Fils, le bien-aimé, que j’ai agréé » (Mat. 3:17 ; 17:5). Dieu l’a ainsi félicité et lui a assuré que ce qu’il faisait était bien. Jésus a dû être encouragé les deux fois où il a entendu ces paroles — au début de son ministère et durant la dernière année de sa vie terrestre. Jéhovah a aussi envoyé un ange le fortifier quand il était dans l’angoisse la nuit précédant sa mort (Luc 22:43). Si nous sommes parents, imitons Jéhovah en encourageant régulièrement nos enfants et en les félicitant pour ce qu’ils font de bien. Nous devrions aussi leur apporter un soutien tout particulier si leur intégrité est éprouvée à l’école au quotidien.

9. Que pouvons-nous apprendre de la façon dont Jésus a traité ses apôtres ?

9 Jésus. Le soir où il a institué le Mémorial, voyant l’orgueil que manifestaient les apôtres, Jésus leur a humblement lavé les pieds. Mais ils ont continué à se disputer pour savoir lequel d’entre eux était le plus grand. De plus, Pierre a montré un excès de confiance (Luc 22:24, 33, 34). Pourtant, Jésus a félicité ses fidèles apôtres pour être restés constamment avec lui dans ses épreuves. Il a prédit qu’ils feraient des œuvres plus grandes que les siennes, et leur a assuré que Dieu avait de l’affection pour eux (Luc 22:28 ; Jean 14:12 ; 16:27). Demandons-nous : « Ne devrais-je pas imiter Jésus en félicitant les autres, notamment mes enfants, pour ce qu’ils font de bien au lieu de me concentrer sur leurs défauts ? »

10, 11. Comment l’apôtre Paul a-t-il montré qu’il comprenait la nécessité d’encourager les autres ?

10 L’apôtre Paul. Dans ses lettres, Paul a fait l’éloge de ses compagnons chrétiens. Ayant voyagé des années avec certains d’entre eux, il connaissait sûrement leurs défauts, mais il a été positif à leur sujet. Par exemple, Paul a dit de Timothée qu’il était son « enfant bien-aimé et fidèle dans [le] Seigneur » et qu’il se souciait réellement des autres chrétiens (1 Cor. 4:17 ; Phil. 2:19, 20). À propos de Tite, l’apôtre l’a recommandé à la congrégation de Corinthe, l’appelant « [s]on associé et [s]on compagnon de travail pour [leurs] intérêts » (2 Cor. 8:23). Comme Timothée et Tite ont dû être encouragés de savoir ce que Paul pensait d’eux !

11 Paul et Barnabas ont risqué leur vie en retournant à des endroits où ils avaient subi des attaques violentes. Par exemple, alors qu’ils avaient rencontré de l’opposition de la part de fanatiques à Lystres, ils y sont retournés afin d’encourager les nouveaux disciples à rester dans la foi (Actes 14:19-22). À Éphèse, Paul a été menacé par une foule en colère. Actes 20:1, 2 déclare : « Après que le tumulte se fut calmé, Paul fit venir les disciples, et quand il les eut encouragés et leur eut dit adieu, il sortit pour se rendre en Macédoine. Après avoir traversé cette région et encouragé par de nombreuses paroles ceux qui s’y trouvaient, il vint en Grèce. » Assurément, c’était très important pour Paul d’encourager les autres.

 DES ENCOURAGEMENTS À L’ŒUVRE AUJOURD’HUI

12. Pour ce qui est de donner et de recevoir des encouragements, quel rôle les réunions jouent-elles ?

12 Si, dans sa bonté, notre Père céleste a prévu que nous assistions régulièrement à des réunions, c’est entre autres raisons pour que nous puissions y donner et y recevoir des encouragements (lire Hébreux 10:24, 25). Tout comme les premiers disciples de Jésus, nous nous réunissons pour apprendre et être encouragés (1 Cor. 14:31). Cristina, mentionnée au début, confie : « Ce que j’aime le plus dans les réunions, ce sont l’amour et les encouragements que j’y reçois. Parfois, j’arrive à la Salle du Royaume déprimée. Mais des sœurs viennent vers moi, me serrent dans leurs bras et me disent que je suis jolie. Elles me disent qu’elles m’aiment et que ça leur fait plaisir de voir mes progrès spirituels. Après leurs encouragements, je me sens tellement mieux ! » Comme c’est réconfortant lorsque chacun de nous contribue à « un échange d’encouragements » ! (Rom. 1:11, 12).

13. Pourquoi les serviteurs de Dieu expérimentés ont-ils besoin d’encouragements ?

13 Même les serviteurs de Dieu expérimentés ont besoin d’encouragements. Pense à Josué. Alors qu’il servait Jéhovah depuis de nombreuses années, celui-ci a demandé à Moïse : « Établis Josué dans sa charge, encourage-le et fortifie-le, car c’est lui qui traversera devant ce peuple, et c’est lui qui les fera hériter du pays que tu vas voir » (Deut. 3:27, 28). Josué s’apprêtait à assumer l’immense responsabilité de mener les Israélites à la conquête de la Terre promise. Il rencontrerait des obstacles et subirait au moins une défaite militaire (Jos. 7:1-9). Il n’est pas étonnant que Josué ait eu besoin d’être encouragé et fortifié ! Alors encourageons personnellement les anciens, y compris les surveillants de circonscription, qui travaillent dur pour prendre soin du troupeau de Dieu (lire 1 Thessaloniciens 5:12, 13). « Parfois, les frères et sœurs nous écrivent des lettres de remerciement disant combien ils ont apprécié notre visite, a témoigné un surveillant de circonscription. Nous gardons ces lettres et les relisons quand nous n’avons pas le moral. Elles sont une vraie source d’encouragement. »

Nos enfants s’épanouissent quand nous les encourageons chaleureusement (voir paragraphe 14).

14. Qu’est-ce qui montre que les félicitations et les encouragements sont utiles lorsqu’on donne des conseils ?

14 Les anciens et les parents constatent que les félicitations et les encouragements peuvent inciter quelqu’un à appliquer les conseils bibliques. Quand Paul a félicité les Corinthiens d’avoir appliqué ses conseils, cela a dû les encourager à continuer de faire le bien (2 Cor. 7:8-11). Andreas, père de deux enfants, explique :  « Les encouragements aident les enfants à grandir spirituellement et émotionnellement. On fait mieux passer un conseil en donnant un encouragement. Même si nos enfants savent ce qui est bien, ce sont nos encouragements constants qui les aident à prendre l’habitude de faire le bien. »

COMMENT DONNER DES ENCOURAGEMENTS EFFICACES

15. Cite une façon d’encourager les autres.

15 Montre que tu apprécies les efforts et les qualités de tes frères et sœurs (2 Chron. 16:9 ; Job 1:8). Jéhovah et Jésus accordent une grande valeur à notre soutien aux intérêts du Royaume, même si notre situation nous limite (lire Luc 21:1-4 ; 2 Corinthiens 8:12). Par exemple, certains de nos chers compagnons âgés fournissent de gros efforts pour être réguliers aux réunions et dans le ministère. Ne devrions-nous pas les féliciter et les encourager ?

16. Quand pouvons-nous encourager les autres ?

16 Saisis les occasions d’encourager les autres. Si nous voyons quelque chose qui mérite des félicitations, pourquoi nous retenir ? Réfléchis à ce qui s’est passé quand Paul et Barnabas se trouvaient à Antioche de Pisidie. Les présidents de la synagogue leur ont dit : « Hommes, frères, si vous avez quelque parole d’encouragement pour le peuple, dites-la. » En réponse, Paul a donné un excellent discours (Actes 13:13-16, 42-44). Si nous pouvons prodiguer des encouragements à quelqu’un, pourquoi ne pas le faire ? Nous nous rendrons sûrement compte que si nous prenons l’habitude d’encourager les autres, ils nous encourageront en retour (Luc 6:38).

17. Qu’est-ce qui donne plus de sens à nos félicitations ?

17 Sois sincère et précis. Des félicitations et des encouragements généraux sont utiles, mais le message de Jésus aux chrétiens de Thyatire montre qu’il vaut mieux être précis (lire Révélation 2:18, 19). Si nous sommes parents, disons à nos enfants ce que nous apprécions dans leurs progrès spirituels. À une mère célibataire, disons ce que nous admirons dans sa façon d’élever ses enfants malgré une situation difficile. De tels encouragements et félicitations peuvent faire tant de bien !

18, 19. Comment pouvons-nous bâtir ceux qui ont besoin d’encouragements ?

18 Jéhovah ne nous demandera pas personnellement d’encourager quelqu’un, comme il a dit à Moïse de fortifier Josué. Toutefois, il se réjouit lorsque nous parlons de façon encourageante à nos frères et sœurs ou à d’autres (Prov. 19:17 ; Héb. 12:12). Par exemple, nous pourrions dire à un orateur que son discours nous a donné des conseils dont nous avions besoin ou nous a aidés à comprendre un certain verset. « Même si nous n’avons discuté que quelques minutes, a écrit une sœur à un orateur de passage, tu as vu que j’avais le cœur lourd, et tu m’as réconfortée et m’as remonté le moral. Je voulais te dire que la bonté que tu as exprimée, tant sur l’estrade qu’en privé, a été pour moi un cadeau de Jéhovah. »

19 Nul doute que nous trouverons de nombreux moyens de bâtir les autres spirituellement si nous sommes résolus à appliquer ce conseil de Paul : « Continuez à vous consoler mutuellement et à vous bâtir l’un l’autre, comme d’ailleurs vous le faites » (1 Thess. 5:11). Nous réjouirons assurément Jéhovah si nous continuons à nous encourager mutuellement chaque jour.

^ [1] (paragraphe 1) Certains prénoms ont été changés.