« Voyez ! Comme l’argile dans la main du potier, ainsi vous êtes dans ma main » (JÉR. 18:6).

CANTIQUES : 60, 22

1, 2. a) Pourquoi Dieu considérait-​il Daniel comme un « homme très désirable » ? b) Comment pouvons-​nous être obéissants comme Daniel ?

EN ENTRANT dans Babylone, les exilés juifs ont trouvé une ville remplie d’idoles et un peuple asservi aux esprits méchants. Toutefois, des Juifs fidèles ont refusé de se laisser modeler par le monde babylonien. Ce fut le cas de Daniel et ses trois compagnons (Dan. 1:6, 8, 12 ; 3:16-18). Ils étaient déterminés à vouer un attachement exclusif à Jéhovah, leur Potier. Et ils y sont parvenus ! Bien que Daniel ait vécu à Babylone presque toute sa vie, l’ange de Dieu l’a qualifié d’« homme très désirable » (Dan. 10:11, 19).

2 À l’époque biblique, un potier appliquait parfois l’argile dans un moule pour lui donner la forme voulue. Aujourd’hui, les vrais adorateurs reconnaissent en Jéhovah le Souverain de l’univers, celui qui a autorité pour modeler les peuples et les nations (lire Jérémie 18:6). Il a aussi autorité pour nous modeler individuellement. Pourtant, il reconnaît notre libre arbitre et veut que notre soumission soit volontaire. Voyons comment rester de l’argile souple dans ses mains, en examinant trois questions : 1) Comment résister aux tendances qui pourraient nous endurcir contre les conseils de Dieu ? 2) Comment  cultiver les qualités qui nous aident à rester souples et soumis ? 3) Comment les parents chrétiens peuvent-​ils se soumettre à Dieu en ce qui concerne le modelage de leurs enfants ?

RÉSISTE AUX TENDANCES QUI PEUVENT ENDURCIR TON CŒUR

3. Quelles tendances pourraient endurcir notre cœur ? Donne un exemple.

3 « Plus que toute autre chose qu’on doit garder, préserve ton cœur, car de lui viennent les sources de la vie », déclare Proverbes 4:23. Qu’est-​ce qui pourrait endurcir notre cœur ? Il peut s’agir de l’orgueil, de la pratique du péché ou d’un manque de foi. Ces tendances pourraient faire naître en nous un état d’esprit rebelle, désobéissant (Dan. 5:1, 20 ; Héb. 3:13, 18, 19). Ouzziya, roi de Juda, a manifesté de l’orgueil (lire 2 Chroniques 26:3-5, 16-21). Au début, il faisait « ce qui est droit aux yeux de Jéhovah » et « sans cesse il s’efforça de rechercher Dieu ». Mais « dès qu’il fut devenu fort, son cœur s’enorgueillit », alors que sa force lui venait de Dieu ! Il a même cherché à brûler de l’encens au temple, privilège réservé aux prêtres aaroniques. Quand les prêtres se sont interposés, l’orgueilleux Ouzziya est entré en fureur ! Qu’est-​il alors arrivé ? Il a subi un « écroulement » humiliant de la part de Dieu et il est mort lépreux (Prov. 16:18).

4, 5. Que pourrait-​il arriver à quelqu’un qui ne se protège pas contre l’orgueil ? Donne un exemple.

4 Si nous ne nous protégeons pas contre l’orgueil, nous risquons nous aussi d’en venir à « penser de [nous]-​même[s] plus qu’il ne faut penser », peut-être au point de résister aux conseils bibliques (Rom. 12:3 ; Prov. 29:1). Considérons le cas de Jim, un ancien qui était en désaccord avec les autres anciens de sa congrégation sur une certaine question. Il raconte : « J’ai dit aux frères qu’ils manquaient d’amour, et j’ai quitté la réunion. » Environ six mois plus tard, il a rejoint une congrégation voisine, mais n’a pas été renommé ancien. « J’étais effondré, reconnaît-​il. J’étais tellement convaincu d’avoir raison que j’ai laissé la vérité. » Jim est resté inactif pendant dix ans. « Blessé dans mon orgueil, j’ai fini par tenir Jéhovah pour responsable de la situation. Au fil des années, des frères m’ont visité et ont essayé de raisonner avec moi, mais je refusais leur aide. »

5 L’histoire de Jim montre que l’orgueil peut nous amener à justifier nos mauvaises actions, ce qui nous rend tout sauf malléables (Jér. 17:9). « Je n’arrêtais pas de me dire que c’étaient les autres qui avaient tort », explique-​t-​il. As-​tu déjà été blessé par un compagnon chrétien ou la perte de certaines responsabilités ? Comment as-​tu réagi ? L’orgueil est-​il entré en jeu ? Ou ton principal souci était-​il de faire la paix avec ton frère et de rester fidèle à Jéhovah ? (lire Psaume 119:165 ; Colossiens 3:13).

6. Si nous prenons l’habitude de pécher, que peut-​il arriver ?

6 Nous pouvons aussi devenir insensibles aux conseils divins si nous pratiquons le péché, peut-être même en secret. Pécher devient alors de plus en plus facile. Un frère a dit qu’à la longue sa mauvaise conduite ne le dérangeait plus du tout (Eccl. 8:11). Un autre frère, qui avait pris l’habitude de regarder de la pornographie, a ensuite admis : « J’ai commencé à avoir un état d’esprit critique envers les anciens. » Son habitude nuisait à sa spiritualité. Finalement, sa conduite a été dévoilée et il a reçu l’aide dont il avait grand besoin. Bien sûr, nous sommes imparfaits. Mais si nous devenons critiques ou commençons à excuser une mauvaise conduite au lieu de rechercher  le pardon et l’aide de Jéhovah, notre cœur pourrait déjà être en train de s’endurcir.

7, 8. a) Comment l’exemple des Israélites montre-​t-​il que le manque de foi endurcit le cœur ? b) À quoi doit nous pousser l’exemple des Israélites ?

7 Le cas des Israélites que Jéhovah a libérés d’Égypte montre que le manque de foi peut endurcir le cœur. La nation a vu Dieu opérer pour elle de nombreux miracles, parfois redoutables ! Pourtant, à l’approche de la Terre promise, les Israélites ont manqué de foi. Au lieu de faire confiance à Jéhovah, ils ont eu peur et ont murmuré contre Moïse. Ils ont même voulu retourner en Égypte, où ils avaient été esclaves ! Profondément peiné, Jéhovah a dit : « Jusqu’à quand ce peuple va-​t-​il manquer de respect envers moi ? » (Nomb. 14:1-4, 11 ; Ps. 78:40, 41). Parce que son manque de foi avait endurci son cœur, cette génération a péri dans le désert.

8 Aujourd’hui, à l’approche du monde nouveau, c’est notre foi qui est mise à l’épreuve. Il est bien d’en évaluer la qualité. Nous pourrions analyser notre façon de considérer les paroles de Jésus en Matthieu 6:33. Demande-​toi : « Mes priorités et mes décisions montrent-​elles que je crois réellement les paroles de Jésus ? Est-​ce que je déciderais de manquer des réunions ou de prêcher moins pour augmenter mes revenus ? Que ferai-​je si la pression du travail continue de s’intensifier ? Vais-​je laisser le monde me couler dans son moule, voire me faire quitter la vérité ? »

9. Pourquoi devons-​nous « nous mettre sans cesse à l’épreuve » pour voir si nous sommes dans la foi, et comment le faire ?

9 Autre exemple : Un serviteur de Jéhovah pourrait avoir une certaine réticence à suivre les normes bibliques, peut-être concernant les compagnies, l’excommunication ou les divertissements. Demande-​toi : « Est-​il possible que ce soit mon cas ? » Si nous repérons une telle tendance à nous endurcir, examinons notre foi sans attendre ! « Mettez-​vous sans cesse à l’épreuve pour voir si vous êtes dans la foi, éprouvez sans cesse ce que vous êtes vous-​mêmes », nous conseille la Bible (2 Cor. 13:5). Nous devrions faire régulièrement une auto-évaluation honnête à la lumière de la Parole de Dieu.

RESTE MALLÉABLE

10. Qu’est-​ce qui peut nous aider à être comme de l’argile souple dans les mains de Jéhovah ?

10 Les dispositions que Dieu a prévues pour nous aider à rester de l’argile malléable comprennent sa Parole, la congrégation chrétienne et la prédication. Tout comme l’eau assouplit l’argile, la lecture et la méditation quotidiennes de la Bible peuvent nous aider à être malléables dans les mains de Jéhovah. Dieu a demandé que les rois d’Israël se fassent une copie écrite de sa Loi et la lisent chaque jour (Deut. 17:18, 19). Les apôtres savaient que lire et méditer les Écritures était indispensable pour leur ministère. Ils ont cité les Écritures hébraïques et s’y sont référés des centaines de fois dans leurs écrits, et ils ont encouragé ceux à qui ils prêchaient à s’en servir également (Actes 17:11). Nous comprenons nous aussi l’importance de lire la Parole de Dieu tous les jours et de la méditer dans la prière (1 Tim. 4:15). Cela nous aide à rester humbles devant Jéhovah et malléables dans ses mains.

Tire profit des dispositions de Dieu pour t’aider à rester malléable (voir paragraphes 10-13).

11, 12. Comment Jéhovah se sert-​il de la congrégation pour nous façonner en tenant compte de nos besoins ? Donne un exemple.

11 Jéhovah peut nous façonner selon nos besoins par le moyen de la congrégation chrétienne. Jim, mentionné  précédemment, a commencé à s’adoucir lorsqu’un ancien s’est intéressé à lui. « Pas une fois il ne m’a fait des reproches ni ne m’a critiqué, raconte-​t-​il. Il est resté positif et m’a montré son désir sincère de m’aider. » Environ trois mois après, l’ancien a invité Jim à une réunion. « La congrégation m’a accueilli chaleureusement, se souvient-​il. L’amour des frères a été déterminant. Je me suis aperçu que le plus important, ce n’étaient pas mes sentiments. Avec le soutien des anciens et de ma chère femme, qui ne s’est jamais affaiblie spirituellement, j’ai peu à peu retrouvé des forces. Les articles “Jéhovah n’est pas à blâmer” et “Servons Jéhovah fidèlement”, parus dans La Tour de Garde du 15 novembre 1992, m’ont aussi beaucoup encouragé. »

12 Avec le temps, Jim est redevenu ancien. Depuis, il a aidé d’autres frères à surmonter des épreuves semblables à la sienne et à se rétablir spirituellement. Il conclut : « Je croyais que ma relation avec Jéhovah était solide, mais en fait non ! Je regrette d’avoir laissé l’orgueil me faire perdre de vue le plus important et de m’être concentré sur les défauts des autres » (1 Cor. 10:12).

13. Quelles qualités la prédication nous aide-​t-​elle à développer, et quels bienfaits en retirons-​nous ?

13 Comment la prédication peut-​elle nous façonner pour notre bien ? Communiquer la bonne nouvelle nous aide à cultiver l’humilité et divers aspects du fruit de l’esprit de Dieu (Gal. 5:22, 23). Songe aux qualités que le ministère t’a fait cultiver. De plus, en manifestant une personnalité semblable à celle de Christ, nous rehaussons notre message, ce qui peut influencer l’état d’esprit de certains. Un jour, en Australie, deux Témoins ont écouté avec respect une femme qui leur  parlait très durement. Plus tard, elle a regretté son attitude et a écrit à la filiale. Voici un extrait de sa lettre : « J’aimerais présenter mes excuses à ces deux personnes humbles et patientes pour mon attitude orgueilleuse et condescendante. J’ai été stupide de chercher à décourager de cette manière des personnes qui prêchaient la Parole de Dieu. » Cette femme aurait-​elle écrit ces mots si les proclamateurs avaient montré ne serait-​ce qu’une pointe d’irritation ? Sans doute pas. Vraiment, notre ministère est bénéfique — et pour nous et pour nos semblables !

SOUMETS-​TOI À DIEU POUR CE QUI EST DE MODELER TES ENFANTS

14. Que doivent faire les parents pour façonner efficacement leurs enfants ?

14 En général, les jeunes enfants sont humbles et avides d’apprendre (Mat. 18:1-4). C’est pourquoi les parents sages s’efforcent de graver dans l’esprit et le cœur de leurs enfants la connaissance et l’amour de la vérité (2 Tim. 3:14, 15). Bien sûr, pour réussir, ils doivent d’abord graver la vérité dans leur propre cœur, en faire leur mode de vie. Lorsqu’ils agissent ainsi, non seulement leurs enfants entendent parler de la vérité, mais encore ils la vivent. De plus, ils apprennent à considérer la discipline des parents comme une expression de leur amour, qui reflète celui de Jéhovah.

15, 16. Si leur enfant est excommunié, comment des parents peuvent-​ils montrer leur confiance en Dieu ?

15 Malgré une éducation chrétienne, certains enfants finissent par quitter la vérité ou être excommuniés, au grand chagrin de leur famille. « Quand mon frère a été excommunié, raconte une sœur d’Afrique du Sud, c’était comme s’il était mort. Ça m’a brisé le cœur ! » Comment ses parents et elle ont-​ils réagi ? Ils ont suivi les instructions de la Parole de Dieu (lire 1 Corinthiens 5:11, 13). « Nous avons décidé d’appliquer ce que dit la Bible, expliquent les parents, convaincus que faire les choses comme Dieu le veut produirait les meilleurs résultats. Nous avons considéré l’excommunication comme une discipline divine et étions persuadés que Jéhovah corrige par amour et dans la bonne mesure. Nous n’avons eu de contacts avec notre fils que pour des questions familiales absolument nécessaires. »

16 Qu’a ressenti le fils ? « Je savais que ma famille ne me détestait pas, a-​t-​il dit plus tard, mais qu’elle obéissait à Jéhovah et à son organisation. » Il a ajouté : « Quand tu es obligé de supplier Jéhovah de t’aider et de te pardonner, tu réalises à quel point tu as besoin de lui. » Imagine la joie de la famille lorsque ce jeune homme a été réintégré ! Sans conteste, en tenant compte de Dieu dans toutes nos voies, nous pouvons obtenir les meilleurs résultats (Prov. 3:5, 6 ; 28:26).

17. Pourquoi devrions-​nous être humbles et toujours obéir à Jéhovah, et quels bienfaits en retirerons-​nous ?

17 Le prophète Isaïe a annoncé qu’à la fin de l’exil les Juifs repentants reconnaîtraient : « Ô Jéhovah, tu es notre Père. Nous sommes l’argile, et tu es notre Potier ; nous sommes tous l’œuvre de ta main. » Puis ils supplieraient : « Ne te souviens pas pour toujours de notre faute. Oh ! regarde, s’il te plaît : nous sommes tous ton peuple ! » (Is. 64:8, 9). Si, à leur exemple, nous sommes humbles et faisons de la soumission à Jéhovah une habitude de vie, nous serons, comme le prophète Daniel, très désirables à ses yeux. De plus, Jéhovah continuera de nous façonner par sa Parole, son esprit et son organisation pour qu’un jour nous puissions être des « enfants [parfaits] de Dieu » (Rom. 8:21).