« Écoute, ô Israël ! Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah » (DEUT. 6:4).

CANTIQUES : 138, 112

1, 2. a) Pourquoi les paroles de Deutéronome 6:4 sont-​elles connues ? b) Pourquoi Moïse a-​t-​il prononcé ces mots ?

DEPUIS des siècles, les six mots du texte hébraïque de Deutéronome 6:4 sont prononcés par les personnes de confession juive dans une prière de dévotion. Cette prière est récitée tous les jours, matin et soir. On l’appelle le Shema, d’après le premier mot du verset. Par elle, les juifs fervents affirment leur attachement exclusif à Dieu.

2 Ces paroles font partie du discours d’adieu de Moïse à la nation d’Israël rassemblée dans les plaines de Moab en 1473 av. n. è. Les Israélites s’apprêtaient à traverser le Jourdain pour prendre possession de la Terre promise (Deut. 6:1). Moïse, leur conducteur depuis 40 ans, voulait qu’ils soient courageux face aux difficultés à venir. Il leur fallait faire confiance à leur Dieu, Jéhovah, et avoir foi en lui. Naturellement, les dernières paroles de Moïse ont eu une profonde influence sur eux. Après avoir fait allusion aux Dix Commandements et aux autres lois que Jéhovah leur avait donnés, Moïse a fait la puissante déclaration contenue en Deutéronome 6:4, 5 (lire).

3. Quelles questions allons-​nous examiner dans cet article ?

 3 Les Israélites rassemblés auprès de Moïse ne savaient-​ils pas que Jéhovah leur Dieu est « un seul Jéhovah » ? Si, bien sûr. Les Israélites fidèles ne connaissaient et n’adoraient qu’un seul Dieu, le Dieu de leurs ancêtres Abraham, Isaac et Jacob. Alors pourquoi Moïse leur a-​t-​il rappelé que Jéhovah leur Dieu est « un seul Jéhovah » ? Y a-​t-​il un lien entre cette vérité et l’ordre d’aimer Jéhovah de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force, exprimé au verset 5 ? Et que signifient pour nous aujourd’hui les paroles de Deutéronome 6:4, 5 ?

« UN SEUL JÉHOVAH »

4, 5. a) Quelle est une des significations de l’expression « un seul Jéhovah » ? b) Pourquoi peut-​on dire que Jéhovah est différent des dieux des nations ?

4 Unique. En hébreu et dans bien d’autres langues, le mot « un » peut désigner bien plus qu’un chiffre. Il peut sous-entendre seul et unique en son genre. Ici, Moïse ne réfutait vraisemblablement pas la croyance erronée en une trinité. Jéhovah est l’Auteur du ciel et de la terre, le Souverain de l’univers. Lui seul est le vrai Dieu ; aucun autre dieu n’est comme lui (2 Sam. 7:22). Moïse rappelait donc aux Israélites qu’ils devaient rendre à Jéhovah un culte exclusif. Ils ne devaient pas suivre les peuples alentour, qui adoraient de nombreux dieux et déesses. Certains faux dieux étaient considérés comme régnant sur des éléments de la nature. D’autres étaient des formes distinctes d’une même divinité.

5 Par exemple, les Égyptiens adoraient le dieu-soleil Râ, la déesse-ciel Nout, le dieu-terre Geb, le dieu-Nil Hapi et quantité d’animaux sacrés. Au moyen des dix plaies, Jéhovah a porté un coup terrible à nombre de ces faux dieux. Les Cananéens avaient pour principal dieu Baal, dieu de la fertilité, également considéré comme divinité du ciel, de la pluie et de la tempête. Dans beaucoup d’endroits, Baal était aussi la divinité locale (Nomb. 25:3). Les Israélites devaient se rappeler que leur Dieu, le « vrai Dieu », est « un seul Jéhovah » (Deut. 4:35, 39).

6, 7. a) Quelle est une autre signification de l’expression « un seul » ? b) Comment Jéhovah a-​t-​il montré qu’il est « un seul » ?

6 Constant et fidèle. Le mot « un » évoque également l’unité de but et d’action. Jéhovah n’est ni changeant ni imprévisible. Il est toujours fidèle, constant et véridique. Il a promis à Abraham que ses descendants hériteraient de la Terre promise et il a accompli des œuvres de puissance pour réaliser cette promesse. Les 430 années qui se sont écoulées entre-temps n’ont pas affaibli sa détermination à réaliser son dessein (Gen. 12:1, 2, 7 ; Ex. 12:40, 41).

7 Des siècles plus tard, quand il a déclaré que les Israélites étaient ses témoins, Jéhovah leur a dit : « Je suis le Même. Il n’y a pas eu de Dieu formé avant moi, et après moi il n’y en a toujours pas eu. » Pour souligner que son dessein ne change pas, il a ajouté : « Tout le temps je suis le Même » (Is. 43:10, 13 ; 44:6 ; 48:12). Quel privilège extraordinaire pour les Israélites — et pour nous aussi — d’être les serviteurs de Jéhovah, le Dieu constant et fidèle dans toutes ses voies ! (Mal. 3:6 ; Jacq. 1:17).

8, 9. a) Que veut Jéhovah de ses adorateurs ? b) Qu’a dit Jésus pour montrer l’importance de Deutéronome 6:4, 5 ?

8 Ainsi, Moïse a rappelé aux Israélites que Jéhovah était constant et immuable dans l’amour et l’attention qu’il leur témoignait. Ils devaient donc logiquement lui offrir un attachement exclusif  en l’aimant sans réserve, de tout leur cœur, de toute leur âme et de toute leur force. Les jeunes aussi devaient manifester cet attachement complet, car les parents étaient tenus d’enseigner leurs enfants en toute occasion (Deut. 6:6-9).

9 Jéhovah étant constant en ce qui concerne sa volonté et son dessein, il ne fait aucun doute que ses exigences fondamentales envers ses vrais adorateurs n’ont pas changé. Pour que notre culte lui soit agréable, nous devons, nous aussi, lui offrir un attachement exclusif et l’aimer de tout notre cœur, de toute notre pensée et de toute notre force. C’est précisément ce que Jésus Christ a dit à un homme venu l’interroger (lire Marc 12:28-31). Voyons donc comment montrer par nos actions que nous comprenons vraiment que « Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah ».

OFFRE À JÉHOVAH UN ATTACHEMENT EXCLUSIF

10, 11. a) Que signifie adorer Jéhovah de façon exclusive ? b) À Babylone, comment des jeunes Hébreux ont-​ils montré leur attachement exclusif à Jéhovah ?

10 Pour faire de Jéhovah notre seul et unique Dieu, nous devons lui offrir un attachement exclusif. Notre culte ne peut être partagé entre plusieurs dieux, ni teinté d’idées ou de pratiques empruntées à d’autres cultes. Nous devons garder à l’esprit que Jéhovah n’est pas un dieu parmi tant d’autres, ni même le plus grand ou le plus puissant des dieux. Il est le seul que l’on doit adorer (lire Révélation 4:11).

11 Le livre de Daniel relate l’histoire des jeunes Hébreux Daniel, Hanania, Mishaël et Azaria. Ils ont manifesté un attachement exclusif à Jéhovah non seulement en ne mangeant pas d’aliments impurs, mais aussi en refusant de s’incliner devant l’image d’or de Neboukadnetsar. Leurs priorités étaient claires ; il n’y avait aucune place dans leur culte pour une compromission (Dan. 1:1–3:30).

12. Pour offrir à Jéhovah un attachement exclusif, à quoi devons-​nous faire attention ?

12 Pour offrir à Jéhovah un attachement exclusif, nous devons veiller à ne pas laisser quoi que ce soit prendre, ne serait-​ce que partiellement, la place que lui seul devrait occuper dans notre vie. De quoi pourrait-​il s’agir ? Dans les Dix Commandements, Jéhovah a souligné que ses serviteurs ne doivent avoir aucun autre dieu que lui et ne pratiquer aucune forme d’idolâtrie (Deut. 5:6-10). Aujourd’hui, l’idolâtrie revêt différentes formes, dont certaines pourraient être difficiles à repérer. Mais les exigences de Jéhovah n’ont pas changé : il est toujours « un seul Jéhovah ». Voyons ce que cela doit signifier pour nous.

13. Qu’est-​ce qui risque de détruire notre amitié exclusive avec Jéhovah ?

13 Colossiens 3:5 (lire) donne aux chrétiens un conseil vigoureux concernant ce qui pourrait rompre leur relation exclusive avec Jéhovah. Note que la convoitise est associée à l’idolâtrie. En effet, l’objet d’un désir, comme des richesses ou des articles de luxe, peut en venir à avoir une telle emprise sur notre vie qu’il tiendrait le rôle d’un dieu puissant. Mais en considérant le verset dans son ensemble, on comprend aisément que toutes les autres pratiques pécheresses citées ont un lien avec la convoitise, et donc avec l’idolâtrie. La soif de telles choses peut facilement remplacer notre amour pour Dieu. Pouvons-​nous prendre le risque de laisser l’une de ces choses nous dominer, si bien que Jéhovah ne serait plus pour nous « un seul Jéhovah » ? Certainement pas.

14. Quel avertissement l’apôtre Jean a-​t-​il donné ?

 14 L’apôtre Jean a donné un avertissement similaire quand il a écrit que, si quelqu’un aime les choses qui sont dans le monde — « le désir de la chair et le désir des yeux et l’orgueilleux étalage de ses moyens d’existence » —, « l’amour du Père n’est pas en lui » (1 Jean 2:15, 16). Cela signifie que nous devons constamment examiner notre cœur pour voir s’il n’est pas en train d’être séduit par les divertissements, les fréquentations et les styles vestimentaires du monde. L’amour du monde pourrait aussi se traduire par la recherche « de grandes choses », par exemple au moyen de longues études (Jér. 45:4, 5). Nous sommes au seuil du monde nouveau promis. Comme il est important que nous gardions bien à l’esprit les puissantes paroles de Moïse ! Si nous comprenons clairement et croyons fermement que « Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah », nous ferons tout notre possible pour le servir de la manière qu’il approuve en lui vouant un attachement exclusif (Héb. 12:28, 29).

ENTRETIENS L’UNITÉ CHRÉTIENNE

15. Pourquoi Paul a-​t-​il rappelé aux chrétiens que Dieu est « un seul Jéhovah » ?

15 Le caractère unique de Jéhovah implique l’unité de but. Ses serviteurs doivent manifester une telle unité dans le culte qu’ils lui rendent. La congrégation chrétienne du Ier siècle était constituée de Juifs, de Grecs, de Romains et de gens d’autres nationalités. Ils n’avaient pas les mêmes origines, coutumes et sensibilités religieuses. C’est pourquoi certains avaient du mal à pratiquer le nouveau culte ou à abandonner complètement leur ancienne religion. L’apôtre Paul a donc jugé bon de leur rappeler que les chrétiens ont un seul Dieu, Jéhovah (lire 1 Corinthiens 8:5, 6).

16, 17. a) Quelle prophétie s’accomplit aujourd’hui, et avec quel résultat ? b) Qu’est-​ce qui pourrait fragiliser notre unité ?

 16 Qu’en est-​il de la congrégation aujourd’hui ? Le prophète Isaïe a prédit que, « dans la période finale des jours », des gens de toutes nations afflueraient vers le lieu élevé qu’est le vrai culte de Jéhovah, et diraient : « [Jéhovah] nous instruira de ses voies, et nous voulons marcher dans ses sentiers » (Is. 2:2, 3). Quelle joie de voir cette prophétie s’accomplir sous nos yeux ! En effet, de nombreuses congrégations sont multiraciales, multiculturelles et multilingues, et elles louent Jéhovah dans l’unité. Mais cette diversité peut créer des difficultés qui méritent toute notre attention.

Contribues-​tu à l’unité de la congrégation chrétienne ? (voir paragraphes 16-19).

17 Par exemple, que ressens-​tu à l’égard de tes compagnons chrétiens qui ont une culture très différente de la tienne ? Leur langue, leurs manières, leur nourriture ou leur style vestimentaire ne te sont peut-être pas familiers. As-​tu tendance à les éviter et à fréquenter surtout ceux qui ont les mêmes origines que toi ? Et si des surveillants de ta congrégation, de ta circonscription ou du territoire de ta filiale sont plus jeunes que toi, ou sont d’une culture ou d’une race différente de la tienne ? Permets-​tu à ces différences de nuire à l’unité qui doit exister au sein du peuple de Jéhovah ?

18, 19. a) Quels conseils sont donnés en Éphésiens 4:1-3 ? b) Que pouvons-​nous faire pour que la congrégation reste unie ?

18 Comment éviter de tels pièges ? Paul a donné des conseils pratiques aux chrétiens d’Éphèse, ville prospère et cosmopolite (lire Éphésiens 4:1-3). Remarque qu’il a d’abord mentionné des qualités comme l’humilité, la douceur, la patience et l’amour. On peut les comparer aux piliers d’une maison, qui la maintiennent debout. Mais outre des piliers solides, une maison a besoin d’être entretenue régulièrement, sinon elle pourrait commencer à se détériorer. Paul a supplié les chrétiens d’Éphèse de s’efforcer sérieusement « d’observer [ou : d’entretenir] l’unité de l’esprit ».

19 Chacun de nous doit considérer qu’il est de sa responsabilité de contribuer à entretenir l’unité de la congrégation. Comment faire ? Tout d’abord, cultivons et manifestons les qualités mentionnées par Paul : l’humilité, la douceur, la patience et l’amour. Ensuite, faisons de sérieux efforts pour favoriser « le lien de la paix » ; appliquons-​nous à « réparer » toute faiblesse comparable à une fissure. Ainsi, nous contribuerons à entretenir notre paix et notre unité si précieuses.

20. Comment montrer que nous comprenons que « Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah » ?

20 « Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah. » Quelle déclaration puissante ! Ce rappel a donné aux Israélites la force d’affronter les difficultés qu’ils ont rencontrées lorsqu’ils sont entrés en Terre promise et en ont pris possession. Si nous prenons ces paroles à cœur, nous aurons la force d’affronter la grande tribulation imminente et de contribuer à la paix et à l’unité dans le Paradis à venir. Continuons à offrir à Jéhovah un attachement exclusif en l’aimant, en le servant de toute notre âme et en faisant de sérieux efforts pour entretenir l’unité de notre famille chrétienne. Alors, nous pourrons espérer voir se réaliser ce que Jésus a dit au sujet des personnes qu’il jugera comme étant des brebis : « Venez, vous qui avez été bénis par mon Père, héritez du royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde » (Mat. 25:34).