« March[e] modestement avec ton Dieu » (MIKA 6:8).

CANTIQUES : 48, 95

1-3. Qu’est-ce que le prophète anonyme de Juda n’a pas fait, et qu’en est-il résulté ? (voir illustration du titre).

DURANT le règne de Yarobam, Jéhovah a envoyé un prophète de Juda à Béthel transmettre un message de jugement cinglant à ce roi apostat d’Israël. L’humble prophète a fidèlement communiqué le message de Jéhovah, qui l’a protégé de la fureur du roi (1 Rois 13:1-10).

2 Sur le chemin du retour, le prophète a rencontré de façon inattendue un vieil homme de Béthel. Se disant prophète, l’homme l’a trompé et l’a amené à désobéir aux instructions strictes de Jéhovah de ne pas « manger de pain ni boire d’eau » en Israël et de ne pas « retourner de nouveau par le chemin par lequel [il était] allé ». Cela déplut à Jéhovah. Plus tard, alors que le prophète rentrait chez lui, un lion « le rencontra sur la route et le mit à mort » (1 Rois 13:11-24).

3 Pourquoi ce prophète modeste au départ a-t-il présomptueusement suivi le vieil homme trompeur ? La Bible ne le précise pas. Mais peut-être a-t-il complètement oublié qu’il devait « marcher modestement avec Dieu » (lire Mika 6:8). Dans la Bible, marcher avec Jéhovah emporte l’idée de lui faire confiance, de soutenir sa souveraineté et de suivre sa direction.  Une personne modeste est pleinement consciente qu’elle peut et doit être en constante communication avec son Père aimant et tout-puissant. Le prophète aurait pu demander à Jéhovah de clarifier ses instructions, mais les Écritures ne disent pas qu’il l’ait fait. Nous aussi, nous devons parfois prendre des décisions difficiles, et la voie à suivre n’apparaît peut-être pas clairement. Rechercher modestement la direction de Jéhovah nous évitera de commettre des fautes graves.

4. Qu’apprendrons-nous dans cet article ?

4 Dans l’article précédent, nous avons vu pourquoi la modestie est importante pour les chrétiens et ce que signifie manifester cette qualité. Mais quelles situations pourraient mettre notre modestie à l’épreuve ? Et comment cultiver cette qualité désirable, de façon à la garder même sous la pression ? Pour répondre à ces questions, considérons trois situations courantes qui peuvent éprouver la modestie et voyons comment agir sagement dans chacune d’elles (Prov. 11:2).

FACE À UN CHANGEMENT DE SITUATION

5, 6. Comment Barzillaï a-t-il manifesté la modestie ?

5 Un changement de situation ou d’affectation peut mettre notre modestie à l’épreuve. Quand David a invité Barzillaï, alors âgé de 80 ans, à vivre à la cour royale, celui-ci a dû en être très honoré. Accepter cette invitation lui aurait permis de continuer de profiter de la compagnie du roi. Pourtant, Barzillaï a refusé. Pourquoi ? Parce qu’étant âgé il ne voulait pas être un fardeau pour le roi. Il a donc recommandé que Kimham, sans doute l’un de ses fils, prenne sa place (2 Sam. 19:31-37).

6 La modestie a permis à Barzillaï de prendre une décision raisonnable. S’il a décliné l’invitation de David, ce n’est pas parce qu’il se sentait incapable d’assumer des responsabilités ou qu’il voulait avoir une retraite tranquille. Il reconnaissait que sa situation avait changé et il acceptait ses limites. Il ne voulait pas endosser plus que ce qui était raisonnable (lire Galates 6:4, 5). Chercher une position en vue ou la reconnaissance ne fait qu’offrir un terrain propice à l’égocentrisme, à l’esprit de compétition et, finalement, à la déception (Gal. 5:26). En revanche, la modestie nous incite à unir nos capacités et nos efforts pour glorifier Dieu et aider autrui de notre mieux (1 Cor. 10:31).

7, 8. Comment la modestie nous retient-elle de compter sur nous-mêmes ?

7 Qui dit plus de responsabilités dit souvent plus de pouvoir, ce qui peut éprouver la modestie. Quand Nehémia a su que le peuple à Jérusalem était dans une situation critique, il a supplié Jéhovah (Neh. 1:4, 11). Jéhovah a répondu à sa prière : le roi Artaxerxès l’a établi gouverneur de la région. Mais malgré sa position importante, sa richesse et un pouvoir considérable, Nehémia ne s’est jamais reposé sur son expérience ni ses capacités. Il n’a pas cessé de marcher avec Jéhovah. Il a continuellement recherché sa direction en consultant sa Loi (Neh. 8:1, 8, 9). Il n’a pas agi en maître sur les autres ; il les a servis à ses propres frais (Neh. 5:14-19).

8 L’exemple de Nehémia montre que la modestie nous retient de compter sur nous-mêmes quand nous recevons une nouvelle affectation ou des responsabilités supplémentaires. S’il ne se fie qu’à son expérience, un ancien pourrait se mettre à traiter des questions relatives à la congrégation sans d’abord prier  Jéhovah. D’autres chrétiens pourraient d’abord prendre une décision et ensuite seulement prier Jéhovah de la bénir. Mais est-ce se montrer modeste ? Une personne modeste se rappelle toujours sa place par rapport à Dieu et le rôle qu’elle occupe dans son organisation. Ce ne sont pas nos capacités qui importent. Nous devons veiller, surtout quand nous rencontrons une situation ou un problème qui nous sont familiers, à ne pas compter sur nous-mêmes (lire Proverbes 3:5, 6). Étant membres de la maisonnée de Dieu, nous apprenons à raisonner en termes de rôle à remplir dans la famille ou la congrégation plutôt qu’en termes de rang auquel accéder ou d’échelons à gravir (1 Tim. 3:15).

FACE À DES REPROCHES OU À DES ÉLOGES

9, 10. Comment la modestie nous aide-t-elle face à des reproches injustes ?

9 Il peut être difficile de maîtriser nos émotions quand on nous fait des reproches injustes. Hanna, bien qu’aimée de son mari, pleurait souvent à cause de Peninna, sa rivale, qui la provoquait sans arrêt en raison de sa stérilité. Un jour qu’elle priait au tabernacle, le grand prêtre Éli l’a accusée à tort d’être ivre. Imagine ! Malgré tout, la modeste Hanna s’est maîtrisée et a répondu à Éli avec respect. Sa prière touchante, conservée dans la Bible, contient de nombreuses expressions de foi, de louange et de reconnaissance (1 Sam. 1:5-7, 12-16 ; 2:1-10).

10 La modestie nous aide à « continue[r] à vaincre le mal par le bien » (Rom. 12:21). La vie dans le système de Satan étant souvent injuste, il nous faut lutter pour ne pas nous « échauffer » devant la conduite des malfaiteurs (Ps. 37:1). Quand un problème surgit entre chrétiens, la douleur peut être plus profonde encore. Une personne modeste imite Jésus. « Quand on l’insultait, dit la Bible, il ne rendait pas l’insulte [...], mais il s’en remettait toujours à celui qui juge avec justice » (1 Pierre 2:23). Jésus savait que la vengeance appartient à Jéhovah  (Rom. 12:19). De même, les chrétiens sont exhortés à être humbles et à ne pas « rend[re] [...] le mal pour le mal » (1 Pierre 3:8, 9).

11, 12. a) Comment la modestie peut-elle nous aider à bien réagir face à des flatteries ou à des éloges ? b) Comment la modestie doit-elle guider nos choix en matière d’habillement et d’aspect général ainsi que notre comportement ?

11 Notre modestie peut aussi être mise à l’épreuve quand nous sommes l’objet de flatteries ou d’éloges. Réfléchis à l’excellente réaction qu’a eue Esther quand sa vie a pris un tournant inattendu. Elle était d’une beauté saisissante et, pendant une année, elle a été l’objet de soins luxueux. Elle côtoyait au quotidien des jeunes femmes de tout l’Empire perse qui se disputaient l’attention du roi. Mais elle est restée respectueuse et posée. Elle n’est pas devenue vaniteuse ni présomptueuse, même après avoir été choisie par le roi pour être reine (Est. 2:9, 12, 15, 17).

Notre habillement et notre aspect général montrent-ils que nous respectons Jéhovah et autrui, ou que nous manquons de modestie ? (voir paragraphe 12).

12 La modestie nous incite à toujours avoir un habillement, un aspect général et un comportement décents et convenables. Nous savons que nous gagnons les cœurs, non pas en nous vantant ou en attirant l’attention sur nous-mêmes, mais en manifestant un « esprit doux et paisible » (lire 1 Pierre 3:3, 4 ; Jér. 9:23, 24). Si notre cœur nourrit de la vanité, cela finira par se voir dans nos actions. Par exemple, nous pourrions insinuer que nous avons des privilèges particuliers, détenons certaines informations ou sommes proches de frères ayant des responsabilités. Ou nous pourrions expliquer les choses de façon à nous attirer tout le mérite d’idées ou de réalisations auxquelles d’autres ont contribué. Là encore, Jésus a donné un magnifique exemple. Une grande partie de ses paroles étaient soit des citations des Écritures hébraïques, soit des allusions à celles-ci. Il a modestement parlé ainsi pour que ses auditeurs sachent que ce qu’il disait n’émanait pas de son intelligence ni de sa sagesse, mais venait de Jéhovah (Jean 8:28).

FACE AUX INCERTITUDES

13, 14. Comment la modestie nous aide-t-elle à prendre de bonnes décisions ?

13 Nos décisions, ou celles des autres, peuvent elles aussi éprouver notre modestie. Alors que l’apôtre Paul séjournait à Césarée, le prophète Agabus lui a dit que s’il poursuivait sa route jusqu’à Jérusalem, il finirait par être arrêté. Il pourrait même être tué. Craignant le pire, les frères ont supplié Paul de ne pas y aller. Mais l’apôtre ne s’est pas laissé dissuader. Il n’était ni trop sûr de lui ni paralysé par la peur. Il faisait totalement confiance à Jéhovah et était prêt à accomplir sa mission, peu importe l’issue qu’Il permettrait. Devant cette réponse, les frères ont modestement cessé de s’opposer à la décision de Paul d’aller à Jérusalem (Actes 21:10-14).

14 La modestie nous aide aussi à prendre de bonnes décisions même quand nous ne pouvons pas savoir au juste comment les choses vont se passer, ni les maîtriser entièrement. Supposons que nous entreprenions une forme de service à plein temps. Qu’arrivera-t-il si nous tombons malades ? Que ferons-nous si nos parents âgés ont besoin de nous ? Et comment prendrons-nous soin de nous-mêmes dans nos vieux jours ? La prière et des recherches n’apporteront pas une réponse complète à de telles questions (Eccl. 8:16, 17). Notre confiance en Jéhovah nous poussera non seulement à reconnaître nos limites, mais aussi à les accepter. Après avoir fait  des recherches, demandé conseil et prié Jéhovah de nous guider, nous devons prendre des mesures qui suivent la direction indiquée par son esprit (lire Ecclésiaste 11:4-6). Jéhovah aura ainsi quelque chose à bénir, ou bien il pourra réorienter nos objectifs avec douceur (Prov. 16:3, 9).

COMMENT CULTIVER LA MODESTIE

15. Comment méditer sur Jéhovah nous aide-t-il à rester humbles ?

15 Étant donné les bienfaits de la modestie, comment la cultiver encore plus ? Examinons quatre moyens. Premièrement, nous gagnerons en modestie et en révérence pour Jéhovah en réfléchissant avec gratitude à l’immense supériorité de ses qualités et de sa position (Is. 8:13). Souviens-toi, nous marchons avec le Dieu Tout-Puissant, non avec un ange ou un homme. Cette pensée nous poussera à nous « humilie[r] [...] sous la main puissante de Dieu » (1 Pierre 5:6).

16. Comment la méditation sur l’amour de Dieu nous incite-t-elle à la modestie ?

16 Deuxièmement, nous serons plus modestes si nous méditons sur l’amour de Jéhovah. L’apôtre Paul a écrit que Jéhovah a entouré les parties les moins honorables du corps humain « d’un honneur plus abondant » (1 Cor. 12:23, 24). Pareillement, Jéhovah prend soin de chacun de nous malgré nos limites. Il ne nous compare pas aux autres, ni ne nous retire son amour quand nous commettons des fautes. L’amour de Jéhovah nous donne un sentiment de sécurité, où que nous servions dans sa maisonnée.

17. Si nous apprenons à voir le bon chez les autres, quel effet cela aura-t-il sur nous ?

17 Troisièmement, la reconnaissance pour notre rôle au service de Jéhovah grandira si, comme lui, nous cherchons à voir le bon chez les autres. Au lieu de vouloir attirer l’attention sur nous ou prendre systématiquement les choses en main, nous aurons la modestie de demander conseil et d’accepter les suggestions (Prov. 13:10). Nous nous réjouirons avec les autres quand ils reçoivent des privilèges. Et nous louerons Jéhovah, qui bénit « toute la communauté de [n]os frères dans le monde » (1 Pierre 5:9).

18. Comment former notre conscience à avoir la même perception que Jéhovah sur ce qui est décent?

18 Quatrièmement, nous affinerons notre perception de ce qui est décent et convenable en éduquant notre conscience selon les principes bibliques. Si nous apprenons modestement à voir les choses comme Jéhovah les voit, nous acquerrons du bon sens. Nous affermirons peu à peu notre conscience par l’étude, la prière et l’application régulières de ce que nous enseigne la Bible (1 Tim. 1:5). Nous apprenons à accorder la priorité aux autres. Jéhovah promet que, si nous faisons notre part, il « achèvera [...] [n]otre formation » en nous aidant à cultiver la modestie et d’autres qualités divines (1 Pierre 5:10).

19. Qu’est-ce qui nous aidera à rester modestes pour toujours ?

19 Un seul acte présomptueux a coûté au prophète anonyme de Juda la vie et sa réputation devant Dieu. Toutefois, il est possible de rester modeste même quand c’est difficile. De fidèles serviteurs de Dieu du présent et du passé le prouvent. Plus nous marchons avec Jéhovah, plus nous devrions être modestes (Prov. 8:13). Quelle que soit notre place aujourd’hui, marcher avec Jéhovah est en soi un privilège merveilleux et sans égal. Chéris-le et continue de faire de ton mieux afin de marcher modestement avec Jéhovah pour toujours.