Dans l’Antiquité, comment faisait-on pour transporter du feu ?

EN Genèse 22:6, on lit que, pour se préparer à offrir un sacrifice loin de chez lui, Abraham « prit [...] le bois de l’holocauste et le mit sur Isaac son fils ; il prit en ses mains le feu et le grand couteau, puis tous deux continuèrent leur chemin ensemble ».

La Bible ne dit pas quelle méthode on employait à l’époque pour allumer un feu. Concernant ce récit, au moins un commentateur estime qu’une flamme pouvait « difficilement être entretenue durant le long voyage » d’Abraham et d’Isaac. Dès lors, il se peut que la Bible fasse plutôt allusion à l’équipement nécessaire pour produire du feu.

D’autres, cependant, observent qu’allumer un feu dans les temps anciens n’était pas une mince affaire. Il était sans doute plus facile, quand c’était possible, de demander des braises chaudes à son voisin plutôt que d’allumer un feu soi-même. C’est pourquoi certains biblistes pensent que ce que transportait Abraham était un récipient (peut-être un pot suspendu à une chaîne) qui contenait des braises ou des charbons ardents récupérés du feu de la veille (Is. 30:14). Des braises incandescentes transportées ainsi pouvaient aisément être utilisées avec du petit bois pour refaire un feu à n’importe quel point du voyage.