« Nous voulons aller avec vous, car nous avons entendu dire que Dieu est avec vous » (ZEK. 8:23).

CANTIQUES : 65, 122

1, 2. a) Qu’a prédit Jéhovah au sujet de notre époque ? b) À quelles questions cet article répondra-​t-​il ? (voir illustration du titre).

AU SUJET de notre époque, Jéhovah a prédit : « Ce sera en ces jours-​là que dix hommes de toutes les langues des nations saisiront, oui ils saisiront vraiment le pan du vêtement d’un homme, d’un Juif, en disant : “Nous voulons aller avec vous, car nous avons entendu dire que Dieu est avec vous” » (Zek. 8:23). Comme ces dix hommes symboliques, les humains qui ont l’espérance terrestre « saisi[ssent] vraiment le pan du vêtement [...] d’un Juif ». Ils sont fiers de s’associer à l’« Israël de Dieu », oint d’esprit, sachant que Jéhovah bénit ses oints (Gal. 6:16).

2 Comme le prophète Zekaria, Jésus a mentionné l’unité revigorante du peuple de Dieu. Il a parlé de ses disciples comme de deux groupes : un « petit troupeau » et d’« autres brebis ». Mais il a précisé qu’ils formeraient « un seul troupeau » sous la direction d’« un seul berger » (Luc 12:32 ; Jean 10:16). Toutefois, la relation entre ces deux groupes soulève quelques questions : 1) Est-​il nécessaire que les autres brebis connaissent le nom de tous les oints actuellement sur terre ? 2) Quelle opinion  les oints devraient-​ils avoir d’eux-​mêmes ? 3) Comment devrais-​tu réagir si un membre de ta congrégation commence à prendre les emblèmes du Mémorial ? 4) L’augmentation du nombre des participants aux emblèmes devrait-​elle t’inquiéter ? Examinons la réponse à chacune de ces questions.

AVONS-​NOUS BESOIN DE CONNAÎTRE LE NOM DE TOUS LES OINTS ACTUELLEMENT SUR TERRE ?

3. Pourquoi nous est-​il impossible de savoir de façon certaine qui fera partie des 144 000 ?

3 Est-​il nécessaire que les autres brebis connaissent le nom de tous les oints actuellement sur terre ? En un mot, non. Pourquoi ? Parce que quand bien même un chrétien reçoit l’appel céleste, il ne reçoit qu’une invitation, pas une confirmation définitive de sa récompense. C’est la raison pour laquelle Satan suscite de « faux prophètes » pour « égarer, si possible, même ceux qui ont été choisis » (Mat. 24:24). Personne ne peut savoir si un chrétien oint recevra sa récompense céleste tant que Jéhovah n’a pas jugé que ce chrétien en est digne. Jéhovah décide qu’il en est digne et lui donne le sceau final, soit avant qu’il meure fidèle, soit avant le déclenchement de « la grande tribulation » (Rév. 2:10 ; 7:3, 14). Il serait donc inutile qu’un humain, quel qu’il soit, cherche à savoir quels serviteurs de Dieu feront à terme partie des 144 000 [1].

4. Comment les autres brebis peuvent-​elles « aller avec » les oints actuellement sur terre s’il est impossible de connaître leur nom ?

4 Mais comment les autres brebis peuvent-​elles « aller avec » les Israélites spirituels actuellement sur terre s’il est impossible de connaître avec certitude le nom de chacun d’eux ? Note ce que la prophétie de Zekaria explique au sujet des dix hommes symboliques : « Ils saisiront vraiment le pan du vêtement d’un homme, d’un Juif, en disant : “Nous voulons aller avec vous, car nous avons entendu dire que Dieu est avec vous.” » Bien qu’un seul Juif soit mentionné ici, on note ensuite l’emploi du pronom « vous » qui, dans les deux cas, renvoie à plus d’une personne. Ce Juif doit donc représenter un groupe de personnes plutôt qu’une seule personne ! Alors inutile de chercher à connaître le nom de tous les Juifs spirituels pour aller avec l’un ou l’une d’eux. Nous devons plutôt chercher à savoir qui ils sont en tant que groupe et soutenir ce groupe. En aucun cas les Écritures ne nous encouragent à suivre une personne en particulier. Notre conducteur, c’est Jésus (Mat. 23:10).

QUELLE OPINION LES OINTS DEVRAIENT-​ILS AVOIR D’EUX-​MÊMES ?

5. À quel avertissement les oints doivent-​ils sérieusement réfléchir, et pourquoi ?

5 Les participants au Mémorial devraient sérieusement réfléchir à l’avertissement contenu en 1 Corinthiens 11:27-29 (lire). Que voulait dire l’apôtre Paul ? Que si un chrétien oint n’entretenait pas une bonne relation avec Jéhovah, il prendrait les emblèmes de manière indigne (Héb. 6:4-6 ; 10:26-29). Cet avertissement rappelle aux oints qu’ils ne possèdent pas encore leur récompense. Il leur faut continuer d’avancer « vers le but pour le prix de l’appel de Dieu, appel vers le haut, par le moyen de Christ Jésus » (Phil. 3:13-16).

6. Quelle opinion les chrétiens oints devraient-​ils avoir d’eux-​mêmes ?

6 Sous inspiration divine, Paul a supplié les chrétiens oints « de marcher d’une manière digne de l’appel dont [ils ont] été appelés ». Il leur a ensuite précisé comment faire : « Avec humilité et douceur complètes, avec patience, vous supportant les uns les autres dans  l’amour, vous efforçant réellement d’observer l’unité de l’esprit dans le lien de la paix » (Éph. 4:1-3). L’esprit de Jéhovah favorise l’humilité, pas l’orgueil (Col. 3:12). Les oints reconnaissent avec modestie qu’ils n’ont pas forcément plus d’esprit saint que ceux qui ont l’espérance terrestre. Ils ne prétendent pas avoir une connaissance ou des révélations particulières ; ils ne cherchent pas davantage à prouver qu’ils sont supérieurs sous un rapport ou un autre. Par ailleurs, ils se gardent bien de laisser entendre à d’autres chrétiens qu’ils sont oints eux aussi et qu’ils devraient prendre les emblèmes ; ils reconnaissent humblement que c’est Jéhovah qui invite les humains à vivre au ciel.

7, 8. À quoi les chrétiens oints ne s’attendent-​ils pas, et pourquoi ?

7 Bien que recevoir l’appel céleste soit un privilège extraordinaire, les chrétiens oints n’estiment pas mériter un honneur particulier (Éph. 1:18, 19 ; lire Philippiens 2:2, 3). C’est à eux seuls que l’esprit de Jéhovah a fait savoir qu’ils sont oints. La nouvelle n’a pas été annoncée au monde entier. Ils ne sont donc pas surpris si certains ne croient pas tout de suite qu’ils sont oints d’esprit saint. En fait, ils savent que les Écritures déconseillent de croire trop vite un individu qui affirme avoir reçu une nomination particulière (Rév. 2:2). En aucune façon ils ne voudront donc se servir de leur onction comme d’une « carte de visite ». En général, ils n’en parleront même pas, afin de ne pas attirer l’attention sur eux. Ils ne se vanteront pas davantage de la récompense qui les attend (1 Cor. 1:28, 29 ; lire 1 Corinthiens 4:6-8).

8 De plus, les chrétiens oints n’estiment pas appartenir à une élite. Ils ne recherchent pas ceux qui affirment avoir, comme eux, reçu l’appel céleste, dans le but de se lier d’amitié ou de former des groupes privés d’étude biblique (Gal. 1:15-17). Ces manières d’agir causeraient des divisions dans la congrégation et nuiraient à l’action de l’esprit saint, qui est facteur de paix et d’unité (lire Romains 16:17, 18).

COMMENT DEVRAIS-​TU LES CONSIDÉRER ?

9. Pourquoi dois-​tu faire attention à la manière dont tu traites ceux qui mangent le pain et boivent le vin lors du Mémorial ? (voir l’encadré «  L’amour “n’agit pas de façon inconvenante” »).

9 Comment devrais-​tu traiter un chrétien qui prend les emblèmes ? Jésus a dit à ses disciples : « Vous êtes tous frères. » Il a ajouté : « Quiconque s’élève sera humilié, et quiconque s’humilie sera élevé » (Mat. 23:8-12). Par conséquent, il serait déplacé de mettre quelqu’un sur un piédestal, même si c’est un frère du Christ. Parlant de ceux qui nous dirigent, c’est-à-dire des anciens de la congrégation, la Bible nous encourage à imiter leur foi. Mais en aucun cas elle ne dit d’élever un humain au rang de conducteur (Héb. 13:7). C’est vrai, les Écritures disent que certains sont « jugés dignes d’un double honneur ». Toutefois, ils sont dignes de cet honneur, non parce qu’ils sont oints, mais parce qu’ils « président de belle façon » et « travaillent dur dans la parole et dans l’enseignement » (1 Tim. 5:17). C’est pourquoi être trop élogieux à l’égard de ceux qui ont reçu l’appel céleste ou leur porter un intérêt excessif les mettrait mal à l’aise. Pire encore, s’ils faisaient l’objet d’un traitement de faveur, ils pourraient avoir du mal à rester humbles (Rom. 12:3). Aucun d’entre nous ne voudrait faire trébucher un frère du Christ ! (Luc 17:2).

Comment devrais-​tu considérer un chrétien qui prend les emblèmes du Mémorial ? (voir paragraphes 9-11).

10. Comment montrer du respect aux chrétiens oints ?

10 Comment faire preuve du respect qui convient envers ceux que Jéhovah décide  d’oindre ? En ne leur posant pas de questions personnelles concernant leur onction. Ainsi, nous ne nous mêlerons pas de ce qui ne nous regarde pas (1 Thess. 4:11 ; 2 Thess. 3:11). Nous ne devrions pas non plus supposer que les parents, le conjoint ou d’autres membres de la famille d’un oint sont également oints. L’onction n’a rien à voir avec l’hérédité ou les liens du mariage (1 Thess. 2:12). Par ailleurs, nous devrions résister à l’envie de demander au conjoint d’un chrétien oint ce qu’il éprouve à l’idée de vivre dans le Paradis terrestre à venir sans son conjoint. Plutôt que de poser des questions qui peuvent faire mal, soyons tous pleinement convaincus que Jéhovah ouvrira sa main et « rassasie[ra] le désir de toute créature vivante » (Ps. 145:16).

11. De quel danger se protège le chrétien qui n’« admir[e] » pas « les personnes » ?

11 Ceux qui traitent les oints de la manière qui convient se protègent d’un danger insidieux. Les Écritures nous disent que de « faux frères » peuvent se glisser dans la congrégation (Gal. 2:4, 5 ; 1 Jean 2:19). Ces imposteurs peuvent même se prétendre oints. D’autre part, certains chrétiens oints peuvent abandonner la foi (Mat. 25:10-12 ; 2 Pierre 2:20, 21). Ne commettons donc pas l’erreur d’« admir[er] les personnes ». Ainsi, dans le cas où un chrétien en vue ou de longue date devient infidèle, notre foi n’en sera pas ébranlée, ou encore, ce chrétien ne nous éloignera pas de la vérité (Jude 16).

QUE DIRE DU NOMBRE DES PARTICIPANTS AU MÉMORIAL ?

12, 13. Pourquoi l’augmentation du nombre de ceux qui mangent le pain et boivent le vin lors du Mémorial ne devrait-​elle pas nous inquiéter ?

12 Pendant des décennies, le nombre des participants au Mémorial de la mort de Christ a diminué. Pourtant, depuis quelques années, il augmente. Cet accroissement devrait-​il nous préoccuper ? Non. Voyons pourquoi.

13 « Jéhovah connaît ceux qui lui appartiennent » (2 Tim. 2:19). Les frères chargés du comptage lors du Mémorial ne peuvent décider qui a réellement l’espérance céleste. Le nombre des participants englobe donc ceux qui pensent à tort qu’ils sont oints. Certains, qui s’étaient mis à prendre les emblèmes, ont arrêté. D’autres ont peut-être des troubles psychiques ou affectifs, qui les amènent à croire qu’ils régneront avec Christ dans le ciel. C’est pourquoi le nombre des  participants n’indique pas avec exactitude combien d’oints sont encore sur terre.

14. Que dit la Bible sur le nombre d’oints encore présents sur terre au début de la grande tribulation ?

14 Les oints seront présents dans de nombreux endroits de la terre quand Jésus viendra pour les rassembler au ciel. Parlant de cette époque, la Bible dit au sujet de Jésus : « Il enverra ses anges au son d’une grande trompette, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre vents, depuis l’une des extrémités des cieux jusqu’à leur autre extrémité » (Mat. 24:31). Les Écritures ont clairement annoncé que seul un reste d’oints serait présent sur terre durant les derniers jours (Rév. 12:17). Mais elles ne disent pas combien il en restera quand la grande tribulation commencera.

15, 16. Que faut-​il comprendre en rapport avec le choix des 144 000 ?

15 Jéhovah décide à quel moment de l’Histoire il choisit des oints (Rom. 8:28-30). Il a commencé à en choisir après la mort et la résurrection de Jésus. Il semble que tous les membres de la congrégation chrétienne du Ier siècle étaient oints. Mais depuis le Ier siècle jusqu’au début des derniers jours, la grande majorité de ceux qui ont prétendu suivre Christ étaient de faux chrétiens ; Jésus les a comparés à de la « mauvaise herbe ». Tout au long de cette période, Jéhovah a pourtant continué d’oindre certains fidèles, qui se sont avérés comparables au « blé » dont Jésus avait parlé (Mat. 13:24-30). Durant les derniers jours, Jéhovah continue de choisir ceux qui constitueront les 144 000 [2]. S’il décide d’attendre une phase tardive des derniers jours pour accorder à certains ce privilège, qui sommes-​nous pour contester sa sagesse [3] ? (Is. 45:9 ; Dan. 4:35 ; lire Romains 9:11, 16). Gardons-​nous de réagir comme les ouvriers mécontents qui trouvaient à redire à la façon dont leur maître traitait les ouvriers de la onzième heure (lire Matthieu 20:8-15).

16 Tous ceux qui ont l’espérance céleste ne font pas partie de « l’esclave fidèle et avisé » (Mat. 24:45-47). Comme au Ier siècle, Jéhovah et Jésus nourrissent aujourd’hui beaucoup de monde par l’intermédiaire d’une poignée d’hommes. Au Ier siècle, Jéhovah ne s’est en effet servi que de quelques chrétiens oints pour rédiger les Écritures grecques chrétiennes. De même aujourd’hui, seuls quelques chrétiens oints sont désignés pour fournir la « nourriture [spirituelle] en temps voulu ».

17. Qu’as-​tu appris dans cet article ?

17 Que nous a appris cette étude ? Jéhovah a décidé d’accorder deux sortes de récompenses : la vie céleste aux Juifs spirituels et la vie terrestre aux dix hommes symboliques. Pourtant, il attend le même niveau de fidélité de la part de ceux qui ont l’appel céleste et de la part de ceux qui ont l’espérance terrestre. Les deux groupes doivent rester humbles. Les deux groupes doivent être unis. Les deux groupes doivent favoriser la paix dans la congrégation. Tandis que les derniers jours touchent à leur fin, soyons tous déterminés à servir comme un seul troupeau sous la direction de Christ.

^ [1] (paragraphe 3) Selon Psaume 87:5, 6, il est probable que dans l’avenir, les noms de tous ceux qui auront été ressuscités pour régner au ciel avec Jésus seront révélés (Rom. 8:19).

^ [2] (paragraphe 15) Bien qu’Actes 2:33 montre que l’esprit saint est répandu par l’intermédiaire de Jésus, c’est Jéhovah qui est l’Auteur de l’invitation.

^ [3] (paragraphe 15) Pour de plus amples renseignements, voir la rubrique « Questions des lecteurs » dans notre édition du 1er mai 2007, p. 30-31.