« L’esprit lui-​même témoigne avec notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (ROM. 8:16).

CANTIQUES : 109, 108

1-3. Quel évènement a marqué la Pentecôte 33, et comment a-​t-​il réalisé ce que les Écritures avaient prédit ? (voir illustration du titre).

LA SCÈNE se passe un dimanche matin, vers 9 heures. Ce dimanche est particulier pour ceux qui se trouvent à Jérusalem. Comme c’est un jour de fête, c’est aussi un sabbat. Les sacrifices rituels du matin ont sûrement déjà été offerts au temple. À présent, l’enthousiasme est palpable, car le grand prêtre va bientôt présenter l’offrande balancée des deux pains au levain, faits avec du grain nouveau (Lév. 23:15-20). Cette offrande marque le début de la moisson des blés. Nous sommes en 33 de n. è., le jour de la Pentecôte.

2 Pendant ce temps, un évènement de bien plus grande importance est sur le point de se produire, non pas au temple, mais dans une chambre haute de la ville. Environ 120 disciples de Jésus y sont réunis, « persist[ant] dans la prière » (Actes 1:13-15). Ce qui va leur arriver est étroitement lié à l’offrande des deux pains présentée par le grand prêtre à chaque Pentecôte. L’évènement à venir va aussi réaliser une prophétie prononcée par le prophète Yoël 800 ans plus tôt (Yoël 2:28-32 ;  Actes 2:16-21). Quel évènement pourrait donc avoir une telle importance ?

3 Lire Actes 2:2-4. L’esprit saint de Dieu est répandu sur les disciples réunis dans la chambre haute (Actes 1:8). Ils se mettent à prophétiser, ou à rendre témoignage, au sujet des choses merveilleuses qu’ils ont vues et entendues. Rapidement, une foule de gens se rassemble et l’apôtre Pierre leur explique la signification de ce qui s’est passé. Puis, il leur dit : « Repentez-​vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don gratuit de l’esprit saint. » Ce jour-​là, environ 3 000 personnes accepteront cette invitation, se feront baptiser et recevront l’esprit saint promis (Actes 2:37, 38, 41).

4. a) Pourquoi sommes-​nous concernés par les évènements de la Pentecôte 33 ? b) Quel autre évènement important a peut-être eu lieu le même jour des années plus tôt ? (voir la note).

4 Pourquoi la Pentecôte 33 a-​t-​elle tant d’importance pour nous ? Pas en raison de ce qui s’est passé dans le temple à Jérusalem. C’est plutôt parce que Jésus, en tant que Grand Prêtre, a accompli ce jour-​là ce que le modèle prophétique de la Pentecôte annonçait. Lors de cette fête, le grand prêtre offrait à Jéhovah deux pains au levain. Ces pains représentaient les disciples qui seraient pris d’entre les humains pécheurs pour être oints et devenir des fils adoptifs de Dieu [1]. Ces disciples oints formeraient « les prémices ». Ils pourraient ainsi aller au ciel pour faire partie du Royaume qui apporterait d’innombrables bienfaits au reste des humains obéissants (Jacq. 1:18 ; 1 Pierre 2:9). Par conséquent, que notre espérance soit de vivre pour toujours au ciel avec Jésus ou sur une terre paradisiaque, nous sommes directement concernés par les évènements de la Pentecôte 33 !

COMMENT SE PRODUIT L’ONCTION

5. Comment savons-​nous que tous les oints n’ont pas reçu leur onction exactement de la même façon ?

5 Si tu avais fait partie des disciples sur qui « des langues comme de feu » étaient apparues, tu n’aurais jamais oublié ce jour. Pour toi, il n’aurait fait aucun doute que tu avais été oint d’esprit saint, surtout si tu avais aussi reçu le don miraculeux de parler en langue étrangère (Actes 2:6-12). Mais tous les oints ont-​ils reçu leur onction de façon aussi spectaculaire ? Non. Il n’y a pas eu de « langues comme de feu » sur la tête des 3 000 qui sont devenus disciples à la Pentecôte 33. Ils ont reçu leur onction lors de leur baptême (Actes 2:38). Ceci dit, cela n’a pas été le cas de tous les oints. Un certain nombre de Samaritains, par exemple, ont reçu leur onction quelque temps après leur baptême (Actes 8:14-17). À l’inverse, cas exceptionnel, Corneille et sa maisonnée ont été oints d’esprit saint avant même d’être baptisés (Actes 10:44-48).

6. Que reçoivent tous les oints, et quel effet cela a-​t-​il sur eux ?

6 De plus, tous les oints ne prennent pas conscience de leur appel céleste exactement de la même manière. Pour certains, cette prise de conscience est soudaine et pour d’autres, elle est progressive. Mais quoi qu’il en soit, chacun possède ce dont l’apôtre Paul a parlé ainsi : « Après avoir cru, vous avez été scellés de l’esprit saint promis, qui est un gage par anticipation de notre héritage » (Éph. 1:13, 14). Cette opération particulière de l’esprit saint est comparable à un acompte, une garantie (ou gage) de ce qui est à venir. Ce « gage » donne aux chrétiens oints l’intime conviction d’avoir l’espérance céleste (lire 2 Corinthiens 1:21, 22 ; 5:5).

7. Que doit faire chaque chrétien oint pour recevoir sa récompense au ciel ?

 7 Le chrétien qui reçoit ce « gage » a-​t-​il la garantie qu’il vivra au ciel ? Non. Il est sûr d’y avoir été invité, mais il ne recevra sa récompense céleste que s’il se montre fidèle jusqu’à la fin. Pierre l’a expliqué en ces termes : « C’est pourquoi, frères, faites d’autant plus tout votre possible pour vous assurer votre appel et votre choix ; car si vous continuez à faire ces choses, non vous ne faillirez jamais. C’est ainsi, en effet, que vous sera richement fournie l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ » (2 Pierre 1:10, 11). Chaque chrétien oint doit donc faire de gros efforts pour rester fidèle. Sinon, son appel céleste, ou invitation, ne lui servira à rien (Héb. 3:1 ; Rév. 2:10).

COMMENT QUELQU’UN SAIT-​IL QU’IL EST OINT ?

8, 9. a) Pourquoi beaucoup ont-​ils du mal à saisir ce qui se produit chez quelqu’un qui devient oint ? b) Comment quelqu’un sait-​il qu’il a été invité à aller au ciel ?

8 La plupart des serviteurs de Dieu aujourd’hui ont peut-être du mal à saisir ce qui se produit chez quelqu’un qui reçoit l’onction. Cela se comprend. Ils n’en ont jamais fait l’expérience. À l’origine, Dieu avait prévu que les humains vivent éternellement sur la terre (Gen. 1:28 ; Ps. 37:29). Le fait d’en appeler certains à exercer les fonctions de roi et de prêtre au ciel n’est donc pas la norme. Il s’agit d’une disposition exceptionnelle. Cet appel cause un profond changement dans leurs façons de penser et d’envisager l’avenir, si bien qu’ils se réjouissent à la perspective de vivre au ciel (lire Éphésiens 1:18).

9 Mais comment quelqu’un sait-​il qu’il a l’appel céleste, qu’il a reçu ce « gage » ? La réponse ressort clairement des paroles de Paul aux frères oints de Rome, qui étaient « appelés à être saints ». Il leur a dit : « Vous n’avez pas reçu un esprit d’esclavage inspirant de nouveau la crainte, mais vous avez reçu un esprit d’adoption comme fils, par lequel nous crions : “Abba, Père !” L’esprit lui-​même témoigne avec notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (Rom. 1:7 ; 8:15, 16). Autrement dit, au moyen de son esprit saint, Dieu fait clairement savoir à celui qui est oint qu’il est invité à devenir un héritier du Royaume (1 Thess. 2:12).

10. En quel sens, selon 1 Jean 2:27, un chrétien oint n’a-​t-​il pas besoin que quelqu’un l’enseigne ?

10 Ceux qui ont reçu cette invitation divine n’ont pas besoin d’un autre témoignage. Ils n’ont pas besoin que quelqu’un d’autre confirme leur onction. Jéhovah ne laisse subsister absolument aucun doute dans leur esprit ni dans leur cœur. L’apôtre Jean dit aux chrétiens oints : « Vous avez une onction qui vient du saint ; tous, vous avez la connaissance. » Il ajoute : « L’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin que quelqu’un vous enseigne ; mais, comme l’onction reçue de lui vous enseigne sur toutes choses, et qu’elle est vraie et n’est pas mensonge, et tout comme elle vous a enseignés, demeurez en union avec lui » (1 Jean 2:20, 27). Les oints ont, comme tout le monde, besoin d’être instruits spirituellement. Mais ils n’ont pas besoin que quelqu’un confirme leur onction. La force la plus puissante de l’univers leur a donné cette conviction !

UNE « NOUVELLE NAISSANCE »

11, 12. Que pourrait se demander un chrétien oint, mais de quoi ne doute-​t-​il pas ?

11 Lorsque l’esprit saint donne à un chrétien la conviction qu’il est oint,  celui-ci subit une profonde transformation. Jésus a dit qu’un tel chrétien « naît de nouveau [2] », ou « est engendré d’en haut » (Jean 3:3, 5 ; note). Il a ajouté : « Ne t’étonne pas parce que je t’ai dit : Vous devez naître de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Ainsi est tout homme qui est né de l’esprit » (Jean 3:7, 8). À l’évidence, il est impossible d’expliquer en détail à quelqu’un qui n’a pas reçu l’appel céleste ce qu’éprouve celui qui le reçoit.

12 Il arrive que ceux qui reçoivent cette invitation se demandent : « Pourquoi ai-​je été choisi ? Pourquoi moi et pas un autre ? » Ils peuvent même douter d’en être vraiment dignes. Cependant, ils ne doutent pas d’avoir été invités. Leur cœur déborde de joie et de reconnaissance. Ils partagent les sentiments que Pierre, sous inspiration divine, a exprimés ainsi : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, car selon sa grande miséricorde il nous a donné une nouvelle naissance pour une espérance vivante grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne peut se corrompre, ni se souiller, ni se flétrir. Il est tenu en réserve dans les cieux pour vous » (1 Pierre 1:3, 4). Quand les oints lisent ces mots, ils savent sans l’ombre d’un doute que leur Père céleste s’adresse à eux personnellement.

13. Comment, chez un chrétien oint, la façon de penser change-​t-​elle, et qu’est-​ce qui cause ce changement ?

13 Avant de recevoir l’appel céleste, ces chrétiens avaient l’espérance terrestre. Ils attendaient avec impatience l’époque où Jéhovah purifiera la terre, et ils voulaient avoir part à ce futur. Ils s’imaginaient peut-être même en train d’accueillir leurs êtres chers à la résurrection. Ils avaient hâte de vivre dans une maison qu’ils auraient bâtie et de manger les fruits d’arbres qu’ils auraient plantés (Is. 65:21-23). Pourquoi leur façon de penser a-​t-​elle changé ? Ce n’est pas parce que l’espérance terrestre ne leur convenait plus. Ce n’est pas non plus en raison de souffrances qu’ils auraient connues ou d’un trouble émotionnel. Ils ne se sont pas dit subitement que vivre éternellement sur terre serait ennuyeux et qu’il pourrait être intéressant d’explorer de nouveaux horizons au ciel. Ils ont plutôt changé en raison de l’opération de l’esprit de Dieu, qui non seulement les a appelés, ou invités, mais qui a aussi changé leur façon de penser et leur espérance.

14. Comment les oints considèrent-​ils leur vie sur terre ?

14 Faut-​il en conclure que les oints veulent mourir ? Paul a donné cette réponse, sous inspiration divine : « Nous qui sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés ; parce que nous voulons, non pas nous en dévêtir, mais revêtir l’autre, pour que ce qui est mortel soit englouti par la vie » (2 Cor. 5:4). Ce n’est pas qu’ils ont perdu goût à la vie sur terre et voudraient qu’elle prenne fin rapidement. Au contraire, ils sont heureux d’utiliser chaque journée qui passe au service de Jéhovah en compagnie de leurs amis et de leurs proches. Mais ils ne peuvent s’empêcher de penser à leur glorieuse espérance (1 Cor. 15:53 ; 2 Pierre 1:4 ; 1 Jean 3:2, 3 ; Rév. 20:6).

AS-​TU ÉTÉ APPELÉ ?

15. Qu’est-​ce qui ne prouve pas que quelqu’un est oint ?

15 Te demandes-​tu si tu as reçu cette merveilleuse invitation ? Si tu penses que c’est peut-être le cas, réfléchis à ces questions importantes : Penses-​tu faire  preuve d’un zèle plus qu’ordinaire dans le ministère ? Es-​tu un étudiant de la Bible appliqué, qui aime creuser « les choses profondes de Dieu » ? (1 Cor. 2:10). As-​tu l’impression que Jéhovah bénit particulièrement ton ministère ? Veux-​tu, plus que tout, faire sa volonté ? As-​tu le profond souci d’aider les autres spirituellement ? As-​tu vu Jéhovah intervenir dans ta vie ? Si, sans hésiter, tu réponds oui à ces questions, cela signifie-​t-​il que tu as reçu l’appel céleste ? Non. Pourquoi ? Parce que ceux qui ont reçu l’appel céleste ne sont pas les seuls à éprouver de tels sentiments. L’esprit de Jéhovah agit avec la même force sur ceux qui ont l’espérance de vivre éternellement sur la terre. À vrai dire, le seul fait de te demander si tu as reçu l’appel céleste est en soi une preuve que tu ne l’as pas reçu. Ceux qui ont été appelés par Jéhovah ne se demandent pas s’ils ont été ou non invités ! Ils le savent, tout simplement !

16. Comment savons-​nous que ceux qui ont reçu de l’esprit saint n’ont pas tous été invités à aller au ciel ?

16 Les Écritures fournissent de nombreux exemples d’hommes de foi sur qui l’esprit saint agissait de façon manifeste. Pourtant, ils n’avaient pas l’espérance de vivre au ciel. Citons Jean le Baptiste. Jésus a parlé de lui en termes très élogieux, mais il a également indiqué que Jean ne ferait pas partie du Royaume des cieux (Mat. 11:10, 11). David aussi a été guidé par l’esprit saint (1 Sam. 16:13). C’était un homme d’une grande spiritualité qui, sous l’inspiration de Dieu, a même écrit des parties de la Bible (Marc 12:36). Pour autant, à la Pentecôte, Pierre a dit que David n’était « pas monté aux cieux » (Actes 2:34). L’esprit saint a agi puissamment sur ces hommes, mais il ne leur a pas donné le témoignage selon lequel ils avaient été choisis pour la vie céleste. Cela ne signifie pas qu’ils étaient indignes de cet appel ou qu’il leur manquait quelque chose. Cela signifie simplement que Jéhovah les ressuscitera sur la terre (Jean 5:28, 29 ; Actes 24:15).

17, 18. a) Quelle récompense la plupart des serviteurs de Dieu espèrent-​ils recevoir ? b) À quelles questions répondrons-​nous dans l’article qui suit ?

17 La plupart des serviteurs de Dieu aujourd’hui n’ont pas l’appel céleste. Ils nourrissent la même espérance que David, Jean le Baptiste et d’autres hommes et femmes du passé. Comme Abraham, ils se réjouissent à la perspective de vivre sous la domination du Royaume (Héb. 11:10). En ce temps de la fin, seul un reste de ceux qui ont été choisis pour la vie céleste se trouve encore sur terre (Rév. 12:17). Cela signifie que la plupart des 144 000 sont déjà morts fidèles.

18 Alors, comment ceux qui ont l’espérance terrestre devraient-​ils considérer un chrétien qui dit avoir l’espérance céleste ? Si un membre de ta congrégation se met à prendre les emblèmes lors du Mémorial, comment devrais-​tu réagir ? Si le nombre de ceux qui disent avoir l’appel céleste augmente, cela devrait-​il te préoccuper ? L’article qui suit répondra à ces questions.

^ [1] (paragraphe 4) La date à laquelle la Pentecôte était observée correspond peut-être au jour où la Loi avait été donnée au mont Sinaï (Ex. 19:1). Si c’est le cas, de même que Moïse a été utilisé comme médiateur pour faire entrer Israël dans l’alliance de la Loi ce jour-​là, de même, en 33 de n. è., Jésus Christ a fait entrer une nouvelle nation, l’Israël spirituel, dans la nouvelle alliance.

^ [2] (paragraphe 11) Pour plus d’explications sur ce que signifie naître de nouveau, voir La Tour de Garde du 1er avril 2009, p. 3-11.