Aller au contenu

Aller au sommaire

Montre-​toi fidèle à Jéhovah

Montre-​toi fidèle à Jéhovah

« Que Jéhovah lui-​même soit entre moi et toi, entre ma descendance et ta descendance, et cela pour des temps indéfinis » (1 SAM. 20:42).

CANTIQUES : 125, 62

1, 2. Pourquoi l’amitié de Yonathân avec David est-​elle un remarquable exemple de fidélité ?

YONATHÂN a dû être impressionné par la façon dont le jeune David a affronté le géant Goliath. À présent, David se tient devant le père de Yonathân, le roi d’Israël Saül, avec « à la main la tête du Philistin » (1 Sam. 17:57). Yonathân admire sans doute David pour son courage. Il est clair que Dieu est avec lui. « L’âme de Yonathân se li[e] à l’âme de David » et les deux hommes « conclu[ent] alors une alliance », parce que Yonathân aime David « comme son âme » (1 Sam. 18:1-3). Toute sa vie, il restera fidèle à son amitié avec David.

2 Même si Dieu a choisi David comme prochain roi d’Israël, Yonathân reste attaché à David. Quand il apprend que Saül cherche à tuer David, il se fait du souci pour son ami. Pour l’encourager, il se rend alors à Horesh, dans le désert de Juda. Là, il fortifie la confiance de David en Dieu. Il lui dit : « N’aie pas peur [...] ; toi, tu seras roi sur Israël, et moi, je deviendrai le second après toi » (1 Sam. 23:16, 17).

3. Pour Yonathân, qu’est-​ce qui était plus important que d’être fidèle à David, et comment le savons-​nous ? (voir illustration du titre).

 3 La fidélité est généralement une qualité admirée. Mais nous passerions à côté d’un enseignement essentiel si nous admirions la fidélité de Yonathân envers David tout en oubliant sa fidélité à Dieu. Pourquoi Yonathân voyait-​il en David un ami plutôt qu’un rival ? Manifestement, avoir une position en vue n’était pas le plus important pour Yonathân. Rappelle-​toi qu’il a fortifié la confiance de David en Jéhovah. La fidélité à Dieu occupait à l’évidence la première place dans le cœur de Yonathân. Elle était le fondement même de sa fidélité à David. Les deux amis ont fidèlement respecté leur serment : « Que Jéhovah lui-​même soit entre moi et toi, entre ma descendance et ta descendance, et cela pour des temps indéfinis » (1 Sam. 20:42).

4. a) Qu’est-​ce qui apporte la joie et la satisfaction véritables ? b) Qu’allons-​nous examiner dans cet article ?

4 En tant que chrétiens, nous ne nous contentons pas d’admirer la fidélité chez les autres ; nous sommes nous-​mêmes fidèles à notre famille, à nos amis et à nos frères et sœurs spirituels (1 Thess. 2:10, 11). Mais à qui notre fidélité doit-​elle d’abord aller ? À Celui qui nous a donné la vie ! (Rév. 4:11). La fidélité à Dieu apporte la joie et la satisfaction véritables. Mais pour lui être fidèles, nous devons lui rester attachés même dans des circonstances éprouvantes. Dans cet article, nous verrons comment l’exemple de Yonathân peut nous aider à rester fidèles à Dieu dans quatre situations difficiles : 1) si quelqu’un qui exerce une autorité ne semble pas mériter notre respect, 2) si nous devons choisir à qui nous montrer d’abord fidèles, 3) si nous nous sentons incompris ou mal jugés et 4) si rester fidèles va à l’encontre de nos préférences personnelles.

SI QUELQU’UN QUI EXERCE UNE AUTORITÉ NE SEMBLE PAS MÉRITER NOTRE RESPECT

5. Pendant le règne de Saül, pourquoi était-​ce difficile pour le peuple d’Israël d’être fidèle à Jéhovah ?

5 Saül, le père de Yonathân, a été choisi par Dieu pour être roi. Mais il s’est plus tard montré désobéissant et a été rejeté par Jéhovah (1 Sam. 15:17-23). Cependant, Dieu ne l’a pas immédiatement chassé du trône. Saül a donc, par sa mauvaise conduite, mis à l’épreuve son entourage et l’ensemble de ses sujets : il leur fallait rester fidèles à Dieu alors que le roi, qui était assis sur « le trône de Jéhovah », suivait une voie contraire (1 Chron. 29:23).

6. Qu’est-​ce qui montre que Yonathân est resté fidèle à Jéhovah ?

6 Quand Saül a commencé à désobéir, son fils Yonathân s’est quant à lui montré fidèle à Jéhovah (1 Sam. 13:13, 14). Le prophète Samuel avait déclaré : « Jéhovah ne délaissera pas son peuple, à cause de son grand nom » (1 Sam. 12:22). Yonathân a montré sa confiance en ces paroles quand une immense armée philistine équipée de 30 000 chars a menacé Israël. Saül ne disposait alors que de 600 hommes, et seuls Yonathân et lui avaient des armes ! Cela n’a pas empêché Yonathân de s’approcher de l’avant-poste philistin, avec son porteur d’armes comme seul soutien. « Pour Jéhovah, a-​t-​il dit, il n’y a pas d’obstacle pour sauver avec beaucoup ou avec peu. » Les deux Israélites ont abattu environ 20 hommes de l’avant-poste. Puis, « la terre se mit à s’agiter, et cela devint un tremblement provenant de Dieu ». En pleine confusion, les Philistins se sont alors entretués. Ainsi, la foi de Yonathân a mené à la victoire (1 Sam. 13:5, 15, 22 ; 14:1, 2, 6, 14, 15, 20).

7. Comment Yonathân a-​t-​il agi avec son père ?

7 Même quand les relations de Saül avec Dieu se sont détériorées, Yonathân a coopéré  avec son père chaque fois que c’était possible. Ils ont notamment combattu ensemble pour défendre le peuple de Dieu (1 Sam. 31:1, 2).

8, 9. Pourquoi pouvons-​nous dire que nous sommes fidèles à Dieu si nous respectons ceux qui exercent une autorité ?

8 Nous aussi, nous pouvons nous montrer fidèles à Dieu en manifestant, comme il l’exige, une soumission relative aux autorités supérieures, même si certaines semblent ne pas mériter notre respect. Par exemple, si un représentant du gouvernement est corrompu, nous le respectons quand même en raison de sa fonction : il fait partie des « autorités supérieures », à qui nous devons une soumission relative (lire Romains 13:1, 2). En fait, nous avons tous la possibilité d’être fidèles à Jéhovah en respectant ceux à qui il accorde une autorité (1 Cor. 11:3 ; Héb. 13:17).

Une façon de se montrer fidèle à Jéhovah est de manifester du respect à son conjoint non Témoin (voir paragraphe 9).

9 Olga [1], qui vit en Amérique du Sud, s’est montrée fidèle à Dieu en respectant son mari malgré des circonstances éprouvantes. Il était très mécontent qu’elle soit Témoin de Jéhovah. Pendant des années, il s’est opposé à elle : il la harcelait, l’insultait, refusait de lui parler et menaçait de la quitter en emmenant leurs enfants. Plutôt que de rendre le mal pour le mal, Olga a fait de son mieux pour être une bonne épouse. Elle a pris soin de son mari en lui préparant ses repas, en lui nettoyant son linge et en s’occupant de ses proches (Rom. 12:17). Quand il assistait à des réunions de famille ou se retrouvait avec ses collègues, elle l’accompagnait chaque fois que c’était possible. Par exemple, lorsqu’il a dû se rendre dans une autre ville pour assister aux funérailles de son père, elle a préparé les enfants et tout le nécessaire pour le voyage. Elle l’a attendu à la porte de l’église, jusqu’à la fin de la cérémonie. Finalement, après de nombreuses années, il a commencé à s’adoucir grâce à la patience et au respect qu’Olga lui manifestait. Aujourd’hui, il la conduit à la Salle du Royaume et l’encourage même à y aller. Et parfois, il assiste aux réunions avec elle (1 Pierre 3:1).

SI NOUS DEVONS CHOISIR À QUI NOUS MONTRER FIDÈLES

10. Comment Yonathân a-​t-​il su à qui il devait être fidèle ?

10 Saül étant déterminé à tuer David, Yonathân s’est trouvé face à un dilemme : il  avait conclu une alliance avec David, mais il était aussi soumis à son père. Cependant, il savait que Dieu était avec David, et non avec son père. Il a donc fait passer sa fidélité à David avant sa fidélité à Saül. Il a prévenu David qu’il devait se cacher, puis il a parlé de lui en bien à son père (lire 1 Samuel 19:1-6).

11, 12. Comment notre amour pour Dieu nous aide-​t-​il à décider de lui rester fidèles ?

11 Alice, une sœur australienne, a dû décider à qui irait d’abord sa fidélité. Quand elle a commencé à étudier la Bible, elle parlait aux membres de sa famille des bonnes choses qu’elle apprenait. Au bout d’un certain temps, elle leur a dit qu’elle ne fêterait plus Noël avec eux. Elle leur a expliqué pourquoi, mais leur déception première s’est progressivement transformée en profonde colère. Ils avaient l’impression qu’elle tournait le dos à sa famille. Alice raconte : « Ma mère a fini par dire qu’elle me reniait. J’étais choquée et profondément blessée parce que j’aimais vraiment ma famille. Mais j’ai décidé que Jéhovah et son Fils occuperaient la première place dans mon cœur, et je me suis fait baptiser à l’assemblée suivante » (Mat. 10:37).

12 Si nous n’y prenons pas garde, notre fidélité envers un pays, une école ou une équipe sportive peut finir par étouffer notre fidélité envers Dieu. Citons l’exemple d’Henry, qui aime jouer aux échecs. Son école avait déjà remporté plusieurs championnats, et il voulait faire de son mieux pour la soutenir. Mais il a reconnu : « Petit à petit, ma fidélité à l’école prenait le pas sur ma fidélité à Dieu. Les tournois d’échecs du week-end m’empêchaient souvent d’aller prêcher et d’assister aux réunions. J’ai donc décidé de me retirer de l’équipe » (Mat. 6:33).

13. Comment la fidélité à Dieu peut-​elle nous aider à gérer des problèmes familiaux ?

13 Il peut être difficile d’être fidèle à plusieurs membres de sa famille à la fois. Ken témoigne : « Je voulais rendre visite régulièrement à ma mère âgée et l’inviter à la maison de temps en temps. Mais ma femme et elle ne s’entendaient pas bien. Au début, je ne savais pas quoi faire, parce que je ne pouvais pas plaire à l’une sans déplaire à l’autre. Puis, j’ai compris que, dans ce genre de situation, c’est à ma femme que je dois d’abord être fidèle. Avec tact, je me suis donc efforcé de trouver un compromis qui pourrait lui convenir. » La fidélité à Dieu et le respect pour sa Parole ont donné à Ken le courage d’expliquer à sa femme pourquoi il était important d’accueillir gentiment sa mère, et d’expliquer à sa mère pourquoi elle devait respecter sa femme (lire Genèse 2:24 ; 1 Corinthiens 13:4, 5).

SI NOUS NOUS SENTONS INCOMPRIS OU MAL JUGÉS

14. Comment Saül a-​t-​il été injuste avec Yonathân ?

14 Être mal jugés par une personne exerçant des responsabilités peut mettre notre fidélité à Jéhovah à rude épreuve. Yonathân a peut-être connu cette difficulté. Le roi Saül, l’oint de Dieu, était conscient de l’amitié qui existait entre son fils et David, mais il n’en comprenait pas la raison. Un jour, dans une explosion de colère, il a humilié son fils. Mais Yonathân ne s’est pas vengé. Il n’a pas non plus renoncé à sa fidélité à Dieu ou à David, qui deviendrait plus tard le roi d’Israël (1 Sam. 20:30-41).

15. Si un frère nous traite injustement, comment devrions-​nous réagir ?

15 Il est peu probable que nous soyons traités injustement dans une de nos congrégations. Cependant, ceux qui nous dirigent sont imparfaits et pourraient mal interpréter nos actions (1 Sam. 1:13-17).  S’il nous arrivait d’être mal jugés ou incompris, restons fidèles à Jéhovah.

SI RESTER FIDÈLES VA À L’ENCONTRE DE NOS PRÉFÉRENCES PERSONNELLES

16. Dans quelles situations devons-​nous être fidèles à Jéhovah au lieu d’être égoïstes ?

16 Saül a incité Yonathân à poursuivre ses propres intérêts, à agir égoïstement (1 Sam. 20:31). Mais par fidélité à Dieu, Yonathân a choisi de venir en aide à David plutôt que de rechercher les avantages de la royauté. Nous aurons envie d’imiter l’état d’esprit désintéressé de Yonathân si nous nous rappelons que Jéhovah aime celui qui « a juré pour ce qui est mauvais pour lui, et pourtant [...] ne change pas » (Ps. 15:4). Yonathân n’est pas revenu sur sa promesse faite à David. Il nous laisse un modèle à suivre. Par exemple, si un accord commercial se révèle plus compliqué à respecter que prévu, notre fidélité à Dieu et notre respect pour la Bible devraient nous pousser à tenir parole. Et si notre vie de couple est plus difficile que nous ne l’avions imaginé ? L’amour pour Dieu nous aidera à rester fidèles à notre conjoint (lire Malaki 2:13-16).

L’obligation d’honorer un accord commercial peut mettre à l’épreuve notre fidélité à Dieu et notre respect pour la Bible (voir paragraphe 16).

17. Comment cette étude t’a-​t-​elle aidé ?

17 Méditer sur l’exemple de Yonathân ne nous incite-​t-​il pas à imiter sa fidélité à Dieu ? Comme Yonathân, ne recherchons pas nos propres intérêts. Et montrons notre fidélité à Jéhovah en étant fidèles à ses serviteurs, même à ceux qui nous déçoivent. Quand nous restons fidèles à Jéhovah dans des circonstances difficiles, nous réjouissons son cœur, ce qui nous procure une immense satisfaction (Prov. 27:11). De plus, nous constaterons qu’il peut faire en sorte que les choses tournent bien pour ceux qui l’aiment. Dans l’article qui suit, nous examinerons de précieuses leçons qui se dégagent de la vie de contemporains, fidèles et infidèles, de David.

^ [1] (paragraphe 9) Certains prénoms ont été changés.