« Toi, ô Israël, tu es mon serviteur, toi, ô Jacob, que j’ai choisi, la semence d’Abraham mon ami » (IS. 41:8).

CANTIQUES : 91, 22

1, 2. a) Comment savons-​nous que des humains peuvent être les amis de Dieu ? b) Qu’allons-​nous examiner dans cet article ?

DU BERCEAU à la tombe, l’amour nous est indispensable. En effet, les humains ont grand besoin d’amour. Nous ne parlons pas seulement de relations amoureuses, mais aussi d’amitié et de liens avec les autres. Mais l’amour dont nous avons le plus besoin, c’est l’amour de Jéhovah. Beaucoup ont du mal à imaginer que des humains puissent nouer une amitié étroite, affectueuse, avec le Dieu Tout-Puissant, un Esprit invisible qui vit au ciel. Partageons-​nous ces doutes ? Loin de là !

2 La Bible indique que des humains imparfaits ont été les amis de Dieu. Méditer sur de tels exemples en vaut la peine, car entretenir une amitié avec Dieu est le meilleur but qu’on puisse se fixer dans la vie. Abraham nous a laissé un exemple remarquable sous ce rapport (lire Jacques 2:23). Comment est-​il devenu si proche de Jéhovah ? C’est en grande partie grâce à sa foi. La Bible l’appelle même « le père de tous ceux qui ont  foi » (Rom. 4:11). Examinons donc comment sa foi lui a permis de nouer une amitié étroite avec Dieu. Et demandons-​nous : « Comment puis-​je imiter la foi d’Abraham et renforcer mon amitié avec Jéhovah ? »

COMMENT ABRAHAM EST DEVENU L’AMI DE JÉHOVAH

3, 4. a) Explique ce qui a sûrement été la pire des épreuves pour la foi d’Abraham. b) Pourquoi Abraham était-​il prêt à sacrifier Isaac ?

3 Imagine la scène : Un vieil homme gravit péniblement une montagne. Ce voyage est certainement le plus difficile de toute sa vie. Mais la difficulté ne vient pas de son âge. En effet, même si Abraham a environ 125 ans, il a encore toute son énergie [1]. Derrière lui se trouve un jeune homme, peut-être âgé de 25 ans. C’est son fils, Isaac. Il porte du bois coupé. Abraham a un couteau et de quoi allumer un feu. Jéhovah lui a demandé de sacrifier son propre fils ! (Gen. 22:1-8).

4 La foi d’Abraham n’a sans doute jamais été éprouvée à ce point. Certains disent que Dieu s’est montré cruel en lui demandant de sacrifier son fils. Et d’autres laissent entendre que l’obéissance d’Abraham était aveugle et dénuée de sentiments. Ils raisonnent ainsi parce qu’ils n’ont pas la foi et ne comprennent pas non plus comment elle agit (1 Cor. 2:14-16). Abraham n’a pas obéi à Dieu aveuglément. Il a plutôt obéi parce qu’il voyait. Avec les yeux de la foi, il voyait que son Père céleste, Jéhovah, ne demande jamais à ses fidèles serviteurs quoi que ce soit qui leur causerait un tort durable. Abraham savait que s’il obéissait à Jéhovah, celui-ci le bénirait, lui et son cher fils. Sur quoi sa foi reposait-​elle ? Sur la connaissance et l’expérience.

5. Comment Abraham a-​t-​il sans doute appris à connaître Jéhovah, et quels sentiments cette connaissance a-​t-​elle fait naître en lui ?

5 La connaissance. Bien qu’il ait grandi à Our, ville chaldéenne remplie d’idolâtrie, Abraham a appris à connaître Jéhovah. Comment était-​ce possible, sachant que son père, Térah, adorait de faux dieux ? (Jos. 24:2). La Bible ne le dit pas précisément. Elle révèle cependant qu’Abraham appartenait à la neuvième génération des descendants de Sem, l’un des fils de Noé et un homme de grande foi. Abraham avait 150 ans lorsque Sem est mort. Nous ne pouvons pas affirmer que c’est à son contact qu’Abraham a appris à connaître Jéhovah. Cependant, on peut supposer que Sem a transmis à sa famille ce qu’il savait sur Jéhovah. D’une manière ou d’une autre, cette connaissance est parvenue jusqu’à Abraham et a touché son cœur. Il a appris à aimer le Dieu dont on lui avait parlé, et cette connaissance l’a aidé à bâtir sa foi.

6, 7. Comment certains évènements de la vie d’Abraham ont-​ils fortifié sa foi en Jéhovah ?

6 L’expérience. Comment, par l’expérience, Abraham a-​t-​il fortifié sa foi en Jéhovah ? On dit parfois que les pensées mènent à des sentiments et que les sentiments mènent à des actions. Ce qu’Abraham a appris a produit en lui un profond sentiment de respect mêlé d’admiration pour « Jéhovah le Dieu Très-Haut, Celui qui a produit le ciel et la terre » (Gen. 14:22). La Bible appelle ce sentiment « crainte de Dieu », sentiment essentiel pour tisser une amitié étroite avec lui (Héb. 5:7 ; Ps. 25:14). C’est cette crainte qui poussait Abraham à l’action.

7 Dieu a un jour ordonné à Abraham et à Sara, alors âgés, de quitter Our pour un pays étranger. Ils allaient habiter sous des tentes pour le reste de leur vie. En obéissant, Abraham a donné à Jéhovah la possibilité de le bénir et de le protéger. Par  exemple, il lui est arrivé de craindre que sa femme, Sara, qui était très belle, ne lui soit enlevée et qu’il se fasse tuer. Ses craintes étaient justifiées, mais il ne les a pas laissées l’empêcher d’obéir à Jéhovah. À plusieurs reprises, Jéhovah est intervenu miraculeusement pour le protéger, lui et sa femme (Gen. 12:10-20 ; 20:2-7, 10-12, 17, 18). Ces évènements ont fortifié la foi d’Abraham.

8. Comment, par la connaissance et l’expérience, pouvons-​nous fortifier notre amitié avec Jéhovah ?

8 Pouvons-​nous nouer une amitié avec Jéhovah ? Absolument ! La connaissance et l’expérience nécessaires sont à la portée de tous. Nous disposons aujourd’hui de l’abondante sagesse contenue dans la Bible. Ce n’était pas le cas d’Abraham (Dan. 12:4 ; Rom. 11:33). La Parole de Dieu est pleine de trésors qui peuvent enrichir notre connaissance de « Celui qui a produit le ciel et la terre » et faire grandir notre respect et notre amour pour lui. Quand de tels sentiments nous poussent à obéir à Dieu, nous acquérons de l’expérience : Nous constatons que l’application de ses conseils nous protège, et qu’il nous bénit et nous fortifie. Nous nous rendons compte que le servir de tout cœur nous apporte une profonde satisfaction, la paix et la joie (Ps. 34:8 ; Prov. 10:22). Et à mesure que nous grandissons en connaissance et en expérience, notre foi en Jéhovah et notre amitié avec lui grandissent aussi.

COMMENT ABRAHAM A ENTRETENU SON AMITIÉ AVEC DIEU

9, 10. a) De quoi une amitié a-​t-​elle besoin pour s’épanouir ? b) Qu’est-​ce qui montre qu’Abraham entretenait son amitié avec Jéhovah ?

9 Une véritable amitié est un trésor précieux (lire Proverbes 17:17). Cependant, l’amitié n’est pas comparable à un objet inanimé qu’on achète puis qu’on laisse prendre la poussière sur une étagère. Elle est plutôt comparable à quelque chose de vivant, qui a besoin d’être nourri et entouré de soins pour s’épanouir. Abraham entretenait son amitié avec Jéhovah. Comment ?

10 Il n’a jamais estimé que la crainte de Dieu et l’obéissance dont il avait fait preuve par le passé étaient suffisantes. Alors qu’il se rendait avec toute sa maisonnée en Canaan, il a continué de laisser Jéhovah le guider dans ses décisions, petites et grandes. Un an avant la naissance d’Isaac, alors qu’Abraham avait 99 ans, Jéhovah a ordonné que tous les éléments masculins de sa maisonnée soient circoncis. Abraham a-​t-​il contesté cet ordre ou cherché un moyen de ne pas s’y soumettre ? Non, il a mis sa confiance en Jéhovah et a obéi le « jour même » (Gen. 17:10-14, 23).

11. Pourquoi Abraham s’est-​il inquiété à propos de Sodome et Gomorrhe, et comment Jéhovah l’a-​t-​il aidé ?

11 Parce qu’il avait l’habitude d’obéir à Jéhovah même dans les petites choses,  Abraham a entretenu une belle et solide amitié avec lui. Il se sentait libre de lui ouvrir son cœur, et de solliciter son aide lorsqu’il était tourmenté. Par exemple, quand il a appris que Dieu était sur le point de détruire les villes de Sodome et Gomorrhe, Abraham a eu peur que des justes soient supprimés avec les méchants. Peut-être s’inquiétait-​il pour son neveu Lot et sa famille, qui habitaient à Sodome. Il s’est exprimé en toute humilité et avec la plus grande confiance en Dieu, « le Juge de toute la terre ». Jéhovah a alors patiemment fait comprendre à Abraham combien il est miséricordieux : il lit dans les cœurs à la recherche de personnes justes qu’il pourra préserver, même quand il fait s’abattre un jugement (Gen. 18:22-33).

12, 13. a) En quelle occasion la connaissance et l’expérience d’Abraham l’ont-​elles aidé ? b) Qu’est-​ce qui montre qu’Abraham faisait confiance à Jéhovah ?

12 Chaque bribe de connaissance et d’expérience qu’a acquise Abraham a sans aucun doute nourri son amitié avec Jéhovah. Plus tard, quand Jéhovah l’a mis à l’épreuve en lui demandant de sacrifier son fils Isaac, Abraham a pu réfléchir au genre de personne qu’était son Ami céleste. Souviens-​toi de la scène évoquée précédemment. Abraham, cet homme fidèle qui gravit péniblement une montagne du pays de Moria, pense-​t-​il que Jéhovah va soudain changer et devenir dur et impitoyable ? Pour lui, c’est inconcevable ! Comment le savons-​nous ?

13 Avant de quitter les serviteurs qui l’accompagnaient, lui et son fils, Abraham leur a dit : « Restez ici, vous, avec l’âne ; moi et le garçon, nous voulons aller jusque là-bas pour adorer, puis nous reviendrons vers vous » (Gen. 22:5). Que voulait-​il dire ? Était-​il en train de mentir à ses serviteurs, de leur faire croire qu’Isaac reviendrait tout en sachant que celui-ci serait sacrifié ? Non. La Bible nous aide à comprendre le raisonnement qu’Abraham a pu tenir (lire Hébreux 11:19). Au sujet de son fils, « il a estimé que Dieu pouvait même le relever d’entre les morts ». Oui, Abraham croyait en la résurrection. Il savait que Jéhovah avait ranimé ses facultés procréatrices ainsi que celles de Sara, alors qu’ils étaient âgés (Héb. 11:11, 12, 18). Il comprenait que rien n’est impossible à Jéhovah. Il était donc persuadé que, quoi qu’il puisse arriver lors de cette journée éprouvante, son cher fils lui serait rendu afin que toutes les promesses de Jéhovah puissent se réaliser. Pas étonnant qu’Abraham soit appelé « le père de tous ceux qui ont foi » !

14. Quelles difficultés as-​tu dans ton service pour Jéhovah, et comment l’exemple d’Abraham peut-​il t’aider ?

14 Qu’en est-​il de nous ? Dieu, c’est vrai, ne nous demande pas de tels sacrifices. Pour autant, il nous demande de  nous soumettre à ses exigences même quand cela nous coûte ou que nous n’en comprenons pas les raisons. Trouves-​tu difficile d’obéir à certaines exigences de Dieu ? Certains parmi nous ont du mal à participer au ministère. Ils luttent peut-être contre la timidité et hésitent à aborder des inconnus pour leur parler de la bonne nouvelle. D’autres ont du mal à se démarquer de leurs camarades d’école ou de leurs collègues de travail (Ex. 23:2 ; 1 Thess. 2:2). As-​tu parfois le sentiment d’être, comme Abraham, en train de gravir cette montagne du pays de Moria, de te trouver face à une tâche qui te dépasse ? Si c’est le cas, tu peux puiser du courage dans son exemple de foi. Méditer sur la vie d’hommes et de femmes fidèles peut nous pousser à les imiter et à faire de Jéhovah notre Ami (Héb. 12:1, 2).

UNE AMITIÉ QUI APPORTE DES BIENFAITS

15. Pourquoi pouvons-​nous être sûrs qu’Abraham n’a jamais regretté d’avoir obéi fidèlement à Jéhovah ?

15 D’après toi, Abraham a-​t-​il regretté d’avoir obéi fidèlement à Jéhovah ? Note en quels termes la Bible décrit la fin de sa vie : « Abraham expira et mourut dans une belle vieillesse, vieux et rassasié de jours » (Gen. 25:8). Abraham avait 175 ans quand ses forces l’ont finalement quitté. Mais en faisant le bilan de sa vie, il a dû éprouver une profonde satisfaction. Il avait centré sa vie sur son amitié avec Jéhovah Dieu. Quand nous lisons qu’Abraham était « vieux et rassasié de jours », n’en concluons cependant pas qu’il estimait avoir suffisamment vécu et qu’il n’avait pas envie de vivre à nouveau.

16. Quelles joies Abraham aura-​t-​il peut-être dans le Paradis ?

16 La Bible dit au sujet d’Abraham : « Il attendait la ville ayant des fondements véritables, ville dont Dieu est le bâtisseur et l’auteur » (Héb. 11:10). Abraham croyait fermement qu’un jour il verrait cette ville, le Royaume de Dieu, diriger la terre. Ce sera en effet le cas. Imagine la joie qu’il aura à vivre dans le Paradis et à continuer de fortifier son amitié avec Jéhovah ! Comme il sera ému d’apprendre que, pendant les milliers d’années ayant suivi sa mort, son exemple de foi aura aidé les serviteurs de Jéhovah ! Dans le Paradis, il apprendra même que la façon dont Isaac lui a été rendu était un « exemple » préfigurant quelque chose de beaucoup plus grand (Héb. 11:19). Et il apprendra que la peine qu’il a ressentie au moment où il s’apprêtait à sacrifier Isaac a aidé des millions de fidèles à imaginer la peine que Jéhovah a ressentie quand il a offert son Fils, Jésus Christ, en rançon (Jean 3:16). En effet, l’exemple d’Abraham nous aide à être encore plus sensibles à ce qu’a exigé la rançon, le plus beau geste d’amour de toute l’Histoire !

17. a) À quoi es-​tu déterminé ? b) Qu’allons-​nous examiner dans l’article suivant ?

17 Soyons déterminés à imiter la foi d’Abraham. Continuons d’apprendre à mieux connaître Jéhovah et restons-​lui fidèles. En constatant les récompenses qu’il y a à le servir fidèlement, nous gagnerons en expérience (lire Hébreux 6:10-12). Que Jéhovah soit notre Ami pour toujours ! Dans l’article qui suit, nous examinerons trois autres exemples de serviteurs fidèles qui sont devenus des amis intimes de Dieu.

^ [1] (paragraphe 3) Abraham s’appelait à l’origine Abram et sa femme, Saraï. Mais dans cet article, nous les appellerons Abraham et Sara, noms que Jéhovah leur a plus tard donnés.