NOUS sommes fin novembre 1932 à Mexico. À peine une semaine plus tôt, les feux de signalisation ont fait leur apparition dans cette ville très animée de plus d’un million d’habitants. Mais ces feux sont déjà de l’histoire ancienne. Les journalistes de la ville s’intéressent à un autre évènement. Caméras au poing, ils attendent à la gare l’arrivée d’un voyageur d’exception : Joseph Rutherford, le président de la Watch Tower Society. Les Témoins locaux sont là aussi, prêts à l’accueillir chaleureusement. Il vient assister à leur assemblée de trois jours, qui va réunir tous les frères et sœurs du pays.

Plus tard, L’Âge d’Or a rapporté : « Incontestablement, cette assemblée restera un moment fort de l’histoire des progrès de la Vérité dans la République du Mexique. » Mais qu’est-​ce qui a rendu cette assemblée si remarquable, alors qu’elle n’a réuni que 150 personnes ?

Avant cet évènement, la vérité n’était pas très connue au Mexique. Depuis 1919, on avait organisé de petites assemblées, mais le nombre des congrégations avait diminué au cours des années. L’ouverture d’un Béthel à Mexico en 1929 avait semblé prometteuse, mais tout n’avait pas été si simple. Quand les colporteurs (aujourd’hui appelés pionniers) avaient reçu l’instruction d’arrêter de mélanger les affaires commerciales et la prédication, l’un d’eux avait été tellement mécontent qu’il avait quitté l’organisation de Dieu pour former son propre groupe d’étude de la Bible. Au même moment, le surveillant de la filiale avait eu une conduite contraire à la Bible et avait dû être remplacé. Les Témoins fidèles du Mexique avaient donc besoin d’être redynamisés sur le plan spirituel.

Durant sa visite, frère Rutherford les a encouragés au moyen de sept discours stimulants : deux lors de l’assemblée et cinq diffusés à la radio. C’était la première fois que des stations de radio mexicaines diffusaient la bonne nouvelle dans tout le pays. Après l’assemblée, un nouveau surveillant de filiale a été nommé pour organiser l’œuvre. De plus, grâce à la bénédiction de Jéhovah, les Témoins se sont mis à prêcher avec un zèle renouvelé.

Assemblée à Mexico, en 1941.

L’année suivante, ce n’est pas une mais deux assemblées qui se sont tenues dans le pays : une dans la ville portuaire de Veracruz et l’autre à Mexico. Les efforts des frères en prédication commençaient à produire de bons résultats. En 1931, il y avait 82 proclamateurs. Et 10 ans plus tard, il y en avait 10 fois plus ! Cette année-​là, en 1941, 1 000 personnes ont assisté à l’assemblée théocratique de Mexico.

« INVASION DANS LES RUES »

En 1943, les Témoins ont défilé en hommes-sandwichs pour annoncer l’assemblée « La nation  libre », tenue dans 12 villes du Mexique *. C’était une méthode de prédication utilisée depuis 1936.

Photo d’une revue de 1944 montrant un défilé d’hommes-sandwichs à Mexico.

Les défilés d’hommes-sandwichs à Mexico ont eu beaucoup de succès. À ce sujet, la revue La Nación a rapporté : « Le premier jour [de l’assemblée], [les Témoins] ont reçu l’instruction d’inviter plus de personnes. Le lendemain, il y avait tellement de monde qu’ils ne tenaient plus dans les locaux. » Tout cela n’a pas plu à l’Église catholique, qui a alors mené une campagne contre les Témoins. Mais les frères et sœurs ont courageusement continué de défiler dans les rues. La Nación a également rapporté : « Toute la ville les a vus : [...] des hommes — et même des femmes — transformés en “sandwichs” publicitaires. » L’article montrait une photo des frères dans les rues de Mexico qui comportait cette légende : « Invasion dans les rues ».

DES LITS « PLUS MOELLEUX ET PLUS CHAUDS QUE LE SOL EN CIMENT »

À l’époque, la plupart des Témoins devaient faire de gros sacrifices pour assister aux quelques assemblées organisées au Mexique. Beaucoup venaient de villages isolés, où ni le train ni la route ne passaient. Une congrégation a écrit : « La seule ligne qui passe près d’ici, c’est la ligne télégraphique. » Beaucoup de frères devaient donc voyager à dos de mulet ou marcher pendant des jours juste pour rejoindre un train qui les amènerait dans la ville de l’assemblée.

La plupart des Témoins étant pauvres, ils avaient à peine de quoi se payer un aller simple pour assister à l’assemblée. Sur place, beaucoup logeaient chez des Témoins locaux, qui les accueillaient chaleureusement. D’autres dormaient dans des Salles du Royaume. Une fois, environ 90 frères et sœurs ont dormi au Béthel, sur des « lits faits de 20 cartons de publications chacun, disposés en rangées ». L’Annuaire a raconté que ces invités trouvaient ces lits « plus moelleux et plus chauds que le sol en ciment ».

Pour ces Témoins reconnaissants, il n’y avait aucun doute : la joie de se réunir avec leurs frères valait tous les sacrifices. Aujourd’hui, alors que les proclamateurs au Mexique vont bientôt dépasser le million, ils ont toujours cet état d’esprit *. Un rapport de la filiale du Mexique datant de 1949 disait à propos des frères : « Les difficultés n’ont pas refroidi leur zèle pour la vérité parce que chacune de nos assemblées reste un de leurs sujets de discussion préférés pendant longtemps. Ils se demandent constamment : “Quand allons-​nous avoir une autre assemblée ?” » Cette réflexion est toujours aussi vraie aujourd’hui. (De nos archives en Amérique centrale.)

^ § 9 D’après l’Annuaire 1944, cette assemblée « a permis de faire connaître les Témoins de Jéhovah au Mexique ».

^ § 14 En 2016, au Mexique, il y a eu 2 262 646 assistants au Mémorial.