« TOUTES les guerres du passé [...] ne sont rien à côté du conflit qui fait rage en Europe. » C’est ainsi que La Tour de Garde du 1er septembre 1915 (en angl.) décrivait la Première Guerre mondiale, dans laquelle s’enliserait une trentaine de pays. En raison des hostilités, « l’œuvre [du Royaume] [était] entravée, surtout en Allemagne et en France ».

Face à un violent conflit mondial, les Étudiants de la Bible ne saisissaient pas pleinement le principe de la neutralité chrétienne. Toutefois, ils étaient résolus à annoncer la bonne nouvelle. Voulant faire sa part, Wilhelm Hildebrandt a commandé des exemplaires de L’Étudiant de la Bible en français. Il n’était pas en France en tant que colporteur (évangélisateur à plein temps) mais en tant que soldat allemand. Cet ennemi supposé, vêtu de l’uniforme, communiquait aux Français qu’il croisait un message de paix, à leur grand étonnement.

Des lettres parues dans La Tour de Garde montrent que d’autres Étudiants de la Bible allemands se sont sentis poussés à prêcher la bonne nouvelle du Royaume alors qu’ils étaient dans l’armée. Frère Lemke, qui servait dans la marine, a rapporté que cinq de ses compagnons d’équipage manifestaient de l’intérêt : « Même à bord de ce navire, je récolte du fruit à la louange de Jéhovah. »

Georg Kayser est parti au front comme soldat et est rentré chez lui serviteur du vrai Dieu. Que s’était-il passé ? Après avoir obtenu d’une manière ou d’une autre une publication des Étudiants de la Bible, il avait accepté la vérité de tout cœur et déposé les armes. Il avait ensuite rejoint une unité non combattante. Après la guerre, il a été un pionnier zélé pendant de nombreuses années.

Les Étudiants de la Bible n’avaient pas une pleine compréhension de la question de la neutralité, mais leur état d’esprit et leur conduite contrastaient nettement avec ceux des personnes favorables à la guerre. Tandis que les hommes politiques et les chefs d’Église brandissaient les étendards nationaux, les Étudiants de la Bible restaient  attachés au « Prince de paix » (Is. 9:6). Même si certains ne sont pas restés strictement neutres, ils avaient la conviction profonde exprimée par Konrad Mörtter, autre Étudiant de la Bible : « Je comprenais clairement que, d’après la Parole de Dieu, un chrétien ne devait pas tuer * » (Ex. 20:13).

Hans Hölterhoff a utilisé cette charrette à bras pour faire connaître L’Âge d’Or.

En Allemagne, où la loi ne prévoyait aucune exemption pour objection de conscience, plus d’une vingtaine d’Étudiants de la Bible ont refusé toute implication dans l’armée. Certains ont été classés parmi les malades mentaux. Ce fut le cas de Gustav Kujath, placé dans un centre psychiatrique et drogué. Hans Hölterhoff, qui refusait lui aussi d’être enrôlé, est allé en prison, où il s’est abstenu de participer à l’effort de guerre. Des gardes l’ont maintenu dans une camisole de force, si bien que ses membres se sont engourdis. Ne réussissant pas à le faire céder, ils ont organisé un simulacre d’exécution. Cependant, Hans est resté inébranlable tout au long de la guerre.

D’autres frères ont été enrôlés, mais ont refusé de porter les armes et demandé des postes de non-combattants *. C’est ce qu’a fait Johannes Rauthe, qu’on a envoyé travailler sur les chemins de fer. Konrad Mörtter a été agent de service dans un hôpital, et Reinhold Weber infirmier. August Krafzig aussi s’est réjoui d’avoir un poste qui ne l’a pas conduit au front. La détermination de ces Étudiants de la Bible et d’autres à servir Jéhovah se fondait sur leur compréhension de ce que sont l’amour et la fidélité envers Dieu.

En raison de leur attitude pendant la guerre, les Étudiants de la Bible en Allemagne ont été surveillés par le gouvernement. Les années suivantes, leur prédication leur a valu des milliers de procès. Pour les aider, la filiale d’Allemagne a créé un service juridique au Béthel de Magdebourg.

Les Témoins de Jéhovah ont peu à peu affiné leur compréhension de la question de la neutralité chrétienne. Quand la Deuxième Guerre mondiale a éclaté, ils se sont tenus totalement séparés de l’armée. Considérés comme ennemis de l’État allemand, ils ont subi une persécution acharnée. Mais c’est là un autre chapitre que traitera un prochain article de la rubrique « Trésors d’archives ». (De nos archives en Europe centrale.)

^ § 7 Voir l’article « Trésors d’Archives : Ils ont tenu ferme à “l’heure de l’épreuve” » dans notre numéro du 15 mai 2013, qui retrace l’histoire d’Étudiants de la Bible britanniques durant la Première Guerre mondiale.

^ § 9 Cette ligne de conduite était suggérée dans le sixième volume de L’Aurore du Millénium (1904 en angl., 1916 en fr.) et dans l’édition allemande du Phare de la Tour de Sion d’août 1906. Dans La Tour de Garde de septembre 1915, un article a affiné notre point de vue et encouragé les Étudiants de la Bible à refuser de rejoindre l’armée. Cependant, cet article était absent de l’édition allemande.