« Tu dois t’acquitter envers Jéhovah de tes vœux » (MATTHIEU 5:33).

CANTIQUES : 63, 59

1. a) Quel point commun Yiphtah et Hanna ont-ils ? (sers-toi des images du début de l’article). b) À quelles questions allons-nous répondre ?

YIPHTAH était un chef et un guerrier courageux. Hanna était une femme humble qui prenait soin de son mari et de sa famille. Tous les deux adoraient Jéhovah. Mais ils ont un autre point commun : ils ont fait un vœu à Jéhovah et ils l’ont respecté fidèlement. Ils sont d’excellents exemples pour les chrétiens qui décident de faire des vœux à Jéhovah. Répondons maintenant à ces trois questions : Qu’est-ce qu’un vœu ? Faire un vœu à Jéhovah, est-ce sérieux ? Quelles leçons tirer des histoires de Yiphtah et de Hanna ?

2, 3. a) Qu’est-ce qu’un vœu ? b) Que dit la Bible sur les vœux faits à Jéhovah ?

2 Dans la Bible, un vœu est une promesse sérieuse faite à Jéhovah. Par exemple, la promesse de faire quelque chose, d’offrir quelque chose, de commencer un certain service, ou de ne pas faire certaines choses. On fait un vœu volontairement, en utilisant sa liberté de choix. Personne n’est obligé de faire un vœu. Mais si on décide d’en faire un,  Jéhovah le considère comme une promesse dont on doit s’acquitter. D’après la Bible, un vœu est aussi important qu’un serment. Un serment, c’est quand une personne jure de faire ou de ne pas faire quelque chose (Genèse 14:22, 23 ; Hébreux 6:16, 17). Que dit la Bible à propos du sérieux des vœux faits à Jéhovah ?

3 Dans la Loi de Moïse, on lit que si quelqu’un fait un vœu à Jéhovah, « il ne doit pas violer (trahir) sa parole. Il fera selon tout ce qui est sorti de sa bouche » (Nombres 30:2). Plus tard, Salomon a écrit : « Quand tu fais un vœu à Dieu, n’hésite pas à t’en acquitter, car il n’y a aucun plaisir dans les stupides. Le vœu que tu fais, acquitte-t’en » (Ecclésiaste 5:4). Plus tard encore, Jésus a enseigné qu’un vœu fait à Jéhovah est quelque chose de sérieux, en rappelant : « Il a été dit à ceux des temps anciens : “Tu ne dois pas jurer sans tenir [parole], mais tu dois t’acquitter envers Jéhovah de tes vœux” » (Matthieu 5:33).

4. a) Faire un vœu à Jéhovah, est-ce sérieux ? b) Que voulons-nous savoir sur Yiphtah et Hanna ?

4 C’est donc clair qu’il faut prendre très au sérieux toute promesse qu’on fait à Jéhovah. Respecter ou non nos vœux a des conséquences sur notre relation avec lui. Un jour, David a demandé : « Qui pourra monter à la montagne de Jéhovah, et qui pourra se lever en son lieu saint », autrement dit être accepté par Jéhovah ? Il a répondu que c’est celui qui ne fait pas de « serment avec tromperie » (Psaume 24:3, 4). Mais quels vœux Yiphtah et Hanna ont-ils faits ? Cela a-t-il été facile pour eux de s’en acquitter ?

ILS SE SONT ACQUITTÉS DE LEURS VŒUX

5. Quel vœu Yiphtah a-t-il fait, et quelle en a été la conséquence ?

5 Yiphtah a fait sa promesse à Jéhovah avant de combattre les Ammonites, des ennemis du peuple de Jéhovah (Juges 10:7-9). Il a fait ce vœu (en résumé) : « Si vraiment tu me donnes la victoire, voici ce qui devra arriver : quand je reviendrai en paix de chez les fils d’Ammôn, la personne qui sortira de ma maison à ma rencontre, celle-là devra alors t’appartenir. » Jéhovah a répondu à la prière de Yiphtah en l’aidant à gagner la guerre. Quand Yiphtah est rentré chez lui, sa fille chérie est sortie vers lui. Ce serait donc elle qui « appartiendrait à Jéhovah » (Juges 11:30-34). Qu’est-ce que cela allait changer pour elle ?

6. a) Est-ce que cela a été facile pour Yiphtah et sa fille de s’acquitter du vœu de Yiphtah ? b) À propos des vœux, quelle leçon tirons-nous de Deutéronome 23:21 et 23, et de Psaume 15:4 ?

6 Pour respecter le vœu de Yiphtah, sa fille devrait partir servir Jéhovah à plein temps au tabernacle. Yiphtah avait-il fait son vœu sans réfléchir ? Non. Il savait sans doute que sa fille pourrait être la première personne à sortir vers lui. Mais qu’il l’ait su ou pas, cela n’a pas été facile pour lui de respecter son vœu, et pour sa fille non plus. En effet, en la voyant sortir, il a dit que cela lui causait un grand chagrin. Et elle, elle est partie « pleurer sur sa virginité ». Pourquoi ont-ils pleuré ? Yiphtah n’avait pas de fils, et maintenant sa fille unique ne se marierait jamais et n’aurait pas d’enfant. Le nom de famille de  Yiphtah disparaîtrait. Mais tous les deux comprenaient que le plus important, ce n’étaient pas leurs sentiments. Yiphtah a dit : « J’ai ouvert ma bouche pour Jéhovah ; je ne [peux pas] revenir en arrière. » Et sa fille a répondu : « Fais-moi selon ce qui est sorti de ta bouche » (Juges 11:35-39). Tous les deux étaient des personnes fidèles : ils n’auraient jamais eu l’idée de casser un vœu fait à Jéhovah, même si c’était difficile de le respecter (lire Deutéronome 23:21, 23 ; Psaume 15:4).

7. a) Quel vœu Hanna a-t-elle fait, et pourquoi ? b) Qu’est-il arrivé ensuite à Hanna ? c) Quelle conséquence le vœu de Hanna aurait-il pour Samuel ? (sers-toi de la note).

7 Hanna aussi a fait un vœu à Jéhovah dans un moment difficile de sa vie. Elle était malheureuse parce qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfants, et qu’à cause de cela elle subissait des remarques méchantes (1 Samuel 1:4-7, 10, 16). En exprimant ses sentiments à Jéhovah, elle lui a fait cette promesse : « Ô Jéhovah des armées, si tu ne manques pas de regarder l’affliction (le chagrin) de ton esclave et si vraiment tu te souviens de moi, si tu n’oublies pas ton esclave et si vraiment tu donnes à ton esclave un descendant mâle, oui je le donnerai à Jéhovah pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne viendra pas sur sa tête * (lire la note) » (1 Samuel 1:11). Jéhovah a répondu à sa prière : l’année suivante elle a eu un fils, Samuel. Elle était très heureuse ! Mais elle n’a pas oublié le vœu qu’elle avait fait à Jéhovah. Après la naissance de son fils, elle a dit : « C’est à Jéhovah que je l’ai demandé » (1 Samuel 1:20).

8. a) Cela a-t-il été facile pour Hanna de s’acquitter de son vœu ? b) Comment Psaume 61 te rappelle-t-il le bon exemple de Hanna ?

8 Quand Samuel a eu environ trois ans, Hanna a tenu sa promesse. Elle a amené Samuel au grand prêtre Éli, en disant : « C’est à propos de ce garçon que je priais, pour que Jéhovah m’accorde [...] ce que je lui demandais. Et moi, à mon tour, je l’ai prêté à Jéhovah » (1 Samuel 1:24-28). À partir de ce jour-là, Samuel a habité au tabernacle. La Bible dit que « le garçon Samuel grandissait auprès de Jéhovah » (1 Samuel 2:21). Cela n’allait pas être facile pour Hanna de respecter son vœu. Elle ne pourrait plus passer du temps chaque jour avec son fils qu’elle aimait tendrement. Ce serait dur de ne pas le voir grandir. Mais elle a pris son vœu au sérieux. Pour tenir sa promesse, elle a accepté volontiers de sacrifier des choses qui étaient importantes pour elle (1 Samuel 2:1, 2 ; lire Psaume 61:1, 5, 8).

T’acquittes-tu de tes vœux envers Jéhovah ?

9. À quelles questions allons-nous répondre ?

9 Maintenant que nous comprenons que faire un vœu à Jéhovah est quelque chose de très sérieux, examinons ces questions : Quels vœux un chrétien pourrait-il faire aujourd’hui ? À quel point devrions-nous être décidés à respecter nos vœux ?

LE VŒU DE L’OFFRANDE DE SOI

Le vœu de l’offrande de soi (voir le paragraphe 10).

10. Quel est le vœu le plus grand qu’un chrétien puisse faire, et quelles conséquences a-t-il ?

10 Le vœu le plus grand qu’un chrétien puisse faire, c’est celui de s’offrir à  Jéhovah pour toute la vie. Dans une prière personnelle, ce chrétien promet à Jéhovah d’utiliser sa vie pour le servir pour toujours, quoi qu’il arrive. En faisant ce vœu, il « se renie lui-même » : il promet de donner la plus grande importance non pas à lui-même, mais à Jéhovah (Matthieu 16:24). À partir de ce moment, il appartient à Jéhovah (Romains 14:8). Il prend au sérieux son vœu d’offrande de soi. Il pense comme l’écrivain des Psaumes qui a dit : « Que rendrai-je à Jéhovah pour tous ses bienfaits envers moi ? Je m’acquitterai de mes vœux envers Jéhovah, oui devant tout son peuple » (Psaume 116:12, 14).

11. Qu’as-tu montré le jour de ton baptême ?

11 As-tu fait le vœu d’offrir ta vie à Jéhovah, et l’as-tu montré en te faisant baptiser dans l’eau ? Si oui, félicitations ! Rappelle-toi le discours de ton baptême. Le frère t’a demandé si tu avais offert ta vie à Jéhovah, et si tu comprenais qu’en te faisant baptiser, tu montrais « que tu devenais Témoin de Jéhovah ». En entendant ton « oui », tous les assistants ont compris que tu avais offert ta vie à Jéhovah et que tu pouvais te faire baptiser ministre ordonné de Jéhovah. Tu as certainement fait très plaisir à Jéhovah !

12. a) Quelles questions devrions-nous nous poser ? b) D’après Pierre, quelles qualités devrions-nous faire grandir en nous ?

 12 Quand tu t’es fait baptiser, tu as promis à Jéhovah d’utiliser ta vie pour le servir, et de tout faire pour obéir à ses normes. Mais le baptême n’est qu’un début. Le temps passant, on doit tous continuer à s’examiner. Alors, demande-toi : « Ma relation avec Jéhovah est-elle de plus en plus forte depuis mon baptême ? Est-ce que je le sers toujours de tout mon cœur ? (Colossiens 3:23). Est-ce que je prie souvent ? Est-ce que je lis la Bible tous les jours ? Est-ce que j’assiste régulièrement aux réunions de la congrégation ? Est-ce que je prêche aussi souvent que possible ? Ou, au contraire, est-ce que j’ai perdu un peu de mon envie de faire ces activités ? » D’après l’apôtre Pierre, pour ne pas devenir inactifs dans notre service pour Jéhovah, nous devons nous efforcer de faire grandir en nous la foi, la connaissance, l’endurance et l’attachement à Jéhovah (lire 2 Pierre 1:5-8).

13. Que doit comprendre un chrétien qui s’est offert à Jéhovah et qui s’est fait baptiser ?

13 Une fois que quelqu’un a prononcé le vœu de servir Jéhovah, il ne peut pas reprendre sa parole. S’il en a assez de servir Jéhovah ou de vivre en chrétien, il ne peut pas dire : « Je n’ai jamais vraiment offert ma vie à Jéhovah ; mon baptême n’était pas valable * » (lire la note). Si un chrétien commet un péché grave alors qu’il s’est offert à Jéhovah, il est responsable de sa conduite devant Jéhovah et la congrégation (Romains 14:12). Nous ne voulons pas ressembler aux chrétiens à qui Jésus a dit : « Tu as laissé l’amour que tu avais au début. » Au contraire, nous voulons qu’il puisse nous dire : « Je connais tes actions, et ton amour, et ta foi, et ton ministère, et ton endurance, et je sais que tes actions récentes sont plus nombreuses que celles d’autrefois » (Révélation 2:4, 19). Nous voulons faire plaisir à Jéhovah en nous acquittant avec zèle de notre vœu.

LE VŒU DU MARIAGE

Le vœu du mariage (voir le paragraphe 14).

14. Quel est le deuxième vœu le plus important qu’on puisse faire ? Pourquoi est-il très important ?

14 Le deuxième vœu le plus important qu’on puisse faire, c’est celui du mariage. Le mariage est sacré. Jéhovah considère ce vœu comme quelque chose de très sérieux. Quand des mariés prononcent leurs vœux, ils font une promesse devant Jéhovah et devant les personnes présentes. Ils se promettent de s’aimer, de se chérir et de se respecter l’un l’autre aussi longtemps qu’ils vivront ensemble sur la terre dans le cadre du mariage tel qu’il a été institué par Dieu. Quelles que soient les paroles exactes que les mariés se disent, dans tous les cas, ce sont des vœux faits devant Jéhovah. En les faisant, ils deviennent mari et femme. Le mariage doit être une union pour toute la vie (Genèse 2:24 ; 1 Corinthiens 7:39). Jésus a dit que personne ne doit séparer ce que Jéhovah a uni (Marc 10:9). Un homme et une femme qui se marient ne doivent pas se dire que, si leur union ne marche pas, ils pourront toujours divorcer.

15. Explique pourquoi les chrétiens ne doivent pas considérer le mariage comme le monde le considère.

 15 Bien sûr, il n’y a pas de mariage parfait puisqu’il n’y a pas d’humain parfait. C’est pourquoi la Bible dit que toute personne mariée aura parfois « des tribulations (des problèmes) » (1 Corinthiens 7:28). Dans le monde d’aujourd’hui, beaucoup ne prennent pas le mariage au sérieux. Ils pensent : « Si ça ne marche pas, on pourra toujours divorcer. » Mais les chrétiens ne considèrent pas le mariage de cette façon. Ils sont conscients qu’ils ont prononcé leur vœu de mariage devant Jéhovah. S’ils cassaient leur vœu, ce serait comme s’ils lui mentaient. Or Jéhovah déteste les menteurs ! (Lévitique 19:12 ; Proverbes 6:16-19). Les chrétiens mariés doivent se rappeler ces paroles de l’apôtre Paul : « Es-tu lié à une femme ? Cesse (arrête) de chercher à t’en détacher » (1 Corinthiens 7:27). Paul a pu dire cela parce qu’il savait que Jéhovah déteste aussi les divorces quand ils sont des trahisons (Malaki 2:13-16).

16. Que dit la Bible à propos du divorce et de la séparation ?

16 Jésus a enseigné que la seule situation qui donne une raison de divorcer, c’est lorsqu’un mari ou une femme commet l’adultère (est infidèle à son conjoint) et que le conjoint innocent décide de ne pas lui pardonner (Matthieu 19:9 ; Hébreux 13:4). Par ailleurs, peut-on se séparer de son conjoint ? La Bible est claire à ce sujet aussi (lire 1 Corinthiens 7:10, 11). Il n’existe pas de raison biblique de se séparer de son conjoint. Mais parfois un chrétien (ou une chrétienne) pense que c’est absolument nécessaire. Par exemple, il est sûr que sa vie ou sa relation avec Jéhovah seront en très grand danger s’il reste avec un conjoint violent ou apostat * (lire la note).

17. Que peuvent faire des conjoints chrétiens pour que leur mariage tienne bon ?

17 Si des conjoints demandent conseil aux anciens de la congrégation pour rendre leur couple plus solide, les anciens pourraient leur demander s’ils ont regardé la vidéo Qu’est-ce que le vrai amour ? et s’ils ont étudié la brochure Le secret des familles heureuses. Ces documents montrent quels principes bibliques peuvent rendre un mariage plus solide. Des Témoins racontent : « Depuis que nous étudions cette brochure, notre couple est plus heureux que jamais. » Une sœur mariée depuis 22 ans pensait que son mariage allait bientôt se briser. Mais elle a regardé la vidéo. Elle raconte : « Nous sommes tous les deux baptisés, mais sur le plan affectif nous étions complètement différents. La vidéo est arrivée au bon moment ! Maintenant, notre couple va beaucoup mieux. » Vraiment, si un mari et une femme appliquent les conseils de Jéhovah, leur union devient plus heureuse et plus forte.

LE VŒU DES SERVITEURS SPÉCIAUX À PLEIN TEMPS

18, 19. a) Qu’ont fait beaucoup de parents chrétiens ? b) Que peut-on dire des chrétiens qui sont dans le service spécial à plein temps ?

18 Au début de l’article, nous avons parlé des vœux de Yiphtah et de Hanna.  Grâce à ces vœux, la fille de Yiphtah et le fils de Hanna ont passé leur vie à servir Jéhovah d’une façon spéciale. À notre époque, beaucoup de parents chrétiens ont encouragé leurs enfants à s’engager dans le ministère à plein temps et à concentrer leur vie sur le service pour Jéhovah. En fait, nous pouvons tous encourager ces jeunes frères et sœurs à tenir bon dans leur service (Juges 11:40 ; Psaume 110:3).

Le vœu des serviteurs spéciaux à plein temps (voir le paragraphe 19).

19 Aujourd’hui, il y a environ 67 000 membres de l’Ordre international des serviteurs spéciaux à plein temps des Témoins de Jéhovah. Certains servent au Béthel, ou dans l’activité de construction ou alors dans le service de la circonscription. D’autres sont formateurs aux écoles bibliques, pionniers spéciaux, missionnaires, ou serviteurs affectés à une Salle d’assemblées ou à un centre d’écoles bibliques. Ils ont tous fait un « Vœu d’obéissance et de pauvreté ». En le faisant, ils ont promis de concentrer leurs efforts sur toute activité qu’on leur donne au service de Jéhovah, d’avoir une vie simple, et de ne pas avoir un emploi payé s’ils n’en ont pas l’autorisation. Ce ne sont pas les personnes qui sont considérées comme spéciales, mais leurs activités. Ces chrétiens sont humbles, et ils sont décidés à s’acquitter de leur vœu tout le temps qu’ils resteront dans le service spécial à plein temps.

20. Comment devrions-nous considérer les vœux que nous avons faits à Jéhovah ? Pourquoi ?

20 Dans cet article, nous avons étudié trois vœux qu’un chrétien pourrait faire aujourd’hui à Jéhovah. Peut-être que tu en as fait un, ou deux, ou les trois. Nous savons que nous devons prendre nos vœux au sérieux et tout faire pour les respecter (Proverbes 20:25). Si nous ne respectons pas nos vœux faits à Jéhovah, les conséquences risquent d’être graves (Ecclésiaste 5:6). Faisons donc comme le psalmiste qui a dit à Jéhovah : « Je veux exécuter des mélodies pour ton nom à jamais (pour toujours), pour m’acquitter de mes vœux jour après jour » (Psaume 61:8).

^ § 7 Hanna a promis à Jéhovah que si elle avait un fils, il serait naziréen toute sa vie. Cela signifiait qu’il serait voué à Jéhovah et mis à part pour son service (Nombres 6:2, 5, 8).

^ § 13 Puisque les anciens doivent examiner beaucoup de choses avec une personne avant d’accepter qu’elle se fasse baptiser, c’est très rare que le baptême d’un Témoin de Jéhovah ne soit pas valable.

^ § 16 Si tu veux plus de renseignements, tu peux lire l’appendice « Le point de vue biblique sur le divorce et la séparation » dans le livre « Gardez-vous dans l’amour de Dieu ».