Don et Margaret * recevaient leur fille et sa famille. Pour le dernier repas, Margaret, une cuisinière professionnelle à la retraite, avait préparé des mac and cheese *, un des plats préférés de ses petits-enfants.

Tout le monde était assis. Margaret a apporté le plat principal et l’a posé au centre de la table. Elle a soulevé le couvercle et, à sa grande surprise, s’est rendu compte qu’il n’y avait que la sauce au fromage dans le plat ! Elle avait oublié d’ajouter l’ingrédient principal : les macaronis !

Une parole maladroite, une action faite à un mauvais moment ou tout simplement un oubli... Quel que soit notre âge ou notre expérience, nous commettons tous des erreurs. Pourquoi en faisons-​nous ? Comment réagir face aux erreurs ? Pouvons-​nous éviter d’en faire ? Pour répondre à ces questions, il nous sera utile d’avoir le bon point de vue sur les erreurs.

NOTRE POINT DE VUE ET CELUI DE DIEU

Quand nous faisons quelque chose de bien, nous acceptons avec joie les félicitations et les remerciements que nous pensons mériter. Alors, quand nous commettons une erreur, même involontaire ou qui passe inaperçue, ne devrions-​nous pas de la même façon accepter nos torts ? Cela requiert bien sûr de l’humilité.

Si nous avons trop de fierté, nous risquons de minimiser notre erreur, de rejeter la culpabilité sur quelqu’un d’autre ou même de nier l’avoir commise. Ce genre de comportements n’est généralement pas sans conséquence. Le problème pourrait ne jamais être résolu, et d’autres personnes être injustement accusées. Même si nous réussissons à passer sous silence notre erreur, nous devons nous rappeler qu’en définitive, « chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-​même » (Romains 14:12).

Dieu a un point de vue réaliste sur les erreurs. Dans les Psaumes, il est présenté comme quelqu’un de « miséricordieux et compatissant » qui « ne fera pas des reproches pour toujours, et [...] ne gardera pas de ressentiment pour des temps indéfinis ». Il sait que les humains sont imparfaits et il comprend leur faiblesse innée, « se souv[enant] que nous sommes poussière » (Psaume 103:8, 9, 14).

De plus, tel un père miséricordieux, Dieu veut que nous, ses enfants, ayons le même point de vue que lui sur les erreurs (Psaume 130:3). Dans sa Parole, il nous fournit avec amour une multitude de conseils qui nous aident à savoir comment réagir face à nos erreurs et à celles des autres.

COMMENT RÉAGIR FACE AUX ERREURS

Souvent, quand des erreurs sont commises, on dépense beaucoup de temps et d’énergie affective à rejeter la faute sur les autres ou à chercher à justifier ce qui a été dit ou fait. Alors, si vos paroles ont blessé quelqu’un, pourquoi ne pas simplement vous excuser, réparer les torts et préserver votre amitié ? Avez-​vous fait quelque chose qui vous a causé un désagrément, voire un gros problème, ou qui en a causé un à quelqu’un d’autre ? Plutôt que de vous mettre en colère contre vous-​même ou  d’accuser les autres, pourquoi ne pas simplement vous efforcer de réparer les torts ? Généralement, insister sur le fait que ce n’est pas de votre faute prolonge inutilement les tensions et aggrave la situation. Au lieu de cela, tirez leçon de votre erreur, réparez les torts et passez à autre chose.

Par contre, quand quelqu’un d’autre commet une erreur, il nous est très facile de montrer notre désapprobation. Il vaut bien mieux suivre ce conseil de Jésus Christ : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, de même vous aussi, vous devez le faire pour eux » (Matthieu 7:12). Quand vous faites une erreur, même infime, vous voulez sans doute qu’on vous traite avec compassion et même qu’on vous pardonne complètement. Alors pourquoi ne pas manifester la même bonté envers les autres ? (Éphésiens 4:32).

DES PRINCIPES POUR FAIRE MOINS D’ERREURS

Une erreur peut être due à un mauvais jugement, à une connaissance limitée des faits ou à de l’inattention. Nous devons admettre qu’il nous arrive à tous à un moment ou à un autre de tomber dans un de ces écueils. Cependant, nous commettrons moins d’erreurs si nous réfléchissons à certains principes fondamentaux de la Bible.

Proverbes 18:13 contient un de ces principes : « Quand quelqu’un répond sur une affaire avant de l’entendre, c’est sottise chez lui et humiliation. » En effet, en prenant un moment pour « entendre » ce qui s’est réellement passé et savoir comment réagir, vous éviterez sûrement de parler trop vite ou d’agir sous le coup de l’émotion. En écoutant attentivement tous les faits d’une affaire, nous acquérons une connaissance inestimable qui nous empêche de faire preuve de mauvais jugement, et donc de commettre une erreur.

Citons un autre principe : « Si possible, pour autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes » (Romains 12:18). Faites de votre mieux pour favoriser un esprit de paix et de coopération. Quand vous collaborez avec les autres, faites preuve de considération et de respect, et efforcez-​vous de les féliciter et de les encourager. Dans une telle ambiance, il est plus facile de pardonner ou de passer par-dessus des actions ou des propos maladroits, et de réparer des offenses plus graves.

Apprenez à faire de cette erreur quelque chose de positif. Au lieu de vous chercher des excuses, voyez la situation comme une occasion de cultiver des qualités. Avez-​vous besoin de manifester davantage de patience, de bonté ou de maîtrise de soi ? De douceur, de paix ou d’amour ? (Galates 5:22, 23). Cette affaire vous aura au moins appris à ne pas refaire la même erreur. Sans pour autant vous montrer désinvolte, ne vous prenez pas trop au sérieux. Avec de l’humour, vous pourrez sûrement faire retomber la tension.

LES BIENFAITS D’UN BON POINT DE VUE

En ayant le bon point de vue sur les erreurs, nous pourrons bien réagir quand nous en commettrons. Nous serons en paix avec nous-​mêmes et avec les autres. Si nous nous efforçons de tirer leçon de nos erreurs, nous aurons plus de sagesse et serons plus agréables. Nous ne nous sentirons pas excessivement découragés ni n’aurons une mauvaise opinion de nous-​mêmes. En comprenant que les autres doivent aussi composer avec leurs erreurs, nous nous rapprocherons d’eux. Plus important encore, apprendre à imiter l’amour de Dieu et son empressement à pardonner nous vaudra des bienfaits (Colossiens 3:13).

L’erreur de Margaret, mentionnée en introduction, a-​t-​elle gâché la fête de famille ? Pas du tout. Tout le monde, surtout Margaret, a trouvé cela très amusant et a aimé le repas — sans les macaronis ! Des années après, ses deux petits-enfants ont raconté à leurs propres enfants l’histoire de cet inoubliable repas en famille et se sont souvenus de tous les bons moments passés avec leurs grands-parents. Après tout, ce n’était qu’une erreur !

^ § 2 Les prénoms ont été changés.

^ § 2 Le mac and cheese est un plat populaire aux États-Unis qui se compose principalement de macaronis recouverts d’une sauce au fromage.