Aller au contenu

Aller au sous-menu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Français

La Tour de Garde  |  No 4 2017

 EN COUVERTURE | QUE DIT LA BIBLE SUR LA VIE ET LA MORT ?

Ce que la Bible dit sur la vie et la mort

Ce que la Bible dit sur la vie et la mort

Le récit de la création dans le livre de la Genèse nous apprend que Dieu a dit au premier homme, Adam : « De tout arbre du jardin tu peux manger à satiété. Mais quant à l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais, tu ne dois pas en manger, car le jour où tu en mangeras, tu mourras à coup sûr » (Genèse 2:16, 17). Cette déclaration montre clairement et simplement que s’il avait obéi au commandement de Dieu, Adam ne serait pas mort mais aurait continué de vivre dans le jardin d’Éden.

Malheureusement, au lieu d’obéir et vivre pour toujours, Adam a choisi de désobéir et a mangé du fruit défendu quand sa femme, Ève, lui en a donné (Genèse 3:1-6). Aujourd’hui, nous subissons toujours les conséquences de cet acte de désobéissance. L’apôtre Paul a donné cette explication : « Par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et [...] ainsi la mort s’est étendue à tous les hommes parce que tous avaient péché » (Romains 5:12). Ce « seul homme » était bien sûr Adam. Mais qu’était le péché, et pourquoi a-​t-​il mené à la mort ?

Ce qu’a fait Adam, c’est-à-dire désobéir volontairement à la loi de Dieu, est un péché (1 Jean 3:4). Et la peine prévue pour le péché, c’est la mort, comme Dieu l’avait dit à Adam. Aussi longtemps qu’Adam et ses futurs descendants obéiraient au commandement de Dieu, ils ne seraient pas pécheurs et ne mourraient pas. Dieu n’a pas créé les humains pour qu’ils meurent mais pour qu’ils vivent... pour toujours !

 La Bible dit que la mort « s’est étendue à tous les hommes ». Personne ne peut nier cette réalité. Y a-​t-​il malgré tout une partie de nous qui survit à notre mort ? Beaucoup pensent que oui et que cette partie de nous, couramment appelée « âme », est immortelle. Mais cela reviendrait à dire que Dieu a menti à Adam. Pourquoi ? Parce que si une partie de nous allait vivre dans un autre monde après notre mort, cela voudrait dire que la mort n’est pas la peine encourue pour le péché, comme Dieu l’a déclaré. Or la Bible affirme qu’« il est impossible que Dieu mente » (Hébreux 6:18). En réalité, c’est Satan qui a menti lorsqu’il a dit à Ève : « Vous ne mourrez pas du tout » (Genèse 3:4).

Cela soulève toutefois une question : si l’enseignement de l’immortalité de l’âme est fondé sur un mensonge, alors que se passe-​t-​il réellement quand on meurt ?

LA BIBLE RÉTABLIT LA VÉRITÉ

Le récit de la création dit : « Jéhovah Dieu forma alors l’homme avec de la poussière tirée du sol et il souffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint une âme vivante. » L’expression « une âme vivante » traduit le mot hébreu nèphèsh *, qui signifie littéralement « créature qui respire » (Genèse 2:7, note).

La Bible montre donc que Dieu n’a pas créé les humains avec une âme qui serait immortelle, mais que chaque humain est « une âme vivante », ou « un être vivant ». C’est pourquoi vous ne trouverez dans aucun texte biblique l’expression « âme immortelle ».

Étant donné que la Bible ne dit pas que les humains possèdent une âme immortelle, pourquoi tant de religions enseignent-​elles le contraire ? Pour répondre à cette question, remontons à l’époque de l’Égypte antique.

PROPAGATION D’UN ENSEIGNEMENT PAÏEN

Hérodote, historien grec du Vsiècle avant notre  ère, a écrit que les Égyptiens ont été « les premiers à avoir énoncé cette doctrine, que l’âme de l’homme est immortelle * ». Un autre peuple de l’Antiquité, les Babyloniens, pensait aussi que l’âme était immortelle. Quand Alexandre le Grand a conquis le Moyen-Orient en 332 avant notre ère, les philosophes grecs avaient déjà rendu populaire cet enseignement qui s’est ensuite rapidement répandu dans tout l’Empire grec.

Vous ne trouverez dans aucun texte biblique l’expression « âme immortelle ».

Au Ier siècle de notre ère, deux sectes juives importantes, les Esséniens et les Pharisiens, enseignaient que l’âme survit à la mort du corps. Une encyclopédie déclare : « Les Juifs découvrirent la notion d’âme immortelle au contact de la pensée grecque, principalement de la philosophie de Platon » (The Jewish Encyclopedia). De même, l’historien juif Josèphe, qui a vécu au Ier siècle, a attribué cet enseignement, non pas aux Saintes Écritures, mais aux croyances des « fils des Grecs * », qu’il considérait par ailleurs comme étant une compilation de mythes et de légendes.

Alors que la culture grecque continuait de se propager, de prétendus chrétiens ont eux aussi adopté cet enseignement païen. Selon l’historien Jona Lendering, « l’hypothèse de Platon selon laquelle notre âme qui était autrefois dans un endroit meilleur vit aujourd’hui dans un monde déchu a favorisé la fusion de la philosophie platonicienne et du christianisme » (livius.org). Le dogme païen de l’immortalité de l’âme a ainsi été adopté par l’Église dite chrétienne pour devenir l’une de ses croyances fondamentales.

 « LA VÉRITÉ VOUS LIBÉRERA »

Au Ier siècle, l’apôtre Paul a donné cet avertissement : « La parole inspirée dit clairement que dans les périodes à venir quelques-uns abandonneront la foi, faisant attention à des paroles inspirées trompeuses et à des enseignements de démons » (1 Timothée 4:1). C’est exactement ce qui s’est produit ! Le dogme de l’immortalité de l’âme est un « enseignemen[t] de démons ». Il n’est pas biblique et il tire ses origines de philosophies et de religions païennes de l’Antiquité.

Heureusement pour nous, Jésus a dit : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera » (Jean 8:32). En acquérant une connaissance exacte des vérités bibliques, nous sommes libérés des enseignements et des pratiques que tant de religions soutiennent et qui déshonorent Dieu. De plus, les vérités de la Parole de Dieu nous libèrent des traditions et des superstitions relatives à la mort (voir l’encadré «  Où sont les morts ? »).

Notre Créateur n’avait pas prévu que les humains vivent seulement 70 ou 80 ans sur terre pour ensuite aller vivre éternellement dans un autre monde. Son dessein originel était que ses créatures humaines, qu’il considère comme ses enfants, vivent pour toujours sur terre en lui restant obéissants. Ce projet grandiose est une expression de l’amour que Dieu a pour l’humanité, et rien ne l’empêchera de le mener à bien (Malaki 3:6). Sous l’inspiration de Dieu, un psalmiste a rédigé ces paroles rassurantes : « Les justes posséderont la terre, et sur elle ils résideront pour toujours » (Psaume 37:29).

 

^ § 9 D’autres versions de la Bible rendent aussi nèphèsh par « âme vivante » (Darby, Ostervald), d’autres encore par « être vivant » (Bible de Jérusalem, Traduction Œcuménique de la Bible), « personne vivante » (Perret-Gentil) ou simplement « se met à vivre » (Bible Bayard).

^ § 13 Histoires, trad. Ph.-E. Legrand, Les Belles Lettres, 1972.

^ § 14 Œuvres complètes de Flavius Josèphe, trad. sous la dir. de Th. Reinach, E. Leroux, t. 5, 1912.