ALLEN * : « Ça me faisait peur de devoir m’installer ici. Je ne savais pas si j’allais me faire des amis et être accepté. » Allen s’adapte actuellement à sa nouvelle congrégation, à 1 400 kilomètres de l’endroit où il habitait avant.

Si tu as changé de congrégation, peut-être que toi aussi tu es inquiet. Qu’est-​ce qui peut t’aider à t’adapter ? Que peux-​tu faire si l’adaptation est plus difficile que tu le pensais ? Si ce n’est pas toi qui as déménagé, comment aider ceux qui viennent d’arriver dans ta congrégation ?

COMMENT T’ADAPTER ET T’ÉPANOUIR ?

Prenons un exemple : Quand on déplace un arbre, il subit un stress. En effet, pour le retirer du sol, on coupe la plupart de ses racines afin de faciliter son transport. Une fois replanté, il doit immédiatement refaire des racines. De même, ton changement de congrégation t’a peut-être causé du stress. Dans ton ancienne congrégation, tu avais créé tes « racines » en nouant de belles amitiés et en prenant de bonnes habitudes au service de Jéhovah. Maintenant, tu dois te refaire des racines pour t’épanouir dans ta nouvelle congrégation. Qu’est-​ce qui peut t’y aider ? L’application des principes bibliques. Voyons-​en quelques-uns.

« Celui qui lit régulièrement la Parole de Dieu est “comme un arbre planté près de ruisseaux d’eau, qui donne son fruit en son temps et dont le feuillage ne se flétrit pas, et tout ce qu’il fait réussira” » (Ps. 1:1-3).

Un arbre doit régulièrement absorber de l’eau pour rester en bonne santé. De même, un chrétien doit régulièrement absorber la Parole de Dieu pour rester en bonne santé spirituelle. Alors continue à lire la Bible chaque jour et à assister aux réunions. Garde tes bonnes habitudes de culte familial et d’étude individuelle. Tout ce que tu devais faire avant pour avoir de bonnes relations avec Jéhovah, tu devras le faire maintenant aussi.

« Celui qui arrose abondamment autrui sera lui aussi abondamment arrosé » (Prov. 11:25).

Si tu participes pleinement à la prédication, tu seras revigoré et tu t’adapteras plus vite. Kevin, un ancien, raconte : « Ce qui nous a le plus aidés, ma femme et moi, c’est d’être pionniers auxiliaires peu après notre arrivée dans notre nouvelle congrégation. On a rapidement appris à connaître les frères et sœurs, les pionniers et le territoire. » Roger, qui a déménagé à plus de 1 600 kilomètres de chez lui, dit : « La meilleure façon de s’adapter à une nouvelle congrégation, c’est de prêcher le plus souvent possible. Il faut aussi faire savoir aux anciens qu’on est volontaire pour nettoyer la Salle du Royaume, faire des exposés de remplacement, emmener quelqu’un aux réunions, ou autre. Quand les frères et sœurs voient qu’un nouveau venu est dévoué, ils l’acceptent comme ami. »

« Élargissez-​vous » (2 Cor. 6:13).

Donne encore plus d’affection fraternelle. Après être arrivés dans une nouvelle congrégation, Melissa, son mari et leur fille se sont efforcés de se faire de nouveaux amis. Melissa raconte : « Nous discutions avec les frères et sœurs avant et après les réunions. Ça nous laissait le temps d’aller plus loin qu’un simple “Bonjour ! Ça va ?” » Cela les a aussi aidés à apprendre les prénoms plus vite. Ils se sont également « élargis » en invitant les frères et sœurs chez eux, ce qui a renforcé leurs toutes  nouvelles amitiés. Melissa ajoute : « Nous avons échangé nos numéros de téléphone pour pouvoir être inclus dans les activités spirituelles et autres. »

Si tu es angoissé à l’idée de rencontrer de nouvelles personnes, commence par de petites choses. Par exemple, souris, même si tu ne te sens pas forcément à l’aise. Un sourire attirera les autres vers toi. En effet, « un regard lumineux réjouit le cœur » (Prov. 15:30, Segond 21). Rachel, qui a déménagé loin de la ville de son enfance, raconte : « J’ai toujours été très timide. Parfois, je dois me forcer pour parler aux frères et sœurs de ma nouvelle congrégation. Alors à la salle, je recherche quelqu’un qui est assis et qui ne parle à personne. C’est peut-être quelqu’un d’aussi timide que moi. » Et si tu te fixais l’objectif de discuter avec une personne différente avant ou après chaque réunion ?

Ou alors, peut-être que tu aimes bien rencontrer des personnes nouvelles les premières semaines, mais qu’avec le temps, l’attrait de la « nouveauté » disparaît. Dans ce cas, il faudra que tu t’efforces de continuer à te faire des amis.

Quand on déplace un arbre, il subit un stress, mais quand on le replante, il fait de nouvelles racines.

DONNE-​TOI LE TEMPS DE T’ADAPTER

Certains arbres mettent plus longtemps que d’autres à s’enraciner fermement dans leur nouveau sol. De la même façon, tout le monde ne s’adapte pas à une nouvelle congrégation au même rythme. Si tu as déménagé il y a quelque temps, mais que tu es toujours en train d’essayer de t’adapter, l’application de ces principes bibliques t’aidera :

« Ne renonçons donc pas à faire ce qui est excellent, car le moment venu nous moissonnerons, si nous ne nous laissons pas gagner par la fatigue » (Gal. 6:9).

Accorde-​toi plus de temps que ce que tu avais prévu au départ. Considère l’exemple des missionnaires formés à l’École de Guiléad : Beaucoup restent plusieurs années dans le pays où ils sont envoyés avant de retourner en vacances dans leur pays d’origine. Cela les aide à se lier aux frères et sœurs locaux et à s’adapter à une nouvelle culture.

Alejandro, qui a déménagé plusieurs fois, sait qu’on ne peut pas accélérer une adaptation. Il explique : « Après notre dernier déménagement, ma femme m’a dit : “Tous mes amis sont dans notre ancienne congrégation !” Je lui ai répondu que c’était exactement ce qu’elle avait dit deux ans plus tôt, après notre déménagement précédent ! Mais pendant ces deux années, elle s’était intéressée aux autres, et les inconnus étaient devenus des amis. »

« Ne dis pas : “Comment se fait-​il que les jours anciens ont été meilleurs que ceux-ci ?” Car ce n’est pas grâce à la sagesse que tu as interrogé sur cela » (Eccl. 7:10).

Ce n’est pas sage de comparer ta nouvelle congrégation avec la précédente. Peut-être que tes nouveaux frères et sœurs sont plus réservés, ou au contraire plus communicatifs, que ceux que tu fréquentais. Concentre-​toi sur leurs qualités, tout comme tu aimerais qu’ils se concentrent sur les tiennes. Des nouveaux arrivants se sont rendu compte avec surprise que leur déménagement les avait obligés à se demander : « Est-​ce que j’aime vraiment “toute la communauté des frères” ? » (1 Pierre 2:17).

 « Continuez à demander, et on vous donnera » (Luc 11:9).

Continue de demander à Jéhovah de t’aider. David, un ancien, dit : « N’essaie pas de t’en sortir tout seul. Beaucoup de choses ne sont possibles que grâce à l’aide de Jéhovah. Prie à ce sujet ! » Rachel, déjà citée, confirme : « Quand mon mari et moi avions l’impression de ne pas vraiment faire partie de la congrégation, nous faisions cette prière précise à Jéhovah : “S’il te plaît, montre-​nous si nous faisons quelque chose qui empêche les autres d’être attirés par nous.” Et puis nous essayions de passer plus de temps avec les frères et sœurs. »

Parents, si vos enfants ont du mal à s’intégrer, prenez le temps de prier avec eux à ce sujet. Et aidez-​les à se faire de nouveaux amis en organisant des activités qui leur permettront de passer du temps avec des personnes encourageantes.

AIDE LES NOUVEAUX ARRIVANTS À SE SENTIR ACCEPTÉS

Que peux-​tu faire pour aider un nouvel arrivant ? Efforce-​toi de te comporter en vrai ami dès son arrivée. Pour réussir, imagine ce qui te ferait plaisir si tu étais à sa place, et fais cela pour lui (Mat. 7:12). Pourrais-​tu l’inviter à ton culte familial ou pour regarder le programme mensuel de JW Télédiffusion ? Pourrais-​tu l’inviter à t’accompagner en prédication ? Ou alors, si tu l’invites pour un repas simple, il se souviendra longtemps de ton hospitalité. Quelle aide pratique peux-​tu encore apporter ?

Carlos explique : « Quand nous sommes arrivés dans notre nouvelle congrégation, une sœur nous a donné une liste des magasins qui faisaient des prix raisonnables. Ça nous a beaucoup aidés ! » De plus, ceux qui viennent d’une région où le climat est différent apprécieront sûrement d’apprendre comment s’habiller par temps chaud, froid ou pluvieux. Enfin, tu peux aussi aider les nouveaux arrivants à être plus efficaces en prédication en leur expliquant l’histoire des gens du territoire ou les croyances religieuses locales.

CELA VAUT LA PEINE DE S’ADAPTER

Allen, cité en introduction, est dans sa nouvelle congrégation depuis plus d’un an. Il se souvient : « Au début, j’ai dû me forcer pour apprendre à connaître mes frères et sœurs. Mais maintenant, ils sont comme ma famille, et je suis heureux. » Il se rend compte qu’en déménageant, il n’a perdu aucun ami. Au contraire, il en a trouvé de nouveaux, qui resteront sûrement ses amis pour la vie.

^ § 2 Dans cet article, certains prénoms ont été changés.