Pourquoi les Témoins de Jéhovah représentent-​ils l’apôtre Paul comme étant chauve ou presque ?

Honnêtement, personne aujourd’hui ne peut affirmer à quoi ressemblait Paul. Les dessins et les peintures utilisés dans nos publications pour le représenter ne sont que des vues d’artistes, pas des images basées sur des faits archéologiques.

Cependant, nous disposons de certaines indications. Le Phare de la Tour de Sion du 1er mars 1902 (en anglais) en mentionnait une. On y lisait : « Pour ce qui est de l’apparence de Paul : [...] le livre Actes de Paul et de Thècle [...], écrit en 150 de notre ère, contient une description de Paul qui est probablement la meilleure, basée sur une tradition fiable. Il y est décrit comme quelqu’un “de petite taille, à la tête dégarnie, aux jambes arquées, vigoureux, aux sourcils joints, au nez légèrement aquilin *”. »

The Oxford Dictionary of the Christian Church (édition de 1997) dit au sujet de cet ouvrage ancien : « Ce n’est pas impossible que “Actes” contienne des éléments de vérité historique. » Au cours des siècles qui ont suivi sa rédaction, le livre Actes de Paul et de Thècle était très respecté. Pour preuve, il existe 80 manuscrits grecs de ce texte et il a été traduit en plusieurs langues. Nos représentations de Paul s’inspirent donc de descriptions anciennes.

Il y a toutefois plus important que de savoir à quoi Paul ressemblait. Au cours de son ministère, certains l’ont critiqué en disant que « sa présence en personne [était] faible et sa parole méprisable » (2 Cor. 10:10). Mais n’oublions pas que Paul est devenu chrétien grâce à une manifestation miraculeuse de Jésus. Pensons également à ce qu’il a accompli en tant que « vase que [Jésus a] choisi pour porter [son] nom aux nations » (Actes 9:3-5, 15 ; 22:6-8). Et réfléchissons à tout ce que nous pouvons retirer des lettres qu’il a écrites sous l’inspiration de Jéhovah.

Paul ne s’est pas vanté de ce qu’il avait accompli lorsqu’il pratiquait le judaïsme, et il n’a pas non plus parlé de son apparence (Actes 26:4, 5 ; Phil. 3:4-6). Il a plutôt exprimé cette opinion humble de lui-​même : « Je suis le plus petit des apôtres, et je ne suis pas digne d’être appelé apôtre » (1 Cor. 15:9). Et il a plus tard écrit : « C’est à moi — un homme qui est plus petit que le plus petit de tous les saints — qu’a été donnée cette faveur imméritée, pour que j’annonce aux nations la bonne nouvelle concernant l’insondable richesse du Christ » (Éph. 3:8). Le message qu’il prêchait est sans aucun doute plus important que toute interrogation concernant son apparence.

^ § 2 Actes de Paul et de Thècle, III, 3.