« Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur » (LUC 12:34).

CANTIQUES : 153, 104

1, 2. a) Cite trois trésors spirituels que Jéhovah nous offre. b) Qu’allons-nous voir dans cet article ?

JÉHOVAH est le plus riche de l’univers (1 Chron. 29:11, 12). Père généreux, il partage sa richesse spirituelle avec toute personne qui reconnaît la valeur supérieure de cette richesse. Quel bonheur qu’il nous offre des trésors spirituels ! Citons-en trois : 1) Le Royaume de Dieu, 2) le ministère qui peut sauver des vies, et 3) les vérités magnifiques révélées dans sa Parole. Mais si nous ne faisons pas attention, nous pourrions oublier la valeur de ces trésors et, en quelque sorte, les gaspiller. Pour ne pas les perdre, nous devons bien les utiliser et entretenir notre amour pour eux. En effet, Jésus a dit : « Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur » (Luc 12:34).

2 Voyons donc comment entretenir notre amour et notre respect pour le Royaume, pour le ministère et pour la vérité. En même temps, demande-toi comment tu peux approfondir ton amour pour ces trésors spirituels.

 LE ROYAUME DE DIEU, UNE PERLE DE GRANDE VALEUR

3. Que fait volontiers le marchand pour obtenir la perle de grande valeur ? (voir l’illustration du titre).

3 (Lire Matthieu 13:45, 46.) Dans un exemple raconté par Jésus, un marchand recherche des perles. Au cours des années, il en a acheté et vendu des centaines. Mais voilà qu’il vient de trouver la plus belle, si magnifique qu’il a le cœur battant rien qu’en la regardant ! Pour l’acheter, il vend volontiers tout ce qu’il possède. Imagine la valeur de cette perle pour lui !

4. Si nous aimons le Royaume de Dieu, que ferons-nous volontiers ?

4 Quelle est la leçon pour nous ? La vérité sur le Royaume de Dieu est comparable à cette perle de grande valeur. Si nous aimons le Royaume autant que le marchand aime la perle, nous accepterons volontiers de renoncer à tout pour devenir et rester des sujets du Royaume (lire Marc 10:28-30). Parlons de deux personnes qui ont « tout quitté » pour le Royaume.

5. Qu’a fait volontiers Zachée pour le Royaume de Dieu ?

5 Zachée : Chef de collecteurs d’impôts, il s’était enrichi de façon malhonnête, en extorquant de l’argent (Luc 19:1-9). Pourtant, en entendant Jésus enseigner la vérité sur le Royaume, il a reconnu la valeur supérieure de cet enseignement, et il a agi aussitôt. Il a expliqué à Jésus qu’il allait donner aux pauvres la moitié de ses biens, et rendre à toutes ses victimes quatre fois plus que ce qu’il leur avait pris. Ainsi, Zachée a volontiers renoncé à sa richesse mal acquise, et il a cessé de désirer avidement des choses matérielles.

6. Quels changements Rose a-t-elle faits, et pourquoi ?

6 Rose * : Quand elle a entendu le message du Royaume de Dieu il y a quelques années, elle était lesbienne, en couple avec une autre femme. Elle était aussi présidente d’une organisation de lutte pour les droits des homosexuels. En étudiant la Bible, elle a reconnu la valeur supérieure de la vérité sur le Royaume. Mais elle a aussi compris qu’elle allait devoir faire de grands changements dans sa vie (1 Cor. 6:9, 10). Son cœur l’a poussée à démissionner de son poste de présidente et à rompre avec sa compagne. Elle s’est fait baptiser en 2009, et l’année suivante elle est devenue pionnière permanente. Son amour pour Jéhovah et pour son Royaume a été plus fort que tout désir charnel (Marc 12:29, 30).

7. Pour garder un amour entier pour le Royaume, de quoi faut-il se méfier ?

7 Beaucoup d’entre nous ont profondément changé pour devenir des sujets du Royaume de Dieu (Rom. 12:2). Mais nos efforts ne doivent pas s’arrêter là. Nous devons continuer de nous méfier des choses qui s’opposent à notre amour pour le Royaume. Parmi ces choses, il y a les désirs matériels et les désirs sexuels immoraux (Prov. 4:23 ; Mat. 5:27-29). Pour nous aider à garder un amour entier pour son Royaume, Jéhovah nous a donné un autre trésor de grande valeur.

NOTRE MINISTÈRE QUI SAUVE DES VIES

8. a) Selon l’apôtre Paul, pourquoi notre ministère est-il un « trésor dans des vases de terre » ? b) Comment Paul a-t-il montré qu’il considérait son ministère comme un trésor ?

8 Jésus nous a chargés d’un ministère : prêcher et enseigner la bonne nouvelle du Royaume de Dieu (Mat. 28:19, 20). L’apôtre Paul reconnaissait la grande valeur du ministère. Il a dit que le ministère de la nouvelle alliance était un « trésor » transporté « dans des vases de terre » (2 Cor. 4:7 ; 1 Tim. 1:12). À cause de notre imperfection, nous sommes de simples vases de  terre. Mais le message que nous prêchons peut procurer la vie éternelle à nous et à ceux qui nous écoutent. C’est pour cela que Paul a dit : « Je fais toutes choses à cause de la bonne nouvelle, afin d’en devenir participant avec d’autres » (1 Cor. 9:23). En effet, il aimait tellement son ministère qu’il a fourni de grands efforts pour faire des disciples (lire Romains 1:14, 15 ; 2 Timothée 4:2). L’amour de Paul pour le ministère l’a aidé à endurer une forte opposition (1 Thess. 2:2). Comment avoir le même amour pour la prédication ?

9. De quelles façons pouvons-nous montrer notre amour pour notre ministère ?

9 Paul a montré son amour pour le ministère en saisissant toutes les occasions de parler aux gens. Nous aussi, comme les apôtres et les premiers chrétiens, nous prêchons de façon informelle, en public et de maison en maison (Actes 5:42 ; 20:20). Si notre situation le permet, nous cherchons des moyens d’augmenter notre ministère, en étant par exemple pionniers auxiliaires ou permanents. Nous pouvons aussi apprendre une autre langue, ou déménager dans une autre région soit dans notre pays, soit à l’étranger (Actes 16:9, 10).

10. Comment le zèle d’Irene pour le ministère a-t-il été béni ?

10 Irene, une sœur célibataire américaine, voulait vraiment prêcher aux immigrés qui parlaient russe. Quand elle a commencé à le faire en 1993, il n’y avait que 20 proclamateurs dans le groupe de langue russe de New York. Après plus de 20 ans passés à prêcher ce territoire, elle reconnaît : « Mon russe n’est toujours pas parfait. » Pourtant, Jéhovah a béni son zèle et celui d’autres frères et sœurs comme elle. Aujourd’hui, il y a six congrégations russes à New York. Quinze des étudiants d’Irene se sont fait baptiser. Certains sont devenus béthélites, pionniers, ou anciens. Irene explique : « Quand je pense aux autres objectifs que j’aurais pu poursuivre, je n’en vois aucun qui aurait pu m’apporter autant de joie. » Vraiment, elle considère son ministère comme un trésor !

Considères-tu ton ministère comme un trésor ? Si oui, le démontres-tu dans ton emploi du temps de chaque semaine ? (voir les paragraphes 11, 12).

11. Quand on continue de prêcher malgré la persécution, quelles peuvent en être les heureuses conséquences ?

11 Si nous considérons notre ministère comme un trésor, nous continuerons de prêcher malgré la persécution, comme Paul (Actes 14:19-22). Aux États-Unis, dans les années 1930 et 1940, nos frères ont subi une très grande opposition. Mais, comme Paul, ils ont tenu bon et ont continué de prêcher. Pour protéger le droit de prêcher des Témoins, ils ont intenté et gagné plusieurs procès. En 1943, à l’occasion d’une victoire remportée devant la Cour suprême américaine, frère  Nathan Knorr a dit : « Ces victoires sont le résultat de votre combat. Si chaque proclamateur ne continuait pas de prêcher, il n’y aurait pas de procès devant la Cour suprême. Mais la persécution se solde par un échec parce que vous, proclamateurs, frères du monde entier, vous continuez sans renoncer. C’est cette victoire de la fermeté du peuple du Seigneur qui a mené à cette décision [du tribunal]. » Grâce à la même fermeté, des Témoins d’autres pays ont remporté des victoires semblables. Vraiment, notre amour pour le ministère peut faire échouer la persécution.

12. À quoi es-tu résolu en ce qui concerne ton ministère ?

12 Si nous considérons le ministère comme un trésor que Jéhovah nous offre, nous ne prêcherons pas pour « faire des heures ». Au contraire, nous fournirons de grands efforts pour « rend[re] pleinement témoignage à la bonne nouvelle » (Actes 20:24 ; 2 Tim. 4:5). Mais qu’enseignerons-nous aux gens ? Voilà qui nous amène à parler d’un autre trésor offert par Dieu.

NOTRE RÉSERVE DE VÉRITÉS RÉVÉLÉES

13, 14. Qu’est-ce que la « réserve », ou le « trésor », dont Jésus a parlé en Matthieu 13:52, et comment l’enrichir ?

13 Notre troisième trésor spirituel est la réserve de vérités révélées que nous possédons. Jéhovah est le Dieu de vérité (2 Sam. 7:28 ; Ps. 31:5). Père généreux, il fait connaître ses vérités à ceux qui le craignent, c’est-à-dire le respectent. Depuis le jour où nous avons découvert Jéhovah, nous avons pu accumuler une grande quantité de vérités puisées dans sa Parole, dans nos publications, à nos assemblées et à nos réunions. Petit à petit, nous nous créons une « réserve » de vérités « neuves et vieilles » (lire Matthieu 13:52 ; note). Jéhovah nous aidera à ajouter de nouvelles vérités dans notre « réserve » si nous continuons à les chercher comme des trésors cachés (lire Proverbes 2:4-7). Mais comment faire ?

14 Nous devons prendre de bonnes habitudes d’étude individuelle, et faire des recherches en profondeur dans la Bible et nos publications. De cette façon, nous découvrirons des vérités « neuves », c’est-à-dire des vérités que nous ne connaissions pas encore (Jos. 1:8, 9 ; Ps. 1:2, 3). Le tout premier numéro anglais de La Tour de Garde, publié en juillet 1879, disait : « La vérité, telle une petite fleur dans l’immensité de la vie, est entourée et presque étouffée par les mauvaises herbes luxuriantes de l’erreur. Pour la trouver, il faut être sans cesse à l’affût. [...] Pour la posséder, il faut se pencher et la cueillir. Ne vous contentez pas d’une seule fleur de vérité. [...] Cueillez-en, cherchez-en toujours plus. » En effet, nous devons désirer vivement enrichir notre précieuse réserve de vérités bibliques.

15. a) Pourquoi disons-nous que certaines vérités sont « vieilles » ? b) Quelles vérités aimes-tu particulièrement ?

15 Quand nous avons commencé à fréquenter le peuple de Dieu, nous avons découvert des vérités précieuses. Puisque ces vérités sont les premières que nous avons apprises et aimées, elles sont en quelque sorte « vieilles » pour nous. Quelles sont-elles ? Par exemple : Jéhovah est notre Créateur, c’est lui qui donne la vie, et il a un projet pour l’humanité. Ou bien : Jéhovah, dans son grand amour, a payé une rançon par le sacrifice de son Fils pour nous libérer du péché et de la mort. Ou encore : son Royaume mettra fin à toutes les souffrances et nous permettra de vivre éternellement dans la paix et le bonheur (Jean 3:16 ; Rév. 4:11 ; 21:3, 4).

16. Que faut-il faire quand nous recevons une nouvelle explication d’une vérité biblique ?

 16 Il arrive que notre explication d’une prophétie ou d’un passage biblique soit rectifiée. Quand nous recevons une nouvelle explication, prenons le temps de l’étudier en profondeur et de la méditer (Actes 17:11 ; 1 Tim. 4:15). Cherchons à bien comprendre non seulement les changements majeurs, mais aussi les petites différences entre la « vieille » explication et la « neuve ». Ainsi, nous rangerons précieusement cette vérité neuve dans notre réserve spirituelle. Mais pourquoi est-ce bénéfique de faire tous ces efforts ?

17, 18. Comment l’esprit saint peut-il nous aider ?

17 Jésus a expliqué que l’esprit saint de Dieu peut nous rappeler des choses que nous avons apprises (Jean 14:25, 26). En quoi cette action de l’esprit nous est-elle utile à nous qui sommes des « instructeurs publics », c’est-à-dire des prédicateurs de la bonne nouvelle ? Voici ce qui est arrivé à un frère nommé Peter. Il raconte : « En 1970, j’avais 19 ans et je venais d’entrer au Béthel de Grande-Bretagne. Un jour que je prêchais de porte en porte, j’ai rencontré un homme barbu, d’âge moyen. Je lui ai demandé s’il souhaitait mieux comprendre la Bible. Stupéfait, il a répondu : “Mais vous êtes ici chez des rabbins [des enseignants de la religion juive].” Et pour me tester, il a enchaîné : “Alors, mon garçon, dans quelle langue a été écrit le livre de Daniel ?” J’ai répondu : “Une partie a été écrite en araméen.” Le rabbin a été surpris que je connaisse la réponse... mais pas autant que moi ! Comment est-ce que je savais ça ? Quand je suis rentré chez moi, en vérifiant dans les Tour de Garde et Réveillez-vous ! des mois passés, j’ai trouvé un article qui expliquait que Daniel avait été écrit en araméen » (Dan. 2:4, note). Donc, si nous lisons et stockons précieusement des vérités bibliques dans notre réserve spirituelle, l’esprit saint pourra nous les rappeler (Luc 12:11, 12 ; 21:13-15).

18 Si nous considérons les vérités venant de Jéhovah comme un trésor, nous aurons envie d’en ajouter dans notre réserve spirituelle, des neuves avec des vieilles. Plus nous les aimerons et les considérerons comme précieuses, mieux nous serons équipés en tant qu’instructeurs publics.

PROTÈGE TES TRÉSORS

19. Pourquoi devons-nous protéger nos trésors spirituels ?

19 Satan et son monde essaient continuellement d’affaiblir ou de détruire notre amour pour les trésors spirituels dont nous venons de discuter. Nous ne sommes pas à l’abri de leurs tactiques. Nous pourrions facilement nous laisser tenter par des promesses de gagner beaucoup d’argent, par des rêves de vie confortable, ou par le désir d’impressionner les autres avec nos richesses matérielles. L’apôtre Jean nous avertit que ce monde est en train de passer, et son désir aussi (1 Jean 2:15-17). Fournissons donc des efforts pour protéger nos trésors en continuant de les aimer et en n’oubliant pas leur valeur.

20. Qu’es-tu résolu à faire pour protéger tes trésors spirituels ?

20 Renonce volontiers à tout ce qui risque d’affaiblir ton amour pour le Royaume de Dieu. Continue à prêcher avec zèle et ne perds jamais ton amour pour le ministère qui sauve des vies. Continue à chercher sérieusement des vérités divines. Ainsi, tu amasseras « un trésor inépuisable dans les cieux, où ni voleur n’approche ni mite ne ronge. Car là où est [ton] trésor, là aussi sera [ton] cœur » (Luc 12:33, 34).

^ § 6 Le prénom a été changé.