Aller au contenu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

 EN COUVERTURE

Catastrophes : des mesures qui sauvent des vies

Catastrophes : des mesures qui sauvent des vies

« Une explosion assourdissante a failli me projeter au sol. De la fumée est sortie des bouches d’aération, et la tour où étaient situés nos bureaux s’est embrasée » (Joshua).

Tremblement de terre... ouragan... attaque terroriste... fusillade dans une école... Ces évènements font trop souvent la une des journaux. Évidemment, c’est une chose de lire un article sur une catastrophe, mais c’en est une autre d’en vivre une. Que pouvez-​vous faire avant, pendant et après une catastrophe pour améliorer vos chances de survie ?

 AVANT : PRÉPAREZ-​VOUS !

PERSONNE n’est immunisé contre une catastrophe. La préparation joue un rôle clé dans la survie. Mais comment se préparer ?

  • Préparez-​vous mentalement. Admettez qu’une catastrophe peut se produire et que vous et votre famille pouvez en être victimes. Quand elle arrive, il est trop tard pour se préparer.

  • Renseignez-​vous sur les catastrophes qui peuvent se produire dans votre région. Repérez où sont les lieux de refuge. Vérifiez si la construction de votre maison et son emplacement sont aussi sûrs que possible. Éliminez tout risque d’incendie. Installez des détecteurs de fumée et changez leurs piles au minimum une fois par an.

  • Prévoyez des produits de première nécessité. Les réseaux d’électricité, d’eau, de téléphonie et de transports peuvent ne plus fonctionner. Si vous avez une voiture, essayez de toujours avoir un réservoir à moitié plein. Ayez aussi en permanence chez vous de la nourriture, de l’eau et un sac de survie (voir l’encadré «  Avez-​vous ce qu’il vous faut ? »).

    La préparation joue un rôle clé dans votre survie.

  • Conservez les numéros de téléphone d’amis qui habitent près et loin de chez vous.

  • Mettez au point un plan d’urgence pour fuir et répétez-​le. Sachez où se trouvent les sorties de votre immeuble les plus proches et quel est le plan d’urgence de l’école de vos enfants. Fixez des lieux de rassemblement avec votre famille (comme une école ou une bibliothèque), un dans votre quartier et un autre en dehors. Les autorités recommandent aux familles de se rendre régulièrement à pied à ces points de rassemblement.

  • Prévoyez d’aider les autres, notamment les personnes âgées et handicapées.

PENDANT : AGISSEZ VITE

« Quand l’incendie s’est déclaré, la plupart des gens n’ont pas paniqué, ils ont même pris leur temps, raconte Joshua, cité en introduction. Certains ont éteint leur ordinateur ou sont allés remplir une bouteille d’eau. Un homme a dit : “Peut-être qu’il faut juste attendre.” » Malgré l’hésitation générale, Joshua a crié : « On doit tous sortir immédiatement ! » À ces mots, ses collègues  sont sortis de leur torpeur et l’ont suivi dans les escaliers. « Si quelqu’un tombe, relevez-​le et continuez d’avancer, répétait Joshua. On va tous s’en sortir ! »

  • En cas d’incendie. Restez près du sol et dirigez-​vous rapidement vers la sortie la plus proche. La fumée rend difficile la visibilité, et son inhalation est responsable de la plupart des décès. Laissez derrière vous vos effets personnels. La survie se joue parfois à quelques secondes.

  • En cas de tremblement de terre. Mettez-​vous à l’abri sous un meuble solide ou le long d’un mur intérieur. Comme il risque d’y avoir des répliques, sortez dès que possible des bâtiments et éloignez-​vous-​en. Des heures peuvent s’écouler avant l’arrivée des secours ; essayez donc d’aider les autres si vous le pouvez.

  • En cas de tsunami. Si l’eau se retire soudainement vers le large, dirigez-​vous rapidement vers les hauteurs. Après la première vague, attendez-​vous à plusieurs autres vagues très hautes.

  • En cas de tornade ou d’ouragan. Rejoignez sans tarder un abri anti-tempête.

  • En cas d’inondation. Ne rentrez pas dans un bâtiment inondé. Ne vous engagez pas à pied ou en voiture sur une voie immergée. Les eaux d’inondation peuvent contenir des eaux usées ou dissimuler des dangers : des débris, des bouches d’égout ouvertes, des lignes à haute tension tombées à terre...

  • Le saviez-​vous ? Soixante centimètres d’eau en mouvement peuvent déplacer une voiture. La plupart des décès se produisent quand des gens tentent de traverser en voiture une zone inondée.

  • Si les autorités ordonnent l’évacuation, partez immédiatement ! Faites savoir à vos amis où vous êtes, car ils pourraient risquer leur vie en vous recherchant.

    Si les autorités ordonnent l’évacuation, partez immédiatement !

  • Le saviez-​vous ? Un texto peut être plus fiable qu’un appel téléphonique.

  • Si les autorités ordonnent à la population de rester chez elle ou de trouver refuge sur place, restez à l’intérieur. En cas d’accident ou d’attaque chimique, biologique ou nucléaire, restez à l’intérieur, coupez la ventilation et calfeutrez toutes vos portes et fenêtres. En cas de catastrophe nucléaire, allez dans la partie la plus basse du bâtiment pour limiter l’exposition aux radiations. Suivez les actualités sur les chaînes régionales ou à la radio. Restez à l’intérieur jusqu’à ce que les autorités annoncent que le danger est passé.

 APRÈS : PRÉSERVEZ-​VOUS !

Les recommandations suivantes vous aideront à vous protéger des maladies et des dangers :

  • Restez chez des amis, si possible, plutôt que dans un camp.

  • Gardez votre environnement propre.

  • Utilisez un équipement de protection individuelle quand vous enlevez des débris. Si possible, portez des gants, de bonnes chaussures, un casque et un masque anti-poussière. Faites attention aux fils électriques et aux braises cachées.

  • Conservez autant que possible vos habitudes quotidiennes. Vos enfants ont besoin de vous voir calme et confiant. Assurez leur instruction scolaire, jouez avec eux et maintenez les activités spirituelles. Ne vous nourrissez pas des actualités sur le drame et ne vous en prenez pas à votre famille parce que vous êtes inquiet ou frustré. Acceptez d’être aidé et aidez les autres.

    Après la catastrophe, conservez autant que possible vos habitudes.

  • Soyez conscient que les catastrophes causent des pertes matérielles. Les opérations de secours, gouvernementales ou non, ont pour but d’aider les gens à survivre, non de remplacer tout ce qui a été perdu. Pour survivre, nous avons besoin d’eau pure, de nourriture, de vêtements et d’un abri (1 Timothée 6:7, 8).

  • Identifiez les troubles psychologiques et combattez-​les. Ils font souvent surface une fois le choc initial passé. Parmi les symptômes figurent l’angoisse, la dépression et les sautes d’humeur, ainsi que les difficultés pour se concentrer, pour travailler et pour dormir. Parlez à des amis compatissants.

Contrairement à beaucoup de ses collègues, Joshua a survécu à l’incendie. Il a reçu le soutien de ministres du culte et de professionnels de la santé mentale. « Ils m’ont assuré que mon chagrin faisait partie du processus naturel de guérison et qu’il passerait, raconte-​t-​il. Au bout de six mois, je faisais moins de cauchemars. Mais les autres symptômes ont duré plus longtemps. »

Les catastrophes heurtent notre sens inné de la justice. C’est pourquoi certains accusent Dieu à tort. Beaucoup, comme Joshua, ressentent « la culpabilité du survivant ». « Je me demande encore si j’aurais pu sauver plus de gens, confie-​t-​il. Ce qui me réconforte, c’est de savoir que Dieu apportera bientôt la vraie justice sur terre et réparera tous les dommages. En attendant, j’apprécie chaque journée, et je fais ce qu’il est raisonnablement possible de faire pour préserver ma vie » (Révélation 21:4, 5 *).

^ § 33 Pour plus de renseignements sur les promesses de Dieu concernant l’avenir et sur la raison pour laquelle il permet les souffrances, voir le livre Que nous enseigne la Bible ? Téléchargeable sur www.jw.org.