LA CIGALE est présente sur tous les continents à l’exception de l’Antarctique. Toutefois, seul le nord-est de l’Amérique abrite la cigale périodique, qui fascine depuis longtemps les biologistes.

Considérez ceci : Au printemps, des millions de cigales périodiques font leur apparition de façon soudaine et pour seulement quelques semaines. Pendant cette courte période qu’elles passent au soleil, elles muent, chantent dans un bruit assourdissant, volent, se reproduisent, et enfin meurent. Curieusement, la génération suivante fait son apparition soit 13 ans, soit 17 ans plus tard, selon les espèces. Qu’advient-il de ces insectes dans l’intervalle ?

Pour répondre à cette question, il faut comprendre le cycle de vie hors du commun de la cigale périodique. Une semaine environ après leur apparition, les insectes, devenus adultes, s’accouplent, puis les femelles pondent 400 à 600 œufs à l’intérieur de branches d’arbres. Peu après, les adultes meurent. Dans les semaines qui suivent, les œufs éclosent. Les larves qui en sortent tombent alors à terre et creusent le sol, où elles commencent une vie souterraine durant laquelle elles vont, pendant des années, se nourrir de liquides provenant des racines d’arbres ou d’arbustes. Après 13 ou 17 ans, la nouvelle génération d’adultes apparaît pour recommencer le cycle.

Selon un article de la revue Nature, le cycle de vie complexe de ces cigales « déconcerte les scientifiques depuis des siècles [...]. Aujourd’hui encore, les entomologistes tentent de comprendre comment a évolué le cycle de vie si particulier de ces insectes ». C’est une des grandes énigmes du règne animal.

Qu’en pensez-vous ? Le cycle de vie de la cigale périodique est-il le produit du hasard ? Ou d’une conception ?