« Sophia * et moi étions mariés depuis plus de 39 ans quand une longue maladie l’a emportée. Mes amis m’ont beaucoup soutenu, et je faisais en sorte d’être occupé. Mais pendant plus d’un an, j’ai eu l’impression qu’on m’avait arraché la moitié de moi-​même. J’avais des hauts et des bas ; je n’arrivais pas à contrôler mes émotions. Ça fait presque trois ans que ma femme est morte, mais il m’arrive encore d’être envahi d’une profonde souffrance, souvent sans que je m’y attende » (Kostas).

Avez-​vous perdu quelqu’un que vous aimez ? Si oui, vous vous retrouvez peut-être dans les paroles de Kostas. Il y a peu de choses qui causent autant de stress et de douleur que la mort d’un conjoint, d’un proche ou d’un ami. C’est ce que constatent des spécialistes du deuil. « La mort est la perte la plus définitive et la plus terrible qui soit », dit un article de l’American Journal of Psychiatry. Quand on ressent la douleur insupportable causée par une telle perte, on pourrait se demander : « Combien de temps ces sentiments vont-​ils durer ? Est-​ce que je pourrai à nouveau être heureux ? Qu’est-​ce qui peut soulager ma souffrance ? »

Autant de questions auxquelles ce numéro de Réveillez-vous ! propose des éléments de réponse. L’article suivant décrit les défis que vous aurez peut-être à relever si vous avez perdu un proche récemment. Les autres articles exposent ce qui pourra vous aider à alléger votre souffrance.

Nous espérons sincèrement que cette revue apportera du réconfort et une aide pratique à ceux qui connaissent la terrible souffrance du deuil.

^ § 3 Dans cette revue, certains prénoms ont été changés.