Aller au contenu

Aller au sommaire

 EN COUVERTURE

La religion : sur le déclin ?

La religion : sur le déclin ?

Gaffar, né en Turquie, était troublé par l’idée d’un Dieu vengeur, comme sa religion le lui avait appris. Hediye, la femme de Gaffar, avait à peine neuf ans quand elle a commencé à avoir des doutes sur sa religion. « À l’époque, on m’avait inculqué la croyance au destin, dit-​elle. Comme j’étais orpheline, je me demandais : “Qu’est-​ce que j’ai fait pour que cela arrive ?” Je pleurais souvent, parfois des nuits entières. À l’âge de 15 ans, j’avais déjà abandonné la religion dans mon cœur. »

AVEZ-​VOUS tiré un trait sur la religion ? Si oui, vous n’êtes pas le seul. Dans beaucoup de pays, le nombre de ceux qui se déclarent « non religieux » est en augmentation — une tendance qui laisse supposer que l’avenir des religions organisées est incertain. Arrêtons-​nous sur quelques-uns de ces pays.

 Pourquoi une telle désertion ?

Les gens sont déçus par la religion pour plusieurs raisons. Citons les actes de violence et de terrorisme commis au nom de la religion, ou encore les scandales sexuels impliquant des chefs religieux. D’autres facteurs moins évidents peuvent aussi accentuer ce phénomène. Voyons-​en certains.

  • La prospérité matérielle : « Plus une personne est riche, moins elle se dit religieuse », signale l’Indice mondial de la religion et de l’athéisme (angl.). Ce constat n’est pas anodin parce que, dans beaucoup de pays, la prospérité matérielle a augmenté de façon spectaculaire. Dans certains endroits, les gens ont un « niveau de vie qui, il y a deux siècles, aurait fait pâlir d’envie le plus grand des rois », dit John Nye, un professeur d’économie.

    CE QUE LA BIBLE DIT : La Bible a prédit que dans « les derniers jours », l’amour de l’argent et des plaisirs supplanterait l’amour de Dieu et du prochain (2 Timothée 3:1-5). Conscient des dangers spirituels liés à la prospérité matérielle, un rédacteur de la Bible a demandé à Jéhovah * : « Ne me donne ni pauvreté ni richesse. » Pourquoi une telle requête ? Il poursuit : « De peur que je ne me rassasie et que vraiment je ne te renie » (Proverbes 30:8, 9).

  • Les traditions religieuses et la moralité : Beaucoup, en particulier les jeunes, considèrent que les religions sont sans intérêt et dépassées. D’autres ne leur font plus confiance. « Examinez la façon dont les Églises se sont comportées tout au long des siècles, dit Tim Maguire, attaché de presse de la Société humaniste d’Écosse. Les gens s’en sont détournés parce qu’ils ne voient plus en elles une autorité morale. »

    CE QUE LA BIBLE DIT : Jésus Christ a donné cet avertissement à propos des faux enseignants : « C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. [...] Tout bon arbre produit de beaux fruits, mais tout arbre pourri produit des fruits sans valeur » (Matthieu 7:15-18). Au nombre de ces « fruits sans valeur » figurent l’ingérence dans la politique et l’approbation de pratiques qui offensent Dieu, comme l’homosexualité (Jean 15:19 ; Romains 1:25-27). Citons également le remplacement des enseignements salutaires des Écritures par des rites et des traditions vides de sens (Matthieu 15:3, 9). Jésus a dit de « fai[re] paître [s]es petites brebis » (Jean 21:17). Mais aujourd’hui, de nombreuses personnes sont affamées sur le plan spirituel.

  •   La religion et l’argent : Selon le Pew Research Center, beaucoup estiment que la religion accorde trop d’importance à l’argent. Pour ne rien arranger, certains dignitaires religieux — contrairement à leurs ouailles — vivent dans l’opulence. Par exemple, dans une ville allemande, l’évêque a été accusé de vivre dans un luxe inouï alors que nombre de ses fidèles se débattent pour joindre les deux bouts. Son mode de vie a choqué beaucoup de catholiques de la région. Autre exemple : un rapport paru dans le magazine GEO déclare qu’au Nigéria, « où 100 millions de personnes continuent à vivre avec moins d’un euro par jour, le train de vie tapageur de certains pasteurs commence à poser problème ».

    CE QUE LA BIBLE DIT : L’apôtre Paul a écrit : « Nous ne sommes pas des gens qui tirent profit de la parole de Dieu » (2 Corinthiens 2:17, note). Même s’il était un ministre en vue dans la congrégation chrétienne du Ier siècle, Paul a souvent travaillé de ses mains pour n’imposer aucune charge financière aux autres (Actes 20:34). Il obéissait ainsi à ce commandement de Jésus : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Matthieu 10:7, 8).

En accord avec ces principes, les Témoins de Jéhovah ne font payer ni leurs publications ni leurs cours bibliques. De plus, ils ne recourent pas à la dîme et il n’y a pas de quête lors de leurs offices. En fait, leur œuvre est financée grâce à des offrandes volontaires faites par des particuliers (Matthieu 6:2, 3).

Une désertion prédite !

Il y a quelques décennies à peine, il aurait été difficile d’imaginer la situation que les religions connaissent actuellement. Cependant, Dieu savait ce qui allait se passer et l’a prédit dans la Bible. Employant un langage symbolique, il a comparé l’ensemble des religions qui lui sont infidèles à une prostituée flamboyante appelée « Babylone la Grande » (Révélation 17:1, 5).

Cette image symbolique est adaptée parce que, tout en prétendant être fidèle à Dieu, la fausse religion entretient avec les dirigeants du monde des relations inconvenantes en vue d’obtenir pouvoir et richesse. « Les rois de la terre, dit Révélation 18:9, [...] ont commis la fornication avec elle. » Le terme « Babylone » est aussi approprié parce que beaucoup de pratiques et de faux enseignements religieux, tels que l’immortalité de l’âme, les triades de dieux et l’occultisme, tirent leur origine de la Babylone antique, une ville imprégnée de fausse religion et de superstitions * (Isaïe 47:1, 8-11).

La puissante Babylone antique est tombée quand ses eaux protectrices — des douves alimentées par le fleuve Euphrate — ont été « desséchées », ce qui a ouvert un passage à une armée de Mèdes et de Perses venue la conquérir (Jérémie 50:1, 2, 38). Babylone a ainsi été prise en une nuit ! (Daniel 5:7, 28, 30).

Babylone la Grande est, elle aussi, « assise sur [d]es eaux nombreuses ». Ces eaux, nous dit la Bible, représentent « des peuples » et « des foules », les millions de  personnes qui soutiennent la fausse religion (Révélation 17:1, 15). La Bible a prédit que ces eaux symboliques se dessécheraient — une situation qui présage une destruction imminente et soudaine de la Babylone moderne (Révélation 16:12 ; 18:8). Mais qui la détruira ? Ses amants politiques, dont l’amour se transformera en haine. De plus, ils dévoreront « ses chairs », autrement dit, ils la pilleront * (Révélation 17:16, 17).

La baisse des eaux de la Babylone antique représente les personnes qui désertent Babylone la Grande.

« Sortez d’elle » !

En raison de ce qui attend Babylone la Grande, Dieu lance cet avertissement bienveillant : « Sortez d’elle, mon peuple, si vous ne voulez pas participer avec elle à ses péchés, et si vous ne voulez pas recevoir votre part de ses plaies » (Révélation 18:4). Notez que le mot « si » apparaît deux fois dans ce verset. Ces paroles s’adressent en effet aux personnes qui sont troublées par les faux enseignements religieux et qui recherchent l’approbation divine, des personnes comme Gaffar et Hediye, cités précédemment.

Avant d’étudier la Bible, Gaffar voyait Dieu comme quelqu’un à qui l’on obéit principalement par peur. « Quel soulagement d’apprendre que Jéhovah est un Dieu d’amour, s’exclame-​t-​il, et qu’il veut que nous lui obéissions avant tout par amour ! » (1 Jean 4:8 ; 5:3). Hediye a trouvé la paix intérieure en apprenant que ce n’est pas Dieu qui l’avait rendue orpheline et que sa situation n’était pas due au destin. Elle a été réconfortée par des textes bibliques comme Jacques 1:13, qui dit que Dieu n’éprouve personne par le mal. Gaffar et sa femme ont adhéré aux vérités bibliques et ont fui « Babylone » (Jean 17:17).

Quand Babylone la Grande sera détruite, aucun mal ne sera fait à ceux qui, par obéissance, seront sortis d’elle pour « adore[r] le Père avec l’esprit et la vérité » (Jean 4:23). Leur espérance est de voir la terre « remplie de la connaissance de Jéhovah comme les eaux recouvrent la mer » (Isaïe 11:9).

Nous pouvons être convaincus que le faux culte et ses mauvais fruits disparaîtront, car Dieu « ne peut mentir » (Tite 1:2). Le vrai culte, quant à lui, prospérera éternellement !

^ § 8 Jéhovah est le nom de Dieu révélé dans la Bible.

^ § 16 Pour plus de renseignements sur Babylone la Grande et sur ce que la Bible dit au sujet de la condition des morts, de la nature de Dieu et du spiritisme, voir le livre Qu’enseigne réellement la Bible ?, téléchargeable depuis www.jw.org.

^ § 18 Voir l’article « D’après la Bible : La fin du monde », dans ce numéro.