SUSAN avait sept ans quand elle a commencé à se poser des questions sur Dieu. Son ami Al, qui avait neuf ans, était atteint de poliomyélite et confiné à l’hôpital dans un poumon d’acier. Elle raconte ce qu’elle a vécu dans le New York Times du 6 janvier 2013.

Après être allée voir son ami à l’hôpital, Susan a demandé à sa mère : « Pourquoi Dieu fait-il cela à un petit garçon ? »

« Le prêtre dirait que Dieu doit avoir ses raisons, a répondu sa mère, mais je ne les connais pas. »

Deux ans plus tard, en 1954, apparaissait le vaccin contre la poliomyélite, mis au point par Jonas Salk. La mère de Susan a alors dit que Dieu avait peut-être guidé ce chercheur.

« Eh bien, Dieu aurait dû guider les docteurs bien avant, pour qu’Al ne soit pas dans un poumon d’acier », a rétorqué Susan.

Susan conclut ainsi le récit de cet épisode de son enfance : « [Al] est mort seulement huit ans après. J’étais alors devenue une athée convaincue. »

Comme Susan, beaucoup de ceux qui ont été victimes ou témoins de drames ne parviennent pas à trouver de réponses satisfaisantes à leurs questions sur Dieu. Certains d’entre eux deviennent athées. D’autres, sans forcément rejeter l’idée d’un Dieu, deviennent sceptiques.

Il serait faux de penser que les athées et les sceptiques n’ont aucune connaissance de la religion. Au contraire, c’est souvent leur vécu religieux qui les pousse à ne plus croire en Dieu. Ils ont peut-être le sentiment que les religions ne répondent pas aux questions déroutantes de la vie. Comble de l’ironie, ces questions sont souvent les mêmes que celles qui laissent perplexes ceux qui affirment avoir foi en Dieu. Voyons trois questions que beaucoup, s’ils le pouvaient, aimeraient poser à Dieu et découvrons les réponses que la Bible donne.

 1 « POURQUOI TANT DE SOUFFRANCES ? »

Ce que certains disent :

« Un Dieu d’amour empêcherait les drames de se produire. »

SUJET DE RÉFLEXION : Nous trouvons peut-être étranges, voire choquants, les us et coutumes des personnes d’une autre culture. Nous pourrions facilement mal interpréter leurs façons d’agir. Par exemple, alors que dans certaines cultures, regarder quelqu’un dans les yeux est une marque de sincérité, dans d’autres, c’est perçu comme un manque de respect. Quoi qu’il en soit, nous ne devrions pas juger hâtivement les personnes d’une culture différente. Il nous faut simplement apprendre à mieux les connaître.

Pourrait-il en être de même à l’égard de Dieu ? Beaucoup pensent que les souffrances sont la preuve que Dieu n’existe pas. Cependant, d’autres, qui ont compris pourquoi Dieu permet les souffrances, ont la conviction qu’il existe.

CE QUE LA BIBLE DIT : Les pensées de Dieu et ses manières d’agir sont différentes des nôtres (Isaïe 55:8, 9). Ses actions, ainsi que les raisons pour lesquelles il attend avant d’agir, peuvent donc nous sembler de prime abord étranges.

Toutefois, la Bible ne nous demande pas d’accepter des réponses vides de sens, du type « les voies du Seigneur sont impénétrables ». Elle nous encourage plutôt à en apprendre davantage sur Dieu, ce qui nous aide à comprendre ses façons d’agir *. Nous pouvons même nous approcher de lui (Jacques 4:8).

 2 « POURQUOI TANT D’HYPOCRISIE RELIGIEUSE ? »

Ce que certains disent :

« Si la sincérité était vraiment importante pour Dieu, il n’y aurait pas tant d’hypocrisie chez ceux qui prétendent l’adorer. »

SUJET DE RÉFLEXION : Imaginez qu’un fils rejette la bonne éducation donnée par son père et qu’il parte de chez lui pour mener une vie dissolue. Même si le père n’approuve pas ce choix, il laisse son fils libre d’agir. Ceux qui rencontreront plus tard le fils pourront-ils à bon droit conclure qu’il a eu un mauvais père, voire qu’il n’a pas eu de père du tout ? Non, bien sûr ! De façon similaire, l’hypocrisie religieuse prouve seulement que Dieu laisse chacun libre de ses choix.

CE QUE LA BIBLE DIT : Dieu déteste l’hypocrisie religieuse (Jérémie 7:29-31 ; 32:35). Dans le même temps, il permet à chacun de faire ses choix. Beaucoup de ceux qui prétendent croire en Dieu choisissent de suivre des enseignements religieux d’origine humaine et d’avoir leur propre conception du bien et du mal (Matthieu 15:7-9).

Mais la religion que Dieu approuve n’est pas hypocrite *. Jésus a dit : « Par là tous sauront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour entre vous » (Jean 13:35). Cet amour doit être « sans hypocrisie » (Romains 12:9). La plupart des religions ne se sont pas montrées à la hauteur sous ce rapport. Au Rwanda, par exemple, durant le génocide de 1994, des dizaines de milliers de croyants ont massacré des membres de leur propre religion, simplement parce qu’ils étaient d’une ethnie différente. Par contre, les Témoins de Jéhovah n’ont pas pris part à ces massacres et nombre d’entre eux ont protégé leurs coreligionnaires et d’autres personnes, parfois au péril de leur vie. De tels actes désintéressés prouvent que la religion n’est pas toujours synonyme d’hypocrisie.

 3 « POURQUOI SOMMES-NOUS ICI ? »

Ce que certains disent :

« Pourquoi ne vivons-nous que 80 ou 90 ans ? Quel est le but d’une vie si courte ? »

SUJET DE RÉFLEXION : Beaucoup de ceux qui ne croient pas en Dieu reconnaissent tout de même qu’il doit y avoir une explication à la complexité et à l’ordre qui règnent dans la nature. Ils constatent que la position de notre planète, des autres planètes et de la lune est idéale pour entretenir la vie sur terre. Et ils expliquent que les lois qui régissent l’univers sont d’une précision remarquable, si parfaitement réglées que même la plus petite modification rendrait impossible la vie sur terre.

CE QUE LA BIBLE DIT : Alors que de nombreuses personnes considèrent que la brièveté de la vie prouve que Dieu n’existe pas, la nature fournit quantité de preuves qu’il y a un Créateur (Romains 1:20). En créant le monde qui nous entoure, Dieu visait un but, et la raison de notre existence est étroitement liée à ce but. Dieu a créé les humains pour qu’ils vivent éternellement sur terre et il n’a pas abandonné ce projet (Psaume 37:11, 29 ; Isaïe 55:11).

Si nous pouvons discerner l’existence de Dieu et même certaines de ses qualités à travers la nature, Dieu n’a pas prévu que nous découvrions son projet de cette façon. Pour connaître ce projet, et donc le sens de notre existence, nous avons besoin que Dieu nous le révèle. Il le fait dans la Bible en employant des termes simples et directs *. Les Témoins de Jéhovah vous encouragent à porter un regard neuf sur les réponses qu’elle donne.

^ § 17 Pour comprendre pourquoi Dieu permet les souffrances, voir le chapitre 11 du livre Qu’enseigne réellement la Bible ?, publié par les Témoins de Jéhovah. Disponible sur www.jw.org.

^ § 23 Pour plus de renseignements, voir le chapitre 15 du livre Qu’enseigne réellement la Bible ?, publié par les Témoins de Jéhovah. Disponible sur www.jw.org.

^ § 29 Pour plus de renseignements, voir le chapitre 3 du livre Qu’enseigne réellement la Bible ?, publié par les Témoins de Jéhovah. Disponible sur www.jw.org.