LE Nicaragua est souvent appelé le pays des lacs et des volcans. On y trouve le plus grand lac d’Amérique centrale : le lac Nicaragua. Les tribus indigènes le surnomment Cocibolca, ce qui signifie « douce mer ». Parsemé de centaines d’îles, il est le seul lac d’eau douce à abriter une faune océanique, dont des requins, des espadons ou des tarpons.

La fleur du frangipanier (sacuanjoche) est la fleur nationale du Nicaragua.

Le Nicaragua possède aussi l’une des régions les plus isolées d’Amérique centrale : la côte des Mosquitos. Cette bande de terre de 65 kilomètres de large court le long de la quasi-totalité du littoral oriental et se prolonge dans le Honduras voisin. Les Miskitos (autre nom des Mosquitos) sont l’un des nombreux peuples indigènes du Nicaragua dont l’histoire débute avant l’arrivée des Européens au XVIsiècle.

Les Miskitos sont une communauté très soudée, aux coutumes insolites. Par exemple, la langue miskito n’a pas de mots comme « monsieur » ou « madame » pour s’adresser à quelqu’un. Dans les villages, les jeunes appellent les plus âgés « oncle » ou « tante », qu’ils soient  ou non de la même famille. Les femmes miskitos suivent une vieille coutume qui consiste à saluer ses amies et ses proches en touchant avec sa joue la joue de l’autre, la première à avoir salué inspirant alors par le nez.

Habitants du Nicaragua.

Ouvrages bibliques en mayangna et en miskito, publiés par les Témoins de Jéhovah.