L’ouverture d’esprit, la capacité à pardonner et la tolérance favorisent des relations paisibles. Mais la tolérance devrait-elle avoir des limites ?

Comment être plus tolérant ?

L’ÉTAT D’ESPRIT AMBIANT

Un puissant vent d’intolérance souffle sur le monde, renforcé par les préjugés raciaux et ethniques, le nationalisme, le communautarisme et l’extrémisme religieux.

CE QUE LA BIBLE DIT

Durant son ministère, Jésus Christ évoluait dans un climat d’intolérance. Les Juifs et les Samaritains se haïssaient (Jean 4:9). Les femmes étaient traitées comme des êtres inférieurs. Et les chefs religieux juifs méprisaient le peuple (Jean 7:49). Jésus Christ était quant à lui très différent. « Cet homme fait bon accueil à des pécheurs et il mange avec eux », disaient ses adversaires (Luc 15:2). Jésus était bon, patient et tolérant parce qu’il était venu, non pas pour juger les gens, mais pour les guérir spirituellement. L’amour était le moteur de ses actions (Jean 3:17 ; 13:34).

Jésus, un modèle de tolérance, est venu, non pas pour juger les gens, mais pour les guérir spirituellement.

L’amour, qualité indispensable pour être plus tolérant, nous rend plus ouverts aux autres, même s’ils sont imparfaits et différents de nous. Colossiens 3:13 déclare : « Continuez à vous supporter les uns les autres et à vous pardonner volontiers les uns aux autres, si quelqu’un a un sujet de plainte contre un autre. »

« Avant tout, ayez les uns pour les autres un amour intense, parce que l’amour couvre une multitude de péchés » (1 Pierre 4:8).

 Peut-on tout tolérer ?

LA RÉALITÉ

La plupart des sociétés s’efforcent de maintenir l’ordre public. C’est pourquoi elles fixent généralement des limites raisonnables au comportement des gens.

CE QUE LA BIBLE DIT

« [L’amour] n’agit pas de façon inconvenante » (1 Corinthiens 13:5). Bien qu’étant un modèle de tolérance, Jésus ne fermait pas les yeux sur l’indécence, l’hypocrisie ou d’autres mauvais comportements. Au contraire, il les condamnait courageusement (Matthieu 23:13). Il a dit : « Celui qui pratique des choses viles a de la haine pour la lumière [de la vérité] » (Jean 3:20).

L’apôtre Paul, un chrétien, a écrit : « Ayez en aversion ce qui est mauvais, attachez-vous à ce qui est bon » (Romains 12:9). Et il vivait en accord avec ces paroles. Lorsque des chrétiens d’origine juive se sont séparés de chrétiens non juifs, Paul — qui était lui-même juif — est intervenu avec fermeté mais bonté (Galates 2:11-14). Il savait que Dieu, qui « n’est pas partial », ne tolère pas les préjugés raciaux parmi ses adorateurs (Actes 10:34).

En tant que chrétiens, les Témoins de Jéhovah se laissent guider par les principes moraux de la Bible (Isaïe 33:22). Ils ne tolèrent donc pas la méchanceté parmi eux. La congrégation chrétienne est pure et ne doit pas être corrompue par ceux qui rejettent les normes de Dieu. À cette fin, les Témoins obéissent à cet ordre biblique : « Ôtez le méchant du milieu de vous » (1 Corinthiens 5:11-13).

« Ô vous qui aimez Jéhovah, haïssez ce qui est mauvais » (Psaume 97:10).

Dieu tolérera-t-il indéfiniment la méchanceté ?

L’OPINION GÉNÉRALE

La méchanceté étant une caractéristique de la nature humaine, elle ne disparaîtra jamais.

CE QUE LA BIBLE DIT

Le prophète Habaqouq a prié Jéhovah ainsi : « Pourquoi [...] continues-tu à regarder le malheur ? Pourquoi le pillage et la violence sont-ils devant moi ? Pourquoi y a-t-il des querelles, et pourquoi la dispute l’emporte-t-elle ? » (Habaqouq 1:3). Pour dissiper les doutes de son prophète, Dieu lui a promis qu’il demanderait des comptes aux méchants. Au sujet de cette promesse, Dieu a dit : « Elle se réalisera à coup sûr. Elle ne sera pas en retard » (Habaqouq 2:3).

D’ici là, ceux qui pratiquent le mal ont la possibilité de changer de conduite. « “Est-ce que je prends vraiment plaisir à la mort du méchant”, c’est là ce que déclare le Souverain Seigneur Jéhovah, “et non pas plutôt à ce qu’il revienne de ses voies et qu’il reste bel et bien en vie ?” » (Ézékiel 18:23). Ceux qui cherchent Jéhovah et abandonnent leurs voies mauvaises peuvent envisager l’avenir avec confiance. « Quant à celui qui m’écoute, il résidera en sécurité et vivra tranquille sans redouter le malheur », dit Proverbes 1:33.

« Un peu de temps encore, et le méchant ne sera plus ; [...] les humbles posséderont la terre, et vraiment ils se délecteront de l’abondance de paix » (Psaume 37:10, 11).