GENGIS KHAN, un guerrier intrépide du XIIsiècle, a jeté les fondations de ce qui deviendrait l’immense Empire mongol. N’occupant qu’une petite partie du territoire originel de cet empire, la Mongolie actuelle est un pays enclavé, situé entre la Russie et la Chine. Sa densité de population est l’une des plus faibles du monde.

Des fleuves, des torrents, des montagnes imposantes, des prairies vallonnées et de vastes étendues de steppes verdoyantes dessinent les paysages de Mongolie. Au sud du pays s’étend le désert de Gobi, réputé pour ses vestiges de dinosaures bien conservés. S’élevant à une hauteur moyenne de 1 580 mètres au-dessus du niveau de la mer, la Mongolie est appelée par ses habitants « le pays au ciel bleu », un nom approprié, car elle bénéficie de plus de 250 jours d’ensoleillement par an.

Un léopard des neiges.

Les Mongols vivent sous des climats extrêmes. En été, les températures peuvent vite atteindre 40 °C, tandis qu’en hiver, elles peuvent chuter à − 40 °C. Près d’un tiers  de la population est nomade. Les hommes et les femmes commencent leur journée tôt le matin pour traire chèvres, vaches, chamelles et juments. L’alimentation se compose généralement de produits laitiers et de viande, dont le mouton qui est particulièrement apprécié.

Les gâteaux de lait caillé, ou aaruul, sont séchés au soleil.

Les Mongols sont hospitaliers. Leurs yourtes (ou gers), des tentes d’habitation circulaires et démontables, restent ouvertes pour permettre aux passants de se reposer et de manger les gourmandises laissées là à leur intention. On sert souvent aux invités du thé chaud avec beaucoup de lait et une pointe de sel.

L’empreinte du bouddhisme est toujours très forte. Un petit nombre de Mongols pratiquent le chamanisme, l’islam ou le christianisme, mais beaucoup n’ont pas de religion. La Mongolie compte plus de 350 Témoins de Jéhovah qui enseignent actuellement la Bible à plus de 770 personnes.

Le chameau de Bactriane porte de lourdes charges même sous des températures glaciales.