LES oiseaux sont présents dans toutes les régions du monde. Ils font partie des animaux les plus faciles à observer. Leurs formes, leurs couleurs, leurs chants, leurs acrobaties et leurs comportements sont si variés qu’il est très divertissant et enrichissant de passer du temps à les contempler.

Tisserin à front noir

Vous pouvez même les « espionner » depuis la fenêtre de votre cuisine alors qu’ils se livrent à leurs activités quotidiennes : un merle noir en train de déterrer un ver de terre, un passereau happant un insecte, monsieur colombe faisant la cour à sa belle, une hirondelle s’activant inlassablement à la construction de son nid ou un chardonneret élégant donnant la becquée à sa petite bande d’affamés.

Pintade de Numidie

Vous serez sans doute impressionné en voyant aigles, faucons ou vautours patrouiller dans le ciel. D’autres oiseaux vous amuseront : des moineaux qui se chamaillent pour des miettes, un pigeon qui bombe le torse pour impressionner une femelle apparemment indifférente ou encore une bruyante troupe de cacatoès rosalbins qui, en perdant l’équilibre, se retrouvent suspendus la tête en bas sur un câble électrique.  Et certains spectacles vous émerveilleront, comme le vol de cigognes, de grues ou d’oies en pleine migration. Cela fait d’ailleurs des milliers d’années que leur vol fascine les humains. Comment ne pas être rempli d’admiration pour ces oiseaux capables de parcourir de longues distances et de s’orienter avec une précision étonnante ?! Le Créateur lui-même a déclaré : « Même la cigogne dans les cieux — elle connaît bien ses temps fixés ; et la tourterelle et le martinet et le bulbul — ils observent exactement le temps où chacun doit arriver » (Jérémie 8:7).

Les oiseaux sous la plume de rédacteurs bibliques

La Bible mentionne de nombreuses fois les oiseaux, souvent pour en dégager des leçons. Voici par exemple ce que Dieu a dit à Job au sujet de l’autruche * et de son incroyable vitesse : « Au temps où elle bat des ailes en haut, elle se rit du cheval et de son cavalier » (Job 39:13, 18). Puis il lui a demandé : « Est-ce grâce à ton intelligence que le faucon prend son vol [...] ? Ou est-ce sur ton ordre que l’aigle s’élève ? » (Job 39:26, 27). La leçon ? Les oiseaux n’ont pas besoin de nous pour réaliser des prouesses. Leurs capacités rendent témoignage à la sagesse de Dieu, non à la nôtre.

Dans un chant, le roi Salomon a parlé du « roucoulement de la tourterelle », qui annonce l’arrivée du printemps (Le chant de Salomon 2:12, Bible de Jérusalem). Décrivant son vif désir de servir au temple de Dieu, un psalmiste a fait mention de l’hirondelle. Avec une pointe d’envie, il a écrit : « Même l’oiseau a trouvé une maison, et l’hirondelle un nid pour elle, où elle a mis ses petits — [près de] ton autel grandiose, ô Jéhovah » (Psaume 84:1-3).

« Votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas plus qu’eux ? » (Matthieu 6:26).

Parmi les plus belles leçons que nous enseignent les oiseaux figurent celles données par Jésus Christ. L’une d’elles est rapportée en Matthieu 6:26 : « Observez attentivement les oiseaux du ciel, parce qu’ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni ne ramassent dans des magasins ; pourtant, votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas plus qu’eux ? » Cette illustration touchante montre aux disciples de Jésus qu’ils sont précieux aux yeux de Dieu et qu’ils ne doivent pas avoir peur de manquer du nécessaire (Matthieu 6:31-33).

Aujourd’hui, observer les oiseaux est un passe-temps très populaire, et cela se comprend ! Leurs plumages, leurs acrobaties, leurs parades amoureuses et leurs chants nous émerveillent. De plus, ils ont beaucoup à nous apprendre sur la vie. Alors, que diriez-vous d’« observ[er] attentivement les oiseaux » ?

^ § 6 L’autruche est le plus grand oiseau vivant actuellement. C’est aussi celui qui court le plus vite ; il est capable d’atteindre 72 kilomètres à l’heure sur de courtes distances !