Aller au contenu

Aller au sommaire

 HASARD OU CONCEPTION ?

L’aile du papillon : un bon capteur solaire

L’aile du papillon : un bon capteur solaire

AFIN de réduire notre dépendance aux énergies fossiles, les scientifiques cherchent à améliorer l’efficacité des capteurs solaires. « La solution à ce problème, a dit un chercheur, se trouvait là [...], voletant juste sous nos yeux. »

Les écailles possèdent des rangées de trous en forme de nids d’abeilles.

Considérez ceci : Pour se réchauffer par temps froid, le papillon déploie ses ailes au soleil. Les ailes de certaines espèces de porte-queues capturent et gardent la lumière avec une efficacité remarquable. Cette aptitude n’est pas seulement due à leurs pigments sombres, mais aussi à leur structure : ces ailes sont recouvertes de minuscules écailles qui se chevauchent. Ces dernières possèdent des rangées de trous en forme de nids d’abeilles et séparées par des crêtes pointues qui dirigent la lumière vers les trous. Cette structure ingénieuse capture la lumière du soleil, ce qui rend les ailes extrêmement sombres et réchauffe le papillon avec une incroyable efficacité.

« L’aile du papillon possède peut-être l’une des structures les plus fragiles de la nature, commente le Science Daily, mais c’est une puissante source d’inspiration pour les chercheurs travaillant sur une nouvelle technique qui doublerait la production d’hydrogène — une énergie verte qui a de l’avenir — à partir d’eau et de lumière solaire. » On entrevoit d’autres applications prometteuses dans le domaine de l’optique et des cellules photovoltaïques.

Qu’en pensez-vous ? La structure de l’aile du papillon est-elle le produit du hasard ? Ou d’une conception ?