UNE araignée qu’on trouve dans nos maisons (Parasteatoda tepidariorum) produit une toile dont la fixation peut être assez forte pour que la toile colle au mur ou assez faible pour qu’elle puisse se détacher du sol et capturer un insecte rampant, comme dans un piège à ressort. Comment l’araignée arrive-t-elle à produire, avec un seul type de colle, une fixation qui peut être soit forte, soit faible ?

Fils de soie à fixation forte.

Considérez ceci : Quand l’araignée tisse sa toile sur un mur, un plafond ou une autre surface semblable, elle la fixe grâce à des disques de fils de soie très collants, assez solides pour résister à l’impact d’un insecte en vol. Par contre, les disques accrochés au sol ont une fixation faible, comme l’ont découvert des chercheurs de l’université d’Akron, dans l’Ohio (États-Unis). En fait, leur structure est tout à fait différente : ils ont beaucoup moins de points d’attache que les disques fixés au mur ou au plafond. Ainsi, quand un insecte rampant est pris dans la toile, celle-ci se détache facilement du sol et emprisonne la proie.

Fils de soie à fixation faible.

Selon un communiqué de l’université d’Akron, les chercheurs qui ont découvert cette merveille de la nature « travaillent déjà à la conception d’une colle synthétique qui imite les propriétés multifonctions de la colle de l’araignée ». Les scientifiques espèrent créer une colle qui pourra être utilisée tant pour refermer des plaies que pour soigner des fractures.

Qu’en pensez-vous ? La capacité de l’araignée à produire une fixation forte ou faible avec la même colle est-elle le produit du hasard ? Ou d’une conception ?