HARRIET est morte en 2006, à l’âge de 175 ans. Qui était-elle ? Une tortue géante des Galápagos, qui vivait dans un zoo australien. Comparée à nous, Harriet a vécu très longtemps. Mais comparé à d’autres êtres vivants, son âge n’avait rien d’extraordinaire.

  • La moule perlière d’eau douce peut vivre 200 ans, affirment des chercheurs finlandais.

  • La cyprine (un mollusque marin) vit souvent plus de 100 ans, et quelquefois plus de 400 ans.

  • Certains arbres, comme le pin Bristlecone, le séquoia géant, et quelques espèces de cyprès et d’épicéas, vivent des milliers d’années.

Qu’en est-il des humains, souvent considérés comme des êtres supérieurs ? Ils dépassent rarement 80 ou 90 ans, malgré des efforts considérables pour vivre plus longtemps !

Qu’en pensez-vous : sommes-nous condamnés à une vie si courte ? Ou pouvons-nous espérer un jour vivre beaucoup plus  longtemps ? Beaucoup pensent que la science et la médecine apporteront la solution.

La science a-t-elle la solution ?

La recherche scientifique a permis de grands progrès en médecine. La revue Scientific American rapporte : « [Aux États-Unis,] les maladies infectieuses et les complications lors de l’accouchement causent moins de décès qu’avant. [...] La mortalité infantile a baissé de 75 % depuis 1960. » Mais pour ce qui est d’augmenter l’espérance de vie, la science n’a pas beaucoup avancé. « Même après des décennies de recherche, le vieillissement reste en grande partie un mystère », admet un autre numéro de la même revue. Toutefois, « les faits semblent indiquer que le vieillissement est provoqué par un dysfonctionnement des programmes génétiques responsables du développement cellulaire ». L’article poursuit : « Si le vieillissement est avant tout un processus génétique, il est en théorie possible de le stopper. »

« Même après des décennies de recherche, le vieillissement reste en grande partie un mystère. »

Voulant percer le mystère du vieillissement et des maladies qui y sont liées, des scientifiques se penchent sur des découvertes récentes en épigénétique. Qu’est-ce que l’épigénétique ?

Nos cellules contiennent des informations génétiques nécessaires à la production de nouvelles cellules. La plupart de ces informations se trouvent dans le génome (l’ensemble de l’ADN d’une cellule). Mais récemment, les scientifiques se sont intéressés de plus près à une autre particularité de la cellule : un ensemble de mécanismes appelé épigénome (littéralement, « au-dessus du génome »). L’épigénétique est l’étude de ces étonnants mécanismes chimiques.

Les molécules qui constituent l’épigénome sont très différentes de l’ADN. Alors que l’ADN ressemble à une échelle en spirale, l’épigénome est essentiellement un ensemble de marques chimiques qui se fixent sur l’ADN. Quel est son rôle ? À l’image d’un chef d’orchestre, il dirige la façon dont les informations de l’ADN sont exprimées. Ces marques moléculaires vont activer ou désactiver les gènes en fonction des besoins de la cellule et de facteurs environnementaux : stress, toxines, alimentation, etc. Des découvertes récentes ont révolutionné la biologie. Elles ont montré que l’épigénome a un lien avec certaines maladies et même avec le vieillissement.

« [L’épigénome] joue un rôle dans des maladies allant de la schizophrénie à l’arthrite rhumatoïde en passant par le cancer et les douleurs chroniques », affirme Nessa Carey, chercheuse en épigénétique. Et « il joue très clairement un rôle dans le vieillissement ». C’est pourquoi les recherches en épigénétique pourraient mener à des techniques efficaces permettant de combattre certaines maladies, comme le cancer, d’améliorer notre santé et donc, d’augmenter notre espérance de vie. Mais pour le moment, il n’y a pas d’avancée majeure à l’horizon. Comme l’observe Nessa Carey, dans la lutte contre le vieillissement, « nous en sommes toujours à nos bonnes vieilles méthodes : des légumes et de l’exercice ».

Mais pourquoi les humains se donnent-ils tant de mal pour vivre plus longtemps ? Pourquoi voulons-nous ne jamais mourir ? Le Times, un journal britannique, a posé la question : « Pourquoi partout dans le monde les humains veulent-ils à tout prix tromper la mort, que ce soit par l’immortalité, la résurrection, la vie après la mort ou la réincarnation ? » La réponse à cette question nous renseigne sur la cause réelle du vieillissement.

 Pourquoi voulons-nous vivre pour toujours ?

Les humains se posent cette question depuis des millénaires. Y a-t-il une réponse logique, qui explique à la fois notre constitution biologique et notre envie naturelle de vivre pour toujours ? Des millions de personnes en sont convaincues ! Pourquoi ? Parce qu’elles ont trouvé dans la Bible des réponses satisfaisantes.

Dès ses premières pages, la Bible montre clairement que les humains sont très différents des autres êtres vivants, même s’ils ont des points communs. Par exemple, en Genèse 1:27, nous lisons que Dieu a créé les humains à son image. En quel sens ? Il nous a donné la capacité de faire preuve d’amour, de justice et de sagesse. Et puisque lui-même est éternel, il a mis en nous le désir de vivre éternellement. Ecclésiaste 3:11 déclare : « Il a mis l’éternité dans le cœur de l’homme » (Bible annotée).

Il existe une preuve biologique que nous avons été conçus au départ pour vivre plus longtemps : les capacités de notre cerveau, en particulier sa capacité à apprendre. L’Encyclopédie du cerveau et des troubles cérébraux (angl.) explique que la capacité de mémorisation à long terme du cerveau humain « est quasiment illimitée ». Pourquoi aurait-on une telle capacité s’il n’était pas prévu qu’on  l’utilise ? À l’évidence, la manière dont nous sommes faits reflète ce que Dieu avait prévu au départ pour l’humanité. Alors pourquoi est-ce que nous vieillissons, souffrons et mourons ?

Pourquoi nous vieillissons et mourons

Le premier homme et la première femme avaient des corps parfaits et la liberté de choix. Malheureusement, ils ont mal utilisé cette liberté en se rebellant contre leur Créateur * (Genèse 2:16, 17 ; 3:6-11). Leur désobéissance, ou péché, leur a fait ressentir une culpabilité et une honte profondes. Elle a aussi eu des conséquences sur leurs corps : elle a déclenché une lente mais inévitable descente vers la mort. « Le salaire que paie le péché, c’est la mort », déclare Romains 6:23.

En raison des lois de l’hérédité, Adam et Ève ont transmis à tous leurs descendants l’imperfection et la tendance à faire le mal. Romains 5:12 explique : « Par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et [...] ainsi la mort s’est étendue à tous les hommes parce que tous avaient péché. »

En conclusion, la médecine n’a pas les moyens de nous offrir une vie sans fin. Seul Dieu peut réparer les dégâts causés par le péché. Mais le fera-t-il ? La Bible l’affirme !

« Il engloutira la mort pour toujours »

Dieu a déjà pris une mesure très importante pour supprimer le péché et la mort. Il a envoyé Jésus Christ donner sa vie pour nous. Comment la mort de Jésus peut-elle nous aider ? Jésus est né parfait et « n’a pas commis de péché » (1 Pierre 2:22). Il aurait donc pu avoir une vie humaine parfaite sans fin. Mais il l’a volontairement offerte pour nous racheter de nos péchés. Il a donné sa vie « comme rançon en échange de beaucoup » (Matthieu 20:28). Nous pourrons bientôt bénéficier pleinement des bienfaits de cette rançon. Mais qu’est-ce que cela peut signifier pour vous ? Voyez plutôt :

  • « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique-engendré, afin que tout homme qui exerce la foi en lui ne soit pas détruit mais ait la vie éternelle » (Jean 3:16).

  • « Il engloutira la mort pour toujours ; oui, le Souverain Seigneur Jéhovah essuiera les larmes de dessus tous les visages » (Isaïe 25:8).

  • « Comme dernier ennemi, la mort sera réduite à rien » (1 Corinthiens 15:26).

  • « La tente de Dieu est avec les humains [...]. Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus » (Révélation 21:3, 4).

Combien de temps pouvez-vous vivre ? La Bible est claire : Les humains peuvent espérer vivre pour toujours, un espoir qui se réalisera une fois que Dieu aura débarrassé la terre de toute méchanceté (Psaume 37:28, 29). Jésus parlait de cet espoir lorsqu’il a dit à l’homme qui allait mourir à ses côtés : « Tu seras avec moi dans le Paradis » (Luc 23:43).

Oui, vouloir vivre pour toujours est à la fois naturel et réaliste. C’est ainsi que Dieu nous a faits, et il va satisfaire ce désir (Psaume 145:16). Mais nous devons faire notre part, notamment en acquérant la foi en Dieu. « Sans la foi il est impossible de lui plaire, car celui qui s’avance vers Dieu doit croire qu’il est, et qu’il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement », lit-on en Hébreux 11:6. Ce genre de foi n’est pas de la crédulité, mais une conviction basée sur une connaissance exacte de la Bible (Hébreux 11:1). Aimeriez-vous avoir une telle foi ? N’hésitez pas à vous adresser aux Témoins de Jéhovah de votre région ou à vous rendre sur le site www.jw.org.

^ § 21 La rébellion d’Adam et Ève a soulevé des questions d’ordre moral qui impliquent Dieu. En étudiant ces questions, on comprend pourquoi Dieu permet la méchanceté pour le moment. Elles sont traitées dans le livre Qu’enseigne réellement la Bible ? Vous pouvez le lire en ligne sur www.jw.org.