Platon (vers 427-347 avant notre ère) est un philosophe grec païen. Il voit le jour à Athènes dans une famille aristocratique et reçoit l’éducation traditionnelle correspondant à son rang. Il est très influencé par le célèbre philosophe Socrate et par les disciples du philosophe et mathématicien Pythagore.

PLATON voyage dans tout le bassin méditerranéen et s’engage dans la politique à Syracuse, une cité grecque de Sicile. Il retourne ensuite à Athènes, où il fonde une école, l’Académie. Souvent décrite comme la première université d’Europe, l’Académie deviendra un centre de recherche mathématique et philosophique.

POURQUOI S’Y INTÉRESSER ?

Les enseignements de Platon ont profondément influencé les croyances religieuses de millions de personnes, y compris de « chrétiens » qui pensent à tort que ces croyances sont fondées sur la Bible. Le plus répandu des enseignements de Platon est la doctrine selon laquelle l’âme survit à la mort du corps physique.

« L’immortalité de l’âme est l’un des thèmes favoris de Platon » (Le corps et l’âme dans la philosophie antique).

Platon était fasciné par la vie après la mort *. Le livre Le corps et l’âme dans la philosophie antique (angl.) déclare : « L’immortalité de l’âme est l’un des thèmes favoris de Platon. » Il était convaincu que « l’âme survit à sa présente incarnation pour être soit récompensée soit punie » en fonction de ce que la personne a fait au cours de sa vie sur terre.

LES ENSEIGNEMENTS DE PLATON SE RÉPANDENT

L’Académie a fonctionné de 387 avant notre ère à 529  de notre ère. Durant ces neuf siècles, elle est restée très influente. La pensée platonicienne a fait beaucoup d’adeptes dans les territoires grecs et romains. Cela a été le cas du philosophe juif Philon d’Alexandrie, et de beaucoup de chefs religieux de la chrétienté. C’est ainsi que des concepts philosophiques païens, dont celui de l’immortalité de l’âme, se sont infiltrés dans les enseignements du judaïsme et du christianisme.

« La théologie chrétienne repose, au moins en partie, sur la philosophie grecque, en particulier le platonisme, explique un dictionnaire biblique (The Anchor Bible Dictionary), mais certains penseurs chrétiens [...] méritent carrément le titre de platoniciens chrétiens. » Comparez les sources suivantes.

Ce qu’a dit Platon : « [À la mort,] ce que chacun de nous est réellement, c’est ce que nous appelons “l’âme”, qui est une réalité impérissable et qui s’en va vers d’autres dieux pour rendre des comptes, [...] motif de réconfort pour l’homme de bien, mais de frayeur pour le méchant *. »

Ce que dit la Bible : L’âme désigne la personne elle-même ou la vie qui l’anime. Même les animaux sont des âmes. À la mort, l’âme cesse d’exister *. Considérez les versets suivants :

  • « Le premier homme Adam devint une âme vivante » (1 Corinthiens 15:45).
  • « Dieu dit encore : “Que la terre produise des âmes vivantes selon leurs espèces : animal domestique, animal qui se meut et bête sauvage de la terre” » (Genèse 1:24).
  • « Que mon âme meure » (Nombres 23:10).
  • « L’âme qui pèche — c’est elle qui mourra » (Ézékiel 18:4).

À l’évidence, la Bible n’enseigne pas que l’âme survit à la mort du corps. Il serait donc bien de se demander : « Mes croyances sont-elles basées sur la Bible ou sur la philosophie de Platon ? »

^ § 7 Bien que Platon ait propagé le concept d’âme immortelle, il n’a pas été le premier à l’adopter. Sous différentes formes, ce concept imprégnait depuis longtemps les religions païennes, notamment en Égypte et à Babylone.

^ § 11 Traduction sous la direction de L. Brisson, Platon : Œuvres complètes, Paris, Flammarion, 2008, « Lois XII », p. 997.

^ § 12 La Bible enseigne que les morts sont en quelque sorte endormis, attendant une résurrection (Ecclésiaste 9:5 ; Jean 11:11-14 ; Actes 24:15). Or si l’âme était immortelle, elle n’aurait pas besoin d’être ressuscitée.