Vous rappelez-​vous la première fois que vous avez tenu votre nouveau-né dans vos bras ?

Bien vite, vous avez compris que votre enfant aurait besoin de vos conseils de nombreuses années durant. L’énormité de la responsabilité vous est pleinement apparue. Vous vous êtes peut-être senti dépassé.

SI LE rôle de parent a toujours été exigeant, il l’est d’autant plus maintenant. Pourquoi ? Parce que le monde est plus compliqué que lorsque vous-​même étiez enfant. Certaines des menaces morales auxquelles les enfants font face, par exemple quand ils sont sur Internet, n’existaient pas il y a quelques décennies.

Comment aider votre enfant à éviter les embûches morales de notre société moderne ? Voici trois suggestions.

1 Exprimez clairement vos valeurs.

En grandissant, les enfants sont bombardés d’informations erronées sur la moralité, certaines venant de leurs camarades et beaucoup d’autres des médias. Ces influences négatives se manifestent particulièrement au début de l’adolescence. Néanmoins, des études révèlent que pour ce qui est des grandes décisions de la vie, nombre d’adolescents accordent plus de valeur à l’opinion de leurs parents qu’à celle de leurs amis.

Comment vous y prendre. Dans l’Israël antique, les parents étaient encouragés à parler fréquemment avec leurs enfants pour leur inculquer de bonnes valeurs (Deutéronome 6:6, 7). Faites de même avec votre enfant. Par exemple, si vous suivez les normes morales de la Bible, dites-​lui pourquoi vous pensez que c’est la meilleure façon de vivre.

 2 Faites-​le réfléchir sur les conséquences de ses actes.

“ Ce qu’un homme sème, cela il le moissonnera aussi ”, déclare la Bible (Galates 6:7). Cette relation de cause à effet se vérifie dans quasiment tous les aspects de la vie. Repensez à votre propre enfance : les leçons qui vous restent gravées sont sans doute celles que vous avez apprises en ayant à assumer les conséquences de vos actes.

Comment vous y prendre. À l’aide de faits vécus, expliquez à votre enfant en quoi les personnes qui ont choisi une mauvaise voie en ont pâti, et quels bienfaits ont connus celles qui ont bien agi (Luc 17:31, 32 ; Hébreux 13:7). Par ailleurs, ne protégez pas votre enfant des conséquences de ses bêtises. Supposons que, par manque de soin, votre fils a cassé le jouet d’un autre petit garçon. Pourquoi ne pas lui demander de donner à ce garçon l’un de ses jouets ? Votre fils n’oubliera pas de sitôt l’importance de respecter les biens d’autrui.

3 Aidez-​le à cultiver de bons traits de caractère.

Un proverbe biblique déclare : “ Le jeune enfant manifeste qui il est par ses actes, on voit si sa conduite sera pure et droite. ” (Proverbes 20:11, Bible du Semeur). À mesure qu’ils grandissent, les enfants acquièrent des habitudes de comportement qui les caractérisent. Malheureusement, certains se distinguent par de mauvais traits de personnalité (Psaume 58:3). D’autres, par contre, se forgent une réputation sérieuse, louable. Ainsi, l’apôtre Paul a écrit à une congrégation au sujet du jeune Timothée : “ Je n’ai personne d’autre qui ait une attitude comme la sienne et qui se soucie réellement des choses qui vous concernent. ” — Philippiens 2:20.

Comment vous y prendre. Faites réfléchir votre enfant non seulement aux conséquences de ses actes, comme nous l’avons dit, mais aussi aux traits de caractère pour lesquels il aimerait être connu. Devant un dilemme, un jeune peut apprendre à faire le bon choix en se demandant :

  • Quel genre de personne est-​ce que je veux être ? — Colossiens 3:10.
  • Que ferait une telle personne dans cette situation ? — Proverbes 10:1.

La Bible contient de nombreux exemples d’hommes et de femmes dont les actions ont révélé qu’ils étaient bons ou mauvais (1 Corinthiens 10:11 ; Jacques 5:10, 11). Au moyen de ces exemples, aidez votre fils ou votre fille à cultiver de belles qualités.

Les publications des Témoins de Jéhovah peuvent vous montrer comment appliquer les principes bibliques au foyer et comment aider votre enfant à faire de même.