Aller au contenu

 Les jeunes s’interrogent

Pourquoi mes parents ne me comprennent-ils pas ?

Pourquoi mes parents ne me comprennent-ils pas ?

IMAGINEZ LA SCÈNE :

Nous sommes vendredi soir, il est 18 heures. Thomas, 17 ans, file droit vers la porte. “ À plus ! ” lance-​t-​il, espérant échapper à la question fatidique.

Mais c’est sous-estimer ses parents...

“ Tu rentres à quelle heure ? ” lui demande sa mère.

Il s’arrête net : “ Hum... heu... c’est pas la peine de m’attendre, d’ac ? ” Il ouvre la porte et parvient presque à se sauver lorsque son père l’interpelle : “ Pas si vite, jeune homme ! ”

Il se fige de nouveau, et entend son père lui dire d’un ton ferme : “ Tu connais la règle : c’est dix heures, dernier délai. Et il n’y a pas d’exception ! ”

Thomas se tourne vers son père. “ Papa... gémit-​il, c’est la honte quand je dis aux copains que je dois être rentré si tôt que ça ! ”

Mais “ papa ” répète, inflexible : “ Dix heures, dernier délai, sans exception ! ”

AVEZ-​VOUS déjà vécu ce genre de situation ? Qu’il s’agisse de l’heure de rentrée, de la musique, des amis ou des vêtements, vos parents avaient dicté un règlement et il n’y avait pas à revenir dessus.

“ Après son mariage avec ma mère, mon beau-père a été hyper-strict avec les musiques que j’aimais. Au bout du compte, j’ai dû jeter tous mes CD... ” — Brandon *.

 “ Ma mère me reproche de ne pas avoir d’amis. Mais quand je lui demande l’autorisation de passer un moment avec quelqu’un, comme elle ne le connaît pas, elle dit non. C’est pénible ! ” — Carol.

“ Mon père et ma belle-mère refusent que je porte un teeshirt s’il n’est pas extralarge... Et mon père affirme qu’un short est trop court s’il arrive au-dessus des genoux ! ” — Serena.

Que faire lorsque vos parents et vous ne voyez pas les choses pareil ? Pourquoi ne pas parler de la question avec eux ? “ La plupart du temps, mes parents ne veulent pas écouter ”, explique Joanne, 17 ans. Amy, 15 ans, confie quant à elle : “ Si j’ai l’impression que mes parents ne me comprennent pas, je me tais, point barre. ”

Ne renoncez pas si vite ! Vos parents sont probablement plus disposés à écouter que vous ne le pensez.

Tenez : Dieu lui-​même est attentif lorsque des humains lui présentent des arguments. Par exemple, il a écouté Moïse plaider en faveur des Israélites rebelles. — Exode 32:7-14 ; Deutéronome 9:14, 19.

Vous vous dites peut-être que vos parents ne sont pas aussi compréhensifs que Dieu. Et c’est vrai qu’entre Moïse qui discute avec Dieu du sort de toute une nation et un jeune qui discute avec son père ou sa mère de l’heure de rentrée, il y a une grande différence. Pourtant, un même principe s’applique :

Si ce que vous demandez est légitime, les personnes qui détiennent l’autorité, en l’occurrence vos parents, seront sans doute disposées à vous écouter jusqu’au bout.

Tout le secret réside dans la façon de présenter les choses. Pour être plus efficace, essayez la démarche suivante :

  1. Définissez le problème. Écrivez ci-dessous le sujet sur lequel vos parents et vous êtes en désaccord.

  2.   Mettez un nom sur ce que vous ressentez. Écrivez ci-dessous le sentiment que vous inspire la position de vos parents : vous êtes peiné, triste, mal à l’aise, on ne vous fait pas confiance, etc. (Par exemple, dans le dialogue en introduction, Thomas dit qu’à cause de l’heure de rentrée stricte fixée par ses parents il est mal à l’aise devant ses amis.)

  3. Mettez-vous à la place d’un père ou d’une mère. Imaginez que vous ayez un adolescent concerné par le sujet mentionné au point n1. En tant que parent, qu’est-​ce qui vous inquiéterait le plus, et pourquoi ? (Par exemple, dans la scène d’introduction, les parents de Thomas ont sans doute peur pour sa sécurité.)

  4. Reconsidérez la situation. Répondez à ces questions :

    Quel intérêt présente le point de vue de mes parents ?

    Que puis-​je faire pour apaiser leurs inquiétudes ?

  5. Discutez avec vos parents et réfléchissez ensemble à des solutions. En suivant les étapes précédentes, ainsi que les suggestions de l’encadré  “ Mieux communiquer ”, vous parviendrez à dialoguer avec vos parents de façon plus raisonnable. C’est le cas de Kellie : “ Se disputer ne mène à rien, et en plus tu es sûr de perdre. Mon truc à moi, c’est de parler ouvertement de la question avec mes parents. On arrive presque toujours à un compromis qui satisfait tout le monde. ”

^ § 12 Certains prénoms ont été changés.