Nos lecteurs nous écrivent

Combat contre la maladie Je voudrais vous exprimer ma reconnaissance pour le récit de Hans Augustin dans l’article “Mon combat pour la vie”. (22 avril 1992.) Je suis en mauvaise santé, mais jamais je n’ai eu de problèmes aussi graves que les siens. Cela me rappelle l’histoire de cet homme qui se croyait malheureux parce qu’il n’avait pas de chaussures, jusqu’au jour où il a vu un homme qui n’avait pas de pieds. Quoi qu’il en soit, le récit des épreuves que traverse Hans Augustin a grandement fortifié ma foi. Je prie pour lui.

A. M., États-Unis

Je souffre de maux de tête, d’un engourdissement de la main et du pied droits, d’un affaiblissement de la vue et de vertiges constants. J’ai passé un scanner, mais il n’a rien révélé d’anormal. Ne plus pouvoir faire beaucoup pour servir Dieu me déprimait, et j’étais désespérée quand je pensais à ce que j’allais devenir. Mais Hans Augustin encourage les lecteurs à concentrer leur esprit sur les valeurs spirituelles, et je souhaite adopter son optimisme. Je dois passer d’autres examens, mais quels que soient les résultats, ce récit va m’aider à regarder droit devant et à combattre la maladie.

K. T., Japon

Commerce mondial Ces quelques lignes pour vous dire combien j’ai aimé la rubrique “Grandeur et décadence du commerce mondial”. (8 janvier-22 mars 1992.) Je m’attendais à ce qu’elle soit difficile à lire, mais les articles étaient si bien écrits que je n’ai eu aucun mal à en saisir le contenu. J’ai vraiment beaucoup aimé cette série.

D. H., États-Unis

Troubles alimentaires Merci mille fois d’avoir publié l’article “De l’aide pour les victimes des troubles alimentaires”. (22 février 1992.) Il m’a aidée à enfin reconnaître mon état. Pour la première fois, je prends conscience que mes problèmes n’ont rien à voir avec la nourriture en elle-même, mais avec d’autres questions, telles que ma vie de famille. Mon état me complique terriblement la vie, y compris mes activités de ministre chrétien. Depuis la lecture de cet article, je me livre à de nombreuses recherches, et je me rends compte que le chemin de la guérison sera long et difficile. Mais le fait de savoir que Jéhovah est patient et plein d’amour m’aide beaucoup.

J. S., États-Unis

J’ai 15 ans, et cela fait maintenant quelques années que je souffre de troubles alimentaires. Depuis que maman a lu l’article, elle se montre beaucoup plus compréhensive et s’y prend bien mieux pour me soutenir. J’ai désormais l’impression d’avoir ma vie en main. Je voulais vous dire combien j’apprécie vos articles. Ils correspondent toujours exactement à ce dont j’ai besoin.

M. G., États-Unis

Virginité Merci pour l’article “Les jeunes s’interrogent... Pourquoi rester vierge?” (22 avril 1992). J’ai pleuré en lisant les paroles de cette adolescente de 14 ans qui a perdu sa virginité en commettant la fornication. C’est ce qui m’est arrivé, à moi aussi. Verser toutes les larmes de mon corps ne suffirait pas à exprimer la douleur que je ressens pour n’avoir pas su, moi, une chrétienne, conserver ma virginité. Quand mon père a appris ce que j’avais fait, je l’ai vu pleurer pour la première fois. Bien que, dans sa bonté, Dieu pardonne, les souvenirs resurgissent de temps à autre, et je me remets à pleurer. Quelle joie on éprouve à rester vierge plutôt que de payer pour avoir été le jouet de quelqu’un!

I. M., Japon

Une camarade de classe m’a proposé à plusieurs reprises de coucher avec elle. Comme j’ai toujours refusé, elle m’a accusé d’être homosexuel. Votre article m’a renforcé dans mes convictions, à savoir que je fais bien de conserver ma virginité. En restant vierge, j’ai plus de chances de réussir mon mariage que quelqu’un dont les mœurs sexuelles sont relâchées.

D. L., États-Unis