1, 2. a) Dans quel état les Israélites se trouvent-​ils ? b) Au mont Carmel, à quelle opposition Éliya fait-​il face ?

ÉLIYA observe les Israélites qui montent péniblement les pentes du Carmel. Les premières lueurs du jour suffisent à révéler leur pauvreté et leur situation pitoyable : la sécheresse, qui dure depuis trois ans et demi, a laissé des marques sur eux.

2 Les 450 prophètes de Baal se distinguent parmi la foule. Ils sont remplis d’orgueil et d’une haine profonde pour Éliya, le prophète de Jéhovah. La reine Jézabel a mis à mort de nombreux serviteurs de Jéhovah, mais cet homme lutte toujours contre le culte de Baal. Combien de temps Éliya tiendra-​t-​il encore ? Les prêtres de Baal se disent probablement qu’un homme seul n’a aucune chance de l’emporter sur eux (1 Rois 18:4, 19, 20). Le roi Ahab est là également, monté sur son char. Lui non plus ne porte pas Éliya dans son cœur.

3, 4. a) Pourquoi Éliya ressent-​il sans doute de la peur ? b) Qu’allons-​nous examiner dans ce chapitre ?

3 Le prophète de Jéhovah va vivre une journée qu’il n’oubliera pas de sitôt. Sous ses yeux, tout se met en place en vue d’un affrontement entre le bien et le mal, l’un des plus spectaculaires que le monde ait connus. Que ressent-​il alors qu’il voit le jour se lever ? Il n’est pas insensible à la peur ; c’est « un homme avec des sentiments semblables aux nôtres » (lire Jacques 5:17). Nous pouvons être sûrs d’une chose : entouré d’Israélites infidèles, de leur roi apostat et de prêtres assassins, Éliya se sent bien seul (1 Rois 18:22).

4 Mais pourquoi Israël est-​il dans cette situation critique, et en quoi cela nous concerne-​t-​il ? Arrêtons-​nous sur l’exemple de foi d’Éliya et sur son utilité pour nous.

Un long combat

5, 6. a) Dans quel combat Israël est-​il pris ? b) Qu’a fait Ahab pour offenser Jéhovah ?

5 Pendant une bonne partie de sa vie, Éliya a vu, impuissant, les Israélites mépriser et rejeter ce qu’il y avait de meilleur pour  eux et pour leur pays : le culte pur. En effet, Israël est pris depuis longtemps dans un combat, une guerre entre le culte pur et le faux culte, entre le culte rendu à Jéhovah et le culte idolâtre des nations environnantes. Aux jours d’Éliya, cette lutte s’intensifie.

6 Le roi Ahab a gravement offensé Jéhovah. Il a épousé Jézabel, la fille du roi de Sidon. Cette femme est déterminée à répandre le culte de Baal dans tout le pays d’Israël et à faire disparaître le culte de Jéhovah. Ahab se laisse rapidement influencer. Il bâtit un temple et un autel pour Baal. De plus, il est le premier à se prosterner devant ce dieu (1 Rois 16:30-33).

7. a) Qu’est-​ce qui rend le culte de Baal si détestable ? b) Pourquoi pouvons- nous être sûrs que la Bible ne se contredit pas au sujet de la durée de la sécheresse aux jours d’Éliya ? (voir  encadré).

7 Qu’est-​ce qui rend le culte de Baal si détestable ? Il corrompt les Israélites, détournant beaucoup d’entre eux du vrai Dieu. Par ailleurs, c’est une religion dégoûtante et cruelle. Au nombre de ses caractéristiques, on trouve la prostitution sacrée — féminine et masculine —, les orgies sexuelles et même les sacrifices d’enfants. Voilà pourquoi Jéhovah envoie Éliya avertir Ahab qu’une sécheresse frappera le pays jusqu’à ce que le prophète en annonce la fin * (1 Rois 17:1). De longues années s’écoulent avant qu’Éliya se présente à nouveau devant le roi et lui dise de rassembler le peuple ainsi que les prophètes de Baal au mont Carmel.

Les éléments les plus caractéristiques du culte de Baal sont, en un sens, toujours répandus.

8. Quel est pour nous l’intérêt de ce récit sur le culte de Baal ?

8 Mais en quoi cet affrontement nous concerne-​t-​il ? Les temples et les autels pour Baal ayant disparu, on pourrait penser qu’un récit sur le culte de ce dieu n’est plus d’aucune utilité. Toutefois, ce n’est pas que de l’histoire ancienne (Rom. 15:4). Le mot « Baal » signifie « propriétaire », « maître ». Jéhovah avait indiqué aux Israélites qu’ils devaient le choisir comme leur « baal », leur propriétaire-époux (Is. 54:5). N’es-​tu pas d’accord pour reconnaître qu’aujourd’hui encore les gens servent bien d’autres maîtres que le Dieu Tout-Puissant ? En consacrant leur vie à l’argent, à leur carrière, aux loisirs, aux plaisirs sexuels ou à l’un des innombrables dieux adorés à la place de Jéhovah, ils choisissent en réalité un maître (Mat. 6:24 ; lire Romains 6:16). Les éléments les plus  caractéristiques du culte de Baal sont donc, en un sens, toujours répandus. Le récit de la lutte qui a opposé Jéhovah à ce faux dieu peut nous aider à bien choisir qui nous servirons.

« Jusqu’à quand boiterez-​vous ? »

9. a) Pourquoi le mont Carmel est-​il le lieu idéal pour révéler que le culte de Baal est une tromperie ? (voir aussi la note). b) Que demande Éliya aux Israélites ?

9 Le mont Carmel * offre une vue panoramique, du ouadi de Qishôn en contrebas jusqu’à la Méditerranée à proximité et aux montagnes du Liban loin au nord. Mais en ce jour important, le paysage qui se dévoile sous les premiers rayons de soleil n’a rien d’attirant. La mort plane sur le bon pays que Jéhovah a donné aux  enfants d’Abraham. Les terres autrefois productives sont maintenant brûlées par un soleil de plomb, ruinées par la folie du peuple de Dieu ! Tandis que les Israélites s’assemblent, Éliya s’avance et leur demande : « Jusqu’à quand boiterez-​vous sur deux opinions différentes ? Si Jéhovah est le vrai Dieu, allez à sa suite, mais si c’est Baal, allez à sa suite » (1 Rois 18:21).

10. a) En quel sens les Israélites boitent-​ils sur deux opinions différentes ? b) Quelle vérité fondamentale les Israélites ont-​ils oubliée ?

10 Boiter sur deux opinions différentes. Que veut dire Éliya par là ? Eh bien, les Israélites n’ont pas compris qu’il leur faut choisir entre le culte de Jéhovah et celui de Baal. Ils pensent pouvoir associer les deux : adorer Baal tout en demandant à Jéhovah de les bénir. Peut-être se disent-​ils que Baal bénira leurs récoltes et leurs troupeaux tandis que « Jéhovah des armées » les protégera au combat (1 Sam. 17:45). Ils oublient toutefois une vérité fondamentale, qui échappe aussi à beaucoup aujourd’hui : Jéhovah ne partage avec personne le culte qui lui revient. Il exige un attachement exclusif, et il en est digne. Il considère qu’il est inacceptable, et même insultant, de l’adorer tout en pratiquant une autre forme de culte (lire Exode 20:5).

11. À ton avis, comment l’invitation pressante d’Éliya peut-​elle t’aider à réexaminer tes priorités et ta façon d’adorer Dieu ?

11 Les Israélites ont « boité » à la manière d’un homme qui essaie de suivre deux chemins en même temps. Nombreux sont ceux qui commettent la même erreur à notre époque : ils permettent à d’autres « baals » de prendre dans leur vie une place qui devrait revenir au culte de Jéhovah. L’invitation pressante d’Éliya à cesser de « boiter » peut nous aider à réexaminer nos priorités et notre façon d’adorer Dieu.

Une épreuve décisive

12, 13. a) Quelle épreuve Éliya propose-​t-​il ? b) Comment montrer que nous avons la même confiance qu’Éliya ?

12 Éliya propose une épreuve toute simple : les prêtres de Baal bâtiront un autel pour y préparer un sacrifice ; ensuite, ils prieront leur dieu d’y mettre le feu. Éliya fera de même. Il déclare que le « Dieu qui répondra par le feu est le vrai Dieu ». Éliya n’a aucun doute. Sa foi est si forte qu’il n’hésite pas à donner tous les avantages à ses adversaires. Il laisse les prophètes de Baal commencer. Ceux-ci choisissent un taureau pour le sacrifice et prient leur dieu * (1 Rois 18:24, 25).

 13 De nos jours, il n’y a plus de miracles. Cependant, Jéhovah n’a pas changé. Nous pouvons avoir en lui la même confiance qu’Éliya. Par exemple, si une personne conteste des enseignements bibliques, n’ayons pas peur de la laisser s’exprimer en premier. Comme Éliya, nous compterons sur le vrai Dieu pour régler la question. Nous nous appuierons, non sur nous-​mêmes, mais sur sa Parole inspirée, qui est conçue « pour remettre les choses en ordre » (2 Tim. 3:16).

Éliya considère que le culte de Baal est une tromperie ridicule et il souhaite que le peuple de Dieu le comprenne.

14. Comment Éliya se moque-​il des prophètes de Baal, et pourquoi ?

14 Les prophètes de Baal commencent donc à préparer leur sacrifice et à invoquer leur dieu. « Ô Baal, réponds-​nous ! » crient-​ils encore et encore. Les minutes passent, les heures passent... « Mais il n’y eut pas de voix ni personne qui répondît », rapporte la Bible. À midi, Éliya se met à se moquer : Baal doit être trop occupé pour répondre, il fait ses besoins, ou alors il s’est endormi et il faut le réveiller. « Appelez de toute la force de votre voix », conseille Éliya à ces prophètes. De toute évidence, il considère que le culte de Baal est une tromperie ridicule et il souhaite que le peuple de Dieu le comprenne (1 Rois 18:26, 27).

15. Pourquoi ce qui est arrivé aux prêtres de Baal montre-​t-​il qu’il est insensé de choisir un maître autre que Jéhovah ?

15 Les prêtres de Baal se déchaînent. « Ils se mirent à appeler de toute la force de leur voix et à se faire des incisions, selon leur coutume, avec des poignards et avec des lances, jusqu’à faire couler le sang sur eux. » Tout cela sans résultat ! « Il n’y eut pas de voix ni personne qui répondît, ni aucun signe d’attention » (1 Rois 18:28, 29). Pas étonnant, Baal n’existe pas. C’est une invention de Satan destinée à éloigner les humains de Jéhovah. Dès lors, choisir un maître autre que Jéhovah mène à la déception, voire à la honte (lire Psaume 25:3 ; 115:4-8).

La réponse

16. a) Que rappellent peut-être aux Israélites les douze pierres qu’Éliya utilise pour réparer l’autel de Jéhovah ? b) Comment Éliya montre-​t-​il à nouveau qu’il a confiance en son Dieu ?

16 En fin d’après-midi, c’est au tour d’Éliya d’offrir son sacrifice. Il répare un autel de Jéhovah, qui a vraisemblablement été  démoli par des ennemis du culte pur. Il utilise douze pierres, ce qui rappelle sans doute à beaucoup de sujets du royaume des dix tribus qu’ils sont toujours sous la Loi donnée aux douze tribus. Ensuite, il prépare son sacrifice et fait inonder le tout avec de l’eau, provenant peut-être de la Méditerranée, qui n’est pas loin. Il creuse même un fossé autour de l’autel et le remplit d’eau. Après avoir laissé tous les avantages aux prophètes de Baal, il dresse devant Jéhovah autant d’obstacles que possible. Il a une confiance absolue en son Dieu (1 Rois 18:30-35).

La prière d’Éliya montre qu’il se soucie toujours des Israélites ; il désire vivement que Jéhovah « ram[ène] leur cœur ».

17. a) Que révèle la prière d’Éliya ? b) Comment pouvons-​nous imiter Éliya quand nous prions ?

17 À présent que tout est prêt, Éliya prononce une prière. Simple mais puissante, elle reflète clairement les priorités du prophète. Premièrement, il veut que tout le monde sache que c’est Jéhovah, et non ce Baal, qui est « Dieu en Israël ». Deuxièmement, il veut faire savoir qu’il agit en tant que serviteur de Jéhovah, que la gloire et le mérite de ses actions reviennent entièrement à son Dieu. Enfin, il se soucie toujours des Israélites ; il désire vivement que Jéhovah « ram[ène] leur cœur » (1 Rois 18:36, 37). Malgré les nombreux malheurs qu’ils ont provoqués par leur infidélité, Éliya continue de les aimer. Dans nos prières, pouvons-​nous, comme lui, nous montrer humbles, soucieux de la réputation de Dieu et compatissants envers ceux qui ont besoin d’aide ?

18, 19. a) Comment Jéhovah répond-​il à la prière d’Éliya ? b) Qu’ordonne Éliya, et pourquoi les prêtres de Baal ne méritent-​ils aucune pitié ?

18 Avant la prière d’Éliya, la foule se demande peut-être si Jéhovah sera aussi décevant que Baal. Mais après, il n’y a plus de raisons de s’interroger. « Alors le feu de Jéhovah tomba et dévora l’holocauste, le bois, les pierres et la poussière, et il lampa l’eau qui était dans le fossé » (1 Rois 18:38). Quelle réponse spectaculaire ! Comment les Israélites réagissent-​ils ?

« Alors le feu de Jéhovah tomba. »

19 Tous s’écrient : « Jéhovah est le vrai Dieu ! Jéhovah est le vrai Dieu ! » (1 Rois 18:39). Ils ont enfin compris. Cela dit, ils n’ont pas encore fait preuve de foi. Honnêtement, reconnaître que Jéhovah est le vrai Dieu lorsqu’on a vu du feu tomber du ciel en réponse à une prière n’est pas une démonstration de foi extraordinaire. C’est pourquoi Éliya demande davantage des Israélites. Ils  doivent faire ce qu’ils auraient dû faire depuis des années : obéir à la Loi de Dieu. D’après cette Loi, les faux prophètes et ceux qui adorent d’autres dieux que Jéhovah doivent être mis à mort (Deut. 13:5-9). Les prêtres de Baal sont les ennemis jurés de Jéhovah ; ils s’opposent à lui volontairement. Méritent-​ils qu’on ait pitié d’eux ? Eux-​mêmes ont-​ils eu pitié de tous ces enfants innocents brûlés vifs en sacrifice à Baal ? (lire Proverbes 21:13 ; Jér. 19:5). Ils ne méritent vraiment pas d’avoir la vie sauve. Éliya ordonne donc qu’on les mette à mort, et c’est ce qui est fait immédiatement (1 Rois 18:40).

20. Pourquoi les critiques concernant l’exécution des prêtres de Baal ne sont-​elles pas fondées ?

20 De nos jours, des commentateurs de la Bible critiquent le dénouement de cette épreuve sur le mont Carmel. On pourrait craindre que des extrémistes religieux se servent de ce récit pour justifier leur violence. Et malheureusement, les fanatiques violents sont nombreux aujourd’hui. Cependant, Éliya n’était pas un fanatique. En tant que représentant de Jéhovah, il a mené une exécution conforme à la justice. Par ailleurs, les vrais chrétiens savent qu’ils ne peuvent pas imiter Éliya en prenant les armes contre les individus malfaisants. Ils doivent appliquer le principe qui se dégage des paroles que Jésus Christ a adressées à Pierre : « Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée » (Mat. 26:52). C’est à son Fils que Jéhovah a confié la mission d’exécuter la justice divine dans l’avenir.

21. Pourquoi Éliya est-​il un bel exemple pour les chrétiens d’aujourd’hui ?

21 Les chrétiens ont la responsabilité de mener une vie marquée par la foi (Jean 3:16). Ils s’en acquittent notamment en imitant des hommes de foi comme Éliya. Ce prophète a rendu à Jéhovah un culte exclusif et a incité les Israélites à faire de même. Il a courageusement dévoilé la fausseté d’une religion dont Satan se servait pour éloigner les gens de Jéhovah. Au lieu d’avoir confiance en ses propres capacités ou en sa façon de voir les choses, Éliya a laissé à Jéhovah le soin de résoudre les problèmes. Il a défendu le culte pur. Imiteras-​tu sa foi ?

^ § 9 D’ordinaire, le mont Carmel est recouvert de végétation, car des vents marins y amènent régulièrement pluies et rosée en abondance. Puisqu’on attribuait à Baal le pouvoir de faire pleuvoir, l’endroit était, semble-​t-​il, un centre du culte de ce dieu. Un mont Carmel stérile et desséché était donc le lieu idéal pour révéler que le culte de Baal était une tromperie.

^ § 12 Remarquons qu’Éliya demande aux prophètes de ne pas mettre le feu au sacrifice. Selon des biblistes, les adorateurs de faux dieux se servaient parfois d’autels comportant une cavité secrète pour faire croire que le feu s’allumait de façon surnaturelle.