CONTENU DU CHAPITRE

Ce que Jésus a enseigné au sujet du Royaume de Dieu.

1, 2. Quelles paroles prononcées par Jéhovah lui-​même trois apôtres de Jésus ont-​ils entendues, et comment ont-​ils réagi ?

COMMENT réagiriez-​vous si Jéhovah lui-​même vous demandait de faire quelque chose ? Quelle que soit la demande, vous n’hésiteriez pas à obéir.

2 C’est ce qu’ont vécu trois apôtres de Jésus (lire Matthieu 17:1-5). Quelque temps après la Pâque 32, Pierre, Jacques et Jean étaient avec leur maître sur « une haute montagne ». Ils ont eu en vision un aperçu de la gloire que Jésus aurait quand il serait Roi dans les cieux. La scène semblait si réelle que Pierre a tenté d’y participer. Pendant qu’il parlait, un nuage s’est formé autour d’eux. Pierre, Jacques et Jean ont alors eu un privilège rare, celui d’entendre Dieu lui-​même s’exprimer. Après avoir affirmé que Jésus était son Fils, Jéhovah a ajouté : « Écoutez-​le. » Les trois hommes ont obéi : ils ont écouté l’enseignement de Jésus. Ils ont aussi incité d’autres à faire de même (Actes 3:19-23 ; 4:18-20).

Jésus a parlé du Royaume de Dieu plus que de tout autre sujet.

3. Pourquoi Jéhovah veut-​il que nous écoutions son Fils, et qu’est-​il essentiel d’étudier en profondeur ?

3 Si les mots « écoutez-​le » ont été conservés dans la Bible, c’est parce qu’ils nous concernent (Rom. 15:4). Jésus est le porte-parole de Jéhovah ; chaque fois qu’il enseignait, il transmettait ce que son Père voulait nous faire savoir (Jean 1:1, 14). De quoi Jésus a-​t-​il le plus parlé ? Du Royaume de Dieu, c’est-à-dire du gouvernement messianique céleste composé de Christ et de ses 144 000 codirigeants (Rév. 5:9, 10 ; 14:1-3 ; 20:6). Il est donc essentiel d’étudier ce sujet en profondeur. Mais voyons d’abord pourquoi Jésus a tellement parlé du Royaume de Dieu.

« C’est de l’abondance du cœur... »

4. Qu’est-​ce qui montre que Jésus attache beaucoup d’importance au Royaume ?

4 Jésus attache beaucoup d’importance au Royaume. Comment le savons-​nous ? Nos paroles révèlent ce qui nous tient à cœur, ce qui compte vraiment pour nous. Pour reprendre les mots de Jésus lui-​même, « c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » (Mat. 12:34). Or chaque fois qu’il le pouvait, Jésus parlait du Royaume. Dans les quatre Évangiles, il est question du Royaume plus de 100 fois.  Et la plupart du temps, c’est Jésus qui en fait mention. C’était d’ailleurs le thème de sa prédication. Il a dit par exemple : « Aux autres villes aussi il me faut annoncer la bonne nouvelle du royaume de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé » (Luc 4:43). Et après sa résurrection, il a continué d’instruire ses disciples à propos du Royaume (Actes 1:3). De toute évidence, le Royaume était particulièrement cher à son cœur, ce qui le poussait à en parler.

5-7. a) Comment savons-​nous que Jéhovah attache beaucoup d’importance au Royaume ? Servez-​vous d’un exemple. b) Comment montrer que nous attachons du prix au Royaume ?

5 Jéhovah aussi attache beaucoup d’importance au Royaume. Comment le savons-​nous ? Il a envoyé son Fils unique-engendré dans le monde ; c’est donc de lui que vient tout ce que son Fils a dit et enseigné (Jean 7:16 ; 12:49, 50). C’est lui aussi qui est à l’origine de tout ce qui est écrit dans les quatre Évangiles concernant le ministère et la vie de Jésus. Voyez-​vous ce que cela nous apprend ?

« Est-​ce que j’attache du prix au Royaume de Dieu ? »

6 Imaginez que vous prépariez un album de photos de famille. Mais vous avez tellement de photos qu’il n’y a pas assez de place pour toutes. Vous devez donc faire un choix. Les Évangiles sont une sorte d’album photo qui nous permet de bien connaître Jésus. Jéhovah n’y a pas mis chaque action ou parole de son Fils (Jean 20:30 ; 21:25). Guidés par l’esprit saint, les rédacteurs des Évangiles n’ont rapporté que les paroles et les actions qui nous permettent de comprendre le but du ministère de Jésus et ce qui compte le plus pour Jéhovah (2 Tim. 3:16, 17 ; 2 Pierre 1:21). Puisque les Évangiles sont remplis des enseignements de Jésus sur le Royaume, nous pouvons dire sans nous tromper que Jéhovah attache beaucoup d’importance au Royaume et qu’il veut manifestement que nous sachions ce que c’est.

7 Alors demandons-​nous : « Est-​ce que j’attache du prix au Royaume de Dieu ? » Si c’est le cas, nous aurons à cœur d’écouter ce que Jésus a dit et enseigné à son sujet, c’est-à-dire à propos de l’importance du Royaume, de ce que signifiera sa venue et du moment où il viendra.

« Que ton royaume vienne » : en quel sens ?

8. Comment Jésus a-​t-​il exprimé toute l’importance du Royaume ?

8 Arrêtons-​nous sur le Notre Père. Dans cette prière simple mais profonde, Jésus exprime en quelques mots toute l’importance du Royaume en indiquant ce que celui-ci réalisera. Cette prière est une succession de sept demandes. Les trois premières concernent le dessein de Jéhovah : la sanctification de son nom, la venue de son Royaume et l’accomplissement de sa volonté au ciel et sur la terre (lire Matthieu 6:9, 10). Ces requêtes sont étroitement liées, puisque le Royaume messianique est l’instrument par lequel Jéhovah sanctifiera son nom et accomplira sa volonté.

9, 10. a) En quel sens le Royaume de Dieu viendra-​t-​il ? b) Quelles promesses êtes-​vous impatient de voir se réaliser ?

 9 En quel sens le Royaume de Dieu viendra-​t-​il ? Lorsque nous prions « Que ton Royaume vienne », nous demandons que le Royaume intervienne de façon décisive. Lorsqu’il viendra, il exercera toute sa puissance vis-à-vis de la terre. Il supprimera le système de choses mauvais, notamment en éliminant les gouvernements humains, pour mettre en place un monde juste (Dan. 2:44 ; 2 Pierre 3:13). Sous sa domination, la terre entière deviendra alors un paradis (Luc 23:43). Les morts qui sont dans la mémoire de Dieu seront ressuscités et rendus à leurs proches (Jean 5:28, 29). Les humains obéissants atteindront la perfection et vivront éternellement (Rév. 21:3-5). Conformément à la volonté de Dieu, la terre sera enfin en totale harmonie avec les cieux. N’êtes-​vous pas impatient de voir ces magnifiques promesses se réaliser ? Souvenez-​vous que chaque fois que vous priez pour que le Royaume de Dieu vienne, vous priez pour qu’elles s’accomplissent.

10 Manifestement, le Royaume de Dieu n’est pas encore venu comme nous le demandons dans le Notre Père. Les gouvernements humains existent toujours et le monde nouveau n’a pas été instauré. La bonne nouvelle, par contre, c’est que le Royaume de Dieu a été établi. Nous en reparlerons dans le chapitre suivant. Mais avant cela, considérons ce que Jésus a dit sur le moment où le Royaume serait établi et sur le moment où il viendrait.

Quand le Royaume de Dieu serait-​il établi ?

11. À propos de l’établissement du Royaume, qu’est-​ce qui ressort clairement de l’enseignement de Jésus ?

11 Il ressort de l’enseignement de Jésus que le Royaume ne serait pas établi au Ier siècle, contrairement à ce qu’espéraient certains disciples (Actes 1:6). Examinons deux paraboles que Jésus a données à moins de deux ans d’intervalle.

12. Dans la parabole du blé et de la mauvaise herbe, qu’est-​ce qui montre que le Royaume ne serait pas établi au Ier siècle ?

12 La parabole du blé et de la mauvaise herbe (lire Matthieu 13:24-30). Après avoir énoncé cette parabole, peut-être au printemps 31, Jésus l’a expliquée à ses disciples (Mat. 13:36-43). On peut résumer la parabole et son explication ainsi : après la mort des apôtres, le Diable sèmerait de la mauvaise herbe (les faux chrétiens) parmi le blé (« les fils du royaume », autrement dit les chrétiens oints). On laisserait les deux groupes se développer ensemble pendant une période de croissance qui durerait jusqu’à la moisson, c’est-à-dire « l’achèvement du système de choses ». Une fois l’époque de la moisson commencée, la mauvaise herbe serait ramassée, puis le blé serait engrangé. La parabole indiquait donc que le Royaume serait établi, non pas au Ier siècle, mais à la fin de la période de croissance. Il s’avère que 1914 a marqué la fin de cette période de croissance et le début de l’époque de la moisson.

13. Quel exemple Jésus a-​t-​il utilisé pour montrer qu’il ne serait pas intronisé immédiatement après son retour aux cieux ?

 13 La parabole des mines (lire Luc 19:11-13). Jésus a donné cette parabole en 33, alors qu’il montait à Jérusalem pour la dernière fois. Certains de ceux qui l’accompagnaient pensaient qu’il mettrait son Royaume en place dès son arrivée à Jérusalem. Afin de redresser leur point de vue et de leur faire comprendre que beaucoup de temps passerait avant l’établissement du Royaume, Jésus s’est comparé à un « homme de haute naissance » qui devait se rendre « dans un pays lointain pour se faire investir du pouvoir royal * ». Dans le cas de Jésus, ce « pays lointain » était les cieux, où son Père le ferait Roi. Mais Jésus savait qu’il ne serait pas intronisé immédiatement après son retour aux cieux. Il devrait d’abord s’asseoir à la droite de Dieu et attendre le moment fixé. Au final, cette attente a duré plusieurs siècles (Ps. 110:1, 2 ; Mat. 22:43, 44 ; Héb. 10:12, 13).

Quand le Royaume de Dieu viendra-​t-​il ?

14. a) Qu’a répondu Jésus à la question de quatre apôtres ? b) Qu’est-​ce que l’accomplissement de la prophétie de Jésus nous apprend sur sa présence et sur le Royaume ?

14 Quelques jours avant sa mort, quatre apôtres ont demandé à Jésus : « Quel sera le signe de ta présence et de l’achèvement du système de choses ? » (Mat. 24:3 ; Marc 13:4). Jésus a répondu par la longue prophétie que l’on trouve en Matthieu chapitres 24 et 25. Il a prédit une série d’évènements mondiaux qui formeraient un signe permettant d’identifier une période appelée sa « présence ». Le début de sa présence coïnciderait avec l’établissement du Royaume,  et le point culminant de sa présence avec la venue du Royaume. Tout prouve que la prophétie de Jésus s’accomplit depuis 1914 *. C’est donc en 1914 que sa présence a commencé et que le Royaume a été établi.

15, 16. Qui l’expression « cette génération » désigne-​t-​elle ?

15 Mais quand le Royaume de Dieu va-​t-​il venir ? Jésus ne l’a pas dit précisément (Mat. 24:36). En revanche, il a fourni une indication qui devrait nous convaincre que ce moment est très proche. Il a annoncé que le Royaume viendrait après que « cette génération » ait vu l’accomplissement du signe prophétique (lire Matthieu 24:32-34). Mais qui Jésus désignait-​il par « cette génération » ? Voyons cela de plus près.

16 « Cette génération. » Par cette expression, Jésus désignait-​il des non-croyants ? Non, et ce pour deux raisons. Premièrement, à qui était-​il en train de donner la prophétie ? À des apôtres qui s’étaient « avanc[és] vers lui en particulier », apôtres qui allaient bientôt être oints d’esprit saint (Mat. 24:3). Deuxièmement, que révèle le contexte ? Juste avant de parler de « cette génération », Jésus avait dit : « Or, apprenez ceci du figuier pris comme exemple : Dès que sa jeune branche devient tendre et qu’elle pousse des feuilles, vous savez que l’été est proche. De même vous aussi, quand vous verrez toutes ces choses, sachez qu’il est proche, aux portes. » Ce sont les disciples oints de Jésus, et pas des non-croyants, qui verraient s’accomplir les choses prédites et qui comprendraient ce qu’elles signifient : que Jésus « est proche, aux portes ». Par « cette génération », Jésus désignait donc ses disciples oints.

17. À quoi correspondent le mot « génération » et l’expression « toutes ces choses » ?

17 « Ne passera pas que toutes ces choses n’arrivent. » Comment ces paroles se réaliseront-​elles ? Pour répondre à cette question, il nous faut savoir à quoi correspondent le mot « génération » et l’expression « toutes ces choses ». Dans la Bible, le mot « génération » désigne souvent des personnes d’âges différents qui sont contemporaines les unes des autres pendant un certain temps ; cette période n’est pas extrêmement longue et elle a une fin (Ex. 1:6). Quant à l’expression « toutes ces choses », elle correspond à tous les évènements de la prophétie ayant lieu pendant la présence de Jésus, depuis son commencement en 1914 jusqu’à son point culminant lors de la grande tribulation (Mat. 24:21).

18, 19. Comment comprendre l’expression « cette génération », et que pouvons-​nous en conclure ?

18 Comment donc comprendre ce que Jésus a dit à propos de « cette génération » ? La génération se compose de deux groupes de chrétiens oints qui sont contemporains pendant un temps. Le premier groupe est constitué des chrétiens oints ayant assisté au début de l’accomplissement du signe en 1914 ; le second groupe correspond aux chrétiens oints qui ont été contemporains des premiers pendant un  temps. Il y aura au moins quelques membres du second groupe qui vivront jusqu’au début de la tribulation à venir. Les deux groupes forment une seule génération parce que ces chrétiens, une fois oints, ont été contemporains pendant une certaine période *.

19 Qu’en conclure ? Nous savons que le signe de la présence de Jésus investi du pouvoir royal est visible, et bien visible, sur la terre entière. Nous constatons aussi que les chrétiens oints encore sur terre qui font partie de « cette génération » prennent de l’âge. Pourtant, ils ne mourront pas tous avant le début de la grande tribulation. Nous pouvons donc en conclure que le Royaume de Dieu va venir et exercer sa domination sur la terre très bientôt. Comme il sera passionnant de vivre l’accomplissement de la prière que Jésus nous a enseignée : « Que ton Royaume vienne » !

20. Qu’étudierons-​nous dans ce livre, et qu’examinerons-​nous dans le chapitre suivant ?

20 N’oublions jamais les mots que Jéhovah lui-​même a prononcés à propos de son Fils depuis les cieux : « Écoutez-​le. » En vrais chrétiens, nous avons à cœur d’obéir à cet ordre divin. Tout ce que Jésus a dit et enseigné à propos du Royaume nous tient à cœur. Ce que le Royaume a déjà fait et ce qu’il fera dans l’avenir est un domaine d’étude fondamental. C’est l’objet de ce livre. Dans le chapitre suivant, nous nous intéresserons aux évènements captivants qui ont entouré la naissance du Royaume de Dieu dans les cieux.

^ § 13 La parabole de Jésus a peut-être rappelé à ses auditeurs le cas d’Archélaüs, fils d’Hérode le Grand. Avant de mourir, son père l’avait désigné comme son successeur sur le trône de Judée et d’autres régions. Mais il n’a pu commencer son règne qu’après avoir effectué un long voyage jusqu’à Rome pour obtenir l’approbation de César Auguste.

^ § 18 Tout chrétien ayant reçu l’onction après la mort du dernier des chrétiens oints du premier groupe (ceux qui ont été témoins du « commencement de douleurs » en 1914) ne fait pas partie de « cette génération » (Mat. 24:8).