CONTENU DU CHAPITRE

Jéhovah fournit continuellement les outils dont son peuple a besoin pour prêcher à des personnes de toute nation, tribu et langue.

1, 2. a) Au Ier siècle, qu’est-​ce qui a favorisé la dissémination de la bonne nouvelle dans l’Empire romain ? b) Qu’est-​ce qui prouve aujourd’hui que Jéhovah est avec nous ? (voir aussi l’encadré «  La bonne nouvelle en plus de 670 langues »).

JÉRUSALEM, la Pentecôte 33. Les pèlerins sont stupéfaits d’entendre des Galiléens leur enseigner des choses passionnantes en toutes sortes de langues. Ce don des langues prouve que Dieu est avec eux (lire Actes 2:1-8, 12, 15-17). La bonne nouvelle prêchée ce jour-​là touchera des personnes de tous horizons qui la dissémineront dans l’Empire romain (Col. 1:23).

2 De nos jours, les serviteurs de Dieu ne parlent pas miraculeusement en langues. Pourtant, ils communiquent le message du Royaume en plus de 670 langues, soit infiniment plus qu’au Ier siècle (Actes 2:9-11). Ils ont produit des publications en de telles quantités et en tant de langues qu’il n’y a pas un endroit du globe que ce message n’ait atteint *. C’est là encore une preuve incontestable que, par le Roi Jésus Christ, Jéhovah dirige la prédication (Mat. 28:19, 20). Examinons quelques-uns des outils qui nous ont aidés à accomplir cette œuvre au cours des 100 dernières années. Au passage, notez comment le Roi nous a appris petit à petit à accorder aux gens une attention personnelle et à être des enseignants de la Parole de Dieu (2 Tim. 2:2).

Des outils pour planter des graines de vérité

3. Pourquoi utilisons-​nous toute une variété d’outils dans notre activité de prédication ?

3 Jésus a comparé la « parole du royaume » à des graines, et le cœur des individus à de la terre (Mat. 13:18, 19). À l’image d’un cultivateur qui se sert de toutes sortes d’outils pour travailler la terre et la préparer à recevoir les graines, Jéhovah utilise une variété d’outils pour préparer le cœur de millions de personnes à recevoir le message du Royaume. Certains ne servent qu’un temps. D’autres, comme les livres et les revues, conservent toute leur efficacité. À la différence des médias mentionnés dans le chapitre précédent, les outils dont nous allons parler ici favorisent le contact personnel (Actes 5:42 ; 17:2, 3).

Fabrication de phonographes et de matériel de sonorisation à Toronto (Canada).

4, 5. Comment utilisait-​on les discours enregistrés, mais quelle était leur limite ?

 4 Discours enregistrés. Dans les années 1930 et 1940, les proclamateurs passaient des discours bibliques sur des phonographes portatifs. Les enregistrements ne duraient pas plus de cinq minutes. Certains avaient des titres courts comme « Trinité », « Purgatoire » ou « Royaume ». Comment s’en servait-​on ? Frère Clayton Woodworth Jr, baptisé aux États-Unis en 1930, raconte : « Je portais une mallette dans laquelle se trouvait un phonographe à ressort muni d’un bras amovible. Arrivé à une porte, j’ouvrais la mallette, je plaçais le bras de manière à ce que l’aiguille soit juste au bord du disque, et je sonnais. Quand le maître ou la maîtresse de maison ouvrait, je disais : “J’ai un message important à vous faire écouter.” » Comment les gens réagissaient-​ils ? « Souvent, se rappelle frère Woodworth, ils acceptaient. D’autres fois, on nous fermait la porte au nez. De temps en temps, on pensait que je vendais des phonographes. »

En 1940, plus de 90 enregistrements avaient été produits, et plus d’un million de disques fabriqués.

5 En 1940, les proclamateurs avaient plus de 90 enregistrements à leur disposition, et plus d’un million de disques avaient été fabriqués. John Barr, qui fera partie du Collège central, était alors pionnier en Grande-Bretagne. Il a dit un jour : « Entre 1936 et 1945, mon phonographe et moi étions inséparables. Sans lui, j’étais perdu. Le fait d’entendre la voix de frère Rutherford aux portes était tellement encourageant ! C’était comme s’il était là, avec nous. Ceci dit, il faut reconnaître qu’avec le phonographe on n’enseignait pas vraiment ; on ne parlait pas au cœur. »

6, 7. a) Quels étaient les avantages et les inconvénients des cartes de témoignage ? b) En quel sens Jéhovah a-​t-​il « mis [des] paroles dans [notre] bouche » ?

 6 Cartes de témoignage. À partir de 1933, les proclamateurs ont été invités à utiliser des cartes de témoignage dans le porte à porte. D’un format d’environ 8 centimètres sur 13, ces cartes contenaient un bref message biblique et présentaient des publications que la personne pouvait obtenir. Le proclamateur se contentait de tendre la carte à son interlocuteur et de lui demander de la lire. « Le témoignage avec les cartes a été le bienvenu », se souvient Lilian Kammerud, qui sera ensuite missionnaire à Porto Rico et en Argentine. « Nous n’étions pas tous capables de bien présenter le message, explique-​t-​elle. Les cartes m’ont aidée à prendre l’habitude d’aborder les gens. »

Carte de témoignage (en italien).

7 Frère David Reusch, baptisé en 1918, a observé : « Les cartes de témoignage aidaient les frères, car très peu d’entre eux se sentaient capables de parler correctement. » La médaille avait cependant son revers. « Parfois, poursuit-​il, les gens pensaient que nous étions muets. Et c’est vrai que beaucoup parmi nous étaient comme muets. Mais Jéhovah était en train de nous préparer à devenir de vrais ministres. Il n’allait pas tarder à mettre des paroles dans notre bouche en nous apprenant à utiliser la Bible aux portes. C’est ce qui s’est passé avec la mise en place, dans les années 1940, de l’École du ministère théocratique » (lire Jérémie 1:6-9).

8. Comment pouvez-​vous laisser Christ vous former ?

8 Livres. Depuis 1914, nous avons publié plus de 100 livres, certains spécialement destinés à la formation des proclamateurs. Anna Larsen, une sœur danoise qui prêche depuis 70 ans, témoigne : « Jéhovah nous a aidés à devenir des proclamateurs plus efficaces par l’intermédiaire de l’École du ministère théocratique et des manuels associés à cette école. Je me souviens que le premier de ces livres est paru en 1945 et qu’il était intitulé Aide théocratique pour les proclamateurs du Royaume. Ensuite, il y a eu “Équipé pour toute bonne œuvre” en 1946. Depuis 2002, nous avons Tirez profit de l’École du ministère théocratique. » Il est indéniable que Jéhovah s’est servi de l’École du ministère théocratique et de ces différents manuels afin que nous soyons « vraiment qualifiés pour être ministres » (2 Cor. 3:5, 6). Êtes-​vous inscrit à l’École du ministère théocratique ? Apportez-​vous École du ministère chaque semaine et vous y référez-​vous pour suivre les remarques du surveillant de l’école ? Si oui, c’est que vous laissez Christ vous former, faire de vous un meilleur enseignant (2 Cor. 9:6 ; 2 Tim. 2:15).

9, 10. Comment les livres nous ont-​ils aidés à planter et à arroser les graines de vérité ?

9 Jéhovah nous a également aidés en faisant publier par  son organisation des manuels d’enseignement biblique. La vérité qui conduit à la vie éternelle a été un outil particulièrement puissant. Paru en 1968, son succès a été foudroyant. « Les commandes pour le livre Vérité ont été si importantes, lisait-​on dans Le ministère du Royaume de décembre 1968, que l’imprimerie de la Société à Brooklyn s’est vue dans l’obligation de former une équipe spéciale de nuit. [...] En fait, à un certain moment du mois d’août, les commandes excédaient le stock de plus d’un million et demi de livres. » En 1982, ce manuel avait été imprimé à plus 100 millions d’exemplaires en 116 langues. En 14 ans, de 1968 à 1982, il a contribué à une augmentation de plus d’un million du nombre des proclamateurs *.

10 En 2005 est apparu un autre outil remarquable, le livre Qu’enseigne réellement la Bible ? Il a déjà été imprimé à plus de 200 millions d’exemplaires en 256 langues. Quel a été son impact ? Seulement 7 ans après sa parution, le nombre de proclamateurs s’était accru de 1,2 million et le nombre de cours bibliques avait bondi de 6 millions à plus de 8,7 millions. Il est évident que Jéhovah bénit nos efforts pour planter et arroser les graines de vérité (lire 1 Corinthiens 3:6, 7).

11, 12. Conformément aux versets donnés en référence, pour quels lectorats nos revues ont-​elles été pensées ?

11 Revues. À l’origine, La Tour de Garde s’adressait en priorité au « petit troupeau », les chrétiens ayant « l’appel céleste » (Luc 12:32 ; Héb. 3:1). Le 1er octobre 1919, l’organisation de Jéhovah a lancé une nouvelle revue destinée, elle, au public. Cette revue a rencontré un tel succès auprès du public et des Étudiants de la Bible que son tirage est resté très supérieur à celui de La Tour de Garde pendant de nombreuses années. Intitulée tout d’abord L’Âge d’Or, elle est devenue Consolation en 1937 (1938 en fr.), puis Réveillez-vous ! en 1946 (1947 en fr.).

12 Au fil des années, La Tour de Garde et Réveillez-vous ! ont changé de style et de format, mais leur but est resté le même : proclamer le Royaume de Dieu et donner foi en la Bible. Désormais, La Tour de Garde se décline en deux éditions, une d’étude et une publique. L’édition d’étude s’adresse avant tout aux « domestiques », c’est-à-dire à la fois au « petit troupeau » et aux « autres brebis » * (Mat. 24:45 ; Jean 10:16). L’édition publique est préparée à l’intention de ceux qui ne connaissent pas la vérité, mais qui ont un certain respect pour Dieu et pour la Bible (Actes 13:16). Quant à Réveillez-vous !, il vise un lectorat qui a une connaissance limitée de la Bible et du vrai Dieu, Jéhovah (Actes 17:22, 23).

13. Que trouvez-​vous remarquable à propos de nos revues ? (examiner le tableau «  Des records d’édition »).

 13 Au début de l’année 2014, c’étaient plus de 44 millions de Réveillez-vous ! et environ 46 millions de Tour de Garde qui sortaient des presses chaque mois. Le premier était traduit en une centaine de langues et la seconde en plus de 200, ce qui en faisait les revues les plus traduites et diffusées au monde. Si remarquable soit-​il, ce résultat ne doit pas nous surprendre. Ces revues ne renferment-​elles pas le message qui, selon Jésus, devait être prêché par toute la terre ? (Mat. 24:14).

14. Qu’avons-​nous tenu à favoriser, et pourquoi ?

14 La Bible. En 1896, frère Russell et ses collaborateurs ont modifié le nom de leur société d’édition pour y introduire le mot « Bible ». Ainsi est née la Watch Tower Bible and Tract Society. Ce changement était justifié, puisque la Bible a toujours été le principal outil de transmission de la bonne nouvelle du Royaume (Luc 24:27). Conséquents avec ce nouveau nom, les serviteurs de Dieu ont tout fait pour favoriser la diffusion et la lecture de la Bible. C’est ainsi qu’en 1926 est sortie de nos presses l’Emphatic Diaglott, la traduction des Écritures grecques chrétiennes de Benjamin Wilson. En 1942, nous avons commencé à imprimer la King James Version, dont nous avons diffusé 700 000 exemplaires. Deux ans plus tard, c’était au tour de l’American Standard Version, traduction où le nom « Jéhovah » figure 6 823 fois. En 1950, on en avait diffusé plus de 250 000 exemplaires.

15, 16. a) Que trouvez-​vous remarquable à propos de la Traduction du monde nouveau ? (examiner l’encadré «  Accélération de la traduction de la Bible »). b) Comment pouvez-​vous laisser Jéhovah parler à votre cœur ?

15 L’année 1950 a vu aussi la parution en anglais des Écritures grecques chrétiennes. Traduction du monde nouveau. La Bible complète a été publiée en un seul volume en 1961 (1974 en fr.). Cette version honore Jéhovah, car elle rétablit son nom aux endroits où il figurait à l’origine dans le texte hébreu. Le nom divin apparaît également 237 fois dans les Écritures grecques chrétiennes. Afin que le texte soit toujours plus exact et facile à lire, la Traduction du monde nouveau a fait l’objet de plusieurs révisions, la dernière datant de 2013. Cette année-​là, elle avait été traduite, en totalité ou en partie, en 121 langues pour un tirage global de plus de 201 millions d’exemplaires.

16 Que ressent-​on quand on lit la Traduction du monde nouveau dans sa langue ? Un Népalais a dit : « Beaucoup trouvaient notre vieille traduction népalaise difficile à comprendre à cause de son style classique. Mais maintenant que nous avons une Bible qui utilise le langage de tous les jours, nous la comprenons bien mieux. » Une Centrafricaine s’est mise à pleurer en découvrant le texte de la traduction en sango. « C’est la langue de mon cœur », a-​t-​elle dit. Comme cette femme, nous pouvons laisser Jéhovah  parler à notre cœur en lisant sa Parole chaque jour (Ps. 1:2 ; Mat. 22:36, 37).

Reconnaissants pour les outils et la formation

17. Comment pouvez-​vous montrer votre reconnaissance pour les outils et la formation que vous recevez, et qu’en retirerez-​vous ?

17 Êtes-​vous reconnaissant pour les outils et la formation continue que le Roi Jésus Christ nous donne ? Prenez-​vous le temps de lire ce que l’organisation divine publie, et l’utilisez-​vous pour aider d’autres personnes ? Vous vous retrouverez alors dans ces paroles de sœur Opal Betler, baptisée le 4 octobre 1914 : « Au fil des années, mon mari [Edward] et moi avons utilisé le phonographe et les cartes de témoignage. Nous avons prêché de maison en maison avec les livres, les brochures et les périodiques. Nous avons participé à des campagnes et à des marches publicitaires, et distribué des proclamations imprimées. Plus tard, nous avons appris à faire des nouvelles visites et à diriger des cours bibliques chez les gens. Nous avons eu une vie heureuse et bien remplie. » Jésus avait promis que ses sujets seraient très occupés à semer et à moissonner, et qu’ils se réjouiraient ensemble. Des millions de proclamateurs comme Opal peuvent attester que cette promesse s’est réalisée (lire Jean 4:35, 36).

18. Quel honneur avons-​nous ?

18 Beaucoup de ceux qui ne servent pas le Roi nous voient comme des gens « sans instruction » et « ordinaires » (Actes 4:13). Pourtant, le Roi n’a-​t-​il pas fait de son peuple un géant de l’édition qui produit certaines des publications les plus traduites et les plus diffusées de tous les temps ? Et puis, surtout, ne nous a-​t-​il pas appris à manier ces outils et incités à les utiliser pour répandre la bonne nouvelle dans toutes les nations ? Quel honneur nous avons de planter des graines de vérité et de moissonner des disciples sous la direction de Christ !

^ § 2 Rien que ces dix dernières années, nous avons produit plus de 20 milliards de publications bibliques. Sans parler de notre site jw.org, consultable par les plus de 2,7 milliards de personnes ayant accès à Internet.

^ § 9 Autres manuels ayant aidé les proclamateurs à enseigner la Bible : La Harpe de Dieu (1921 ; 1923 en fr.), « Que Dieu soit reconnu pour vrai ! » (1946 ; 1948 en fr.), Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis (1982), La connaissance qui mène à la vie éternelle (1995).

^ § 12 Voir l’article « Quel est donc l’esclave fidèle et avisé ? » dans La Tour de Garde du 15 juillet 2013, page 23, paragraphe 13, qui expose notre compréhension affinée de l’identité des « domestiques ».