CONTENU DU CHAPITRE

Pourquoi et comment Jésus a affiné et purifié spirituellement ses disciples.

1-3. Qu’a fait Jésus quand il a constaté que le temple de Jérusalem était profané ?

JÉSUS avait beaucoup de respect pour le temple de Jérusalem car il savait ce qu’il représentait. C’était depuis longtemps le centre du vrai culte sur terre. Or le culte rendu au Dieu saint, Jéhovah, doit être pur. Alors imaginez les sentiments de Jésus lorsqu’il arrive au temple ce 10 Nisan 33 et qu’il se rend compte qu’on le profane. Voici ce qu’il s’y passe (lire Matthieu 21:12, 13).

2 Dans la cour des Gentils, des marchands et des changeurs cupides profitent des adorateurs venus présenter des offrandes à Jéhovah *. Réaction de Jésus : il jette dehors « tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple, et il renvers[e] les tables des changeurs » (cf. Nehémia 13:7-9). Il accuse ces individus avides de faire de la maison de son père une « grotte de bandits ». Il montre ainsi son respect pour le temple et pour ce que celui-ci représente. Le culte qu’on rendait à son Père devait rester pur !

3 Des siècles plus tard, après son intronisation au ciel, Jésus a de nouveau purifié un temple. Et cette purification concerne tous ceux qui aujourd’hui veulent servir Jéhovah d’une manière qui lui plaît. De quel temple s’agit-​il ?

La purification des « fils de Lévi »

4, 5. a) De 1914 à début 1919, comment les disciples oints de Jésus ont-​ils été affinés et purifiés ? b) L’affinage et la purification des serviteurs de Dieu se sont-​ils arrêtés là ? Expliquez.

4 Nous avons vu au chapitre 2 qu’après son intronisation en 1914, Jésus est venu avec son Père inspecter le temple spirituel, c’est-à-dire la disposition grâce à laquelle les humains peuvent rendre à Dieu un culte pur *. Lors de cette inspection, le Roi a constaté que les chrétiens oints, les « fils de Lévi », avaient besoin d’être affinés et purifiés (Mal. 3:1-3). De 1914 à début 1919, le Grand Affineur, Jéhovah, a donc permis qu’ils traversent une période d’épreuves. Il est réjouissant de noter qu’ils en sont sortis affinés et purifiés, impatients de soutenir le Roi messianique.

5 L’affinage et la purification se sont-​ils arrêtés là ? Non.  Tout au long des derniers jours, Jéhovah a continué, par le moyen de son Roi messianique, de purifier ses serviteurs pour qu’ils puissent rester dans le temple spirituel. Dans les deux prochains chapitres, nous verrons comment il les a affinés dans les domaines de la moralité et de l’organisation. Mais parlons d’abord de la purification spirituelle. Constater comment Jésus, sans qu’on en soit toujours conscient, a aidé ses disciples à être purs spirituellement renforcera notre foi.

« Gardez-​vous purs »

6. D’après ce que Jéhovah avait demandé aux exilés juifs, que signifie être pur spirituellement ?

6 Qu’est-​ce que la pureté spirituelle ? Pour répondre à cette question, analysons ce que Jéhovah a fait écrire à l’intention des exilés juifs qui, au VIsiècle av. n. è., seraient sur le point de quitter Babylone (lire Isaïe 52:11). Ces exilés allaient rentrer à Jérusalem, avant tout pour reconstruire le temple et rétablir le vrai culte (Ezra 1:2-4). Jéhovah voulait que son peuple n’emporte aucune trace de la religion babylonienne. Remarquez qu’il leur a donné plusieurs commandements : « ne touchez rien d’impur », « sortez du milieu d’elle » et « gardez-​vous purs ». Le culte pur ne devait pas être entaché par le faux culte. Que retenir ? Être pur spirituellement, c’est se tenir éloigné des enseignements et des pratiques de la fausse religion.

7. Par quel canal Jésus aide-​t-​il ses disciples à être purs spirituellement ?

7 En 1919, peu après son intronisation, Jésus a établi un canal clairement reconnaissable par lequel il allait aider ses disciples à se purifier : l’esclave fidèle et avisé (Mat. 24:45). À ce moment-​là, les Étudiants de la Bible avaient déjà rejeté de nombreux faux enseignements religieux, mais ils devaient se purifier encore plus. Au moyen de son esclave fidèle, Christ a progressivement ouvert les yeux de ses disciples sur diverses pratiques qu’ils devaient abandonner (Prov. 4:18). Considérons quelques exemples.

Les chrétiens doivent-​ils fêter Noël ?

8. Que reconnaissaient depuis longtemps les Étudiants de la Bible à propos de Noël, mais que ne voyaient-​ils pas encore bien ?

8 Les Étudiants de la Bible reconnaissaient depuis longtemps que Noël a des origines païennes et que Jésus n’est pas né un 25 décembre. On lisait dans La Tour de Garde de décembre 1881 (angl.) : « Des millions de païens ont rejoint les rangs de l’Église. Mais le changement était surtout un changement de nom : les prêtres païens sont devenus des prêtres chrétiens et les fêtes païennes ont reçu des noms chrétiens, Noël étant du nombre. » En 1883, sous le titre « Quand Jésus est-​il né ? », La Tour de Garde expliquait que Jésus est né vers le début du mois d’octobre *. Pourtant, on ne voyait pas encore la nécessité de cesser  de fêter Noël. Même les membres de la famille du Béthel de Brooklyn continuaient de le célébrer. Mais les choses ont changé après 1926...

9. Qu’ont finalement compris les Étudiants de la Bible à propos de Noël ?

9 Un examen approfondi du sujet a permis de comprendre que Noël, en raison de ses origines et des pratiques qui lui sont associées, déshonore Dieu. L’article « L’origine de Noël » paru dans L’Âge d’Or du 14 décembre 1927 (angl.) déclarait que Noël est une fête païenne, qu’elle est centrée sur les plaisirs et qu’elle fait intervenir le culte d’idoles. L’article disait clairement que Jésus n’a pas demandé qu’on fête Noël et concluait par ces mots sans équivoque : « Le fait que le monde, la chair et le Diable sont pour le maintien et l’observance de Noël est un argument de poids qui devrait retenir ceux qui sont entièrement voués au service de Jéhovah de célébrer cette fête. » On comprend pourquoi la famille du Béthel n’a pas célébré Noël cette année-​là, ni plus jamais d’ailleurs !

10. a) Quelles explications précises concernant Noël ont été données en décembre 1928 ? (voir aussi l’encadré «  But et origine de Noël »). b) Quelles mises en garde le peuple de Dieu a-​t-​il reçues à propos d’autres fêtes ? (voir l’encadré «  D’autres fêtes rejetées »).

10 L’année suivante, on a fourni des explications encore plus précises. Le 12 décembre 1928, frère Richard Barber, du siège mondial, a donné un discours radiodiffusé qui dévoilait les origines impures de Noël. Comment le peuple de Dieu a-​t-​il réagi ? Repensant au moment où lui et sa famille ont cessé de fêter Noël, frère Charles Brandlein a raconté : « Était-​ce difficile d’arrêter ? Pas du tout ! [...]  C’était comme enlever un vêtement sale et s’en débarrasser. » Dans le même esprit, voici ce qu’a dit frère Henry Cantwell, qui sera plus tard surveillant itinérant : « Nous étions heureux de renoncer à quelque chose pour montrer à Jéhovah que nous l’aimions. » Les fidèles disciples de Christ étaient prêts à effectuer des changements pour ne plus célébrer aucune fête souillée en raison de son origine païenne * (Jean 15:19 ; 17:14).

11. Comment pouvons-​nous montrer notre soutien au Roi messianique ?

11 Quel bel exemple de fidélité les Étudiants de la Bible nous ont laissé ! Demandons-​nous : « Comment est-​ce que je considère l’enseignement qui vient du siège mondial ? Est-​ce que je l’accepte avec reconnaissance et est-​ce que je l’applique ? » Notre obéissance volontaire traduit le soutien que nous apportons au Roi messianique, qui se sert de l’esclave fidèle pour distribuer la nourriture spirituelle en temps voulu (Actes 16:4, 5).

Les chrétiens doivent-​ils utiliser la croix ?

Insigne de la croix et de la couronne (voir paragraphes 12 et 13).

12. Pendant des années, comment les Étudiants de la Bible ont-​ils considéré la croix ?

12 Pendant des années, les Étudiants de la Bible ont considéré la croix comme un symbole acceptable du christianisme. Bien sûr, ils ne croyaient pas qu’il fallait l’adorer ; ils savaient que l’idolâtrie est condamnable (1 Cor. 10:14 ; 1 Jean 5:21). Dès 1883, La Tour de Garde déclarait sans détour que « Dieu déteste l’idolâtrie sous toutes ses formes ». Mais on pensait alors que certaines façons d’utiliser  la croix étaient appropriées. Par exemple, les Étudiants de la Bible portaient fièrement un insigne constitué d’une croix et d’une couronne. Pour eux, il signifiait que, s’ils restaient fidèles jusqu’à la mort, ils recevraient la couronne de vie. À partir de 1891, ce même symbole est apparu sur la couverture de La Tour de Garde.

13. Quels éclaircissements les disciples de Christ ont-​ils reçus à propos de l’utilisation de la croix ? (voir aussi l’encadré «  Lumière progressive sur l’usage de la croix »).

13 Les Étudiants de la Bible aimaient le symbole de la croix et de la couronne. Mais à la fin des années 1920, ils ont progressivement acquis le bon point de vue sur la question. Repensant à l’assemblée tenue en 1928 à Detroit (Michigan), frère Grant Suiter, qui sera plus tard membre du Collège central, a dit : « À cette assemblée, on a expliqué que le symbole de la croix et de la couronne était non seulement inutile, mais surtout inacceptable. » D’autres éclaircissements ont été donnés dans les années suivantes. Il était évident que la croix n’avait pas sa place dans le culte pur.

14. Comment les serviteurs de Dieu ont-​ils réagi aux éclaircissements progressifs concernant la croix ?

14 Comment les serviteurs de Dieu ont-​ils réagi à ces éclaircissements ? Se sont-​ils agrippés au symbole de la croix et de la couronne, qu’ils chérissaient ? « Nous nous en sommes séparés facilement quand nous avons compris ce qu’il représentait », a raconté Lela Roberts, une chrétienne de longue date. Voici comment une autre sœur fidèle, Ursula Serenco, a exprimé les sentiments de beaucoup : « Nous avons compris que ce que nous aimions, et considérions comme un symbole de la mort de notre Seigneur et de notre dévotion chrétienne, était en réalité un symbole païen. Nous étions reconnaissants de voir notre sentier s’illuminer de plus en plus, comme le dit Proverbes 4:18. » Les fidèles disciples de Christ rejetaient les pratiques impures de la fausse religion.

15, 16. Comment montrer que nous sommes déterminés à garder pures les cours terrestres du temple spirituel ?

15 Aujourd’hui, nous avons la même détermination. Nous voyons dans l’esclave fidèle et avisé le canal clairement reconnaissable dont Christ se sert pour aider ses disciples à rester purs spirituellement. Ainsi, quand on nous met en garde contre des fêtes, des pratiques ou des coutumes qui proviennent de la fausse religion, nous réagissons rapidement et docilement. Tout comme nos frères et sœurs du début de la présence de Christ, nous sommes déterminés à garder pures les cours terrestres du temple spirituel de Jéhovah.

16 Durant les derniers jours, Christ a aussi, par des actions moins visibles, protégé les congrégations d’individus qui auraient pu les souiller sur le plan spirituel. Comment s’y est-​il pris ?

 Les méchants sont séparés des justes

17, 18. Que signifient les expressions a) « Une senne lancée dans la mer » ? b) « Qui rassemble des poissons de toutes sortes » ? c) « Ils ont ramassé dans des récipients les beaux poissons » ? d) « Ils ont rejeté ceux qui ne convenaient pas » ?

17 Le Roi Jésus Christ veille sur les congrégations de la terre entière. D’une manière que nous ne percevons que partiellement, lui et les anges accomplissent une œuvre de séparation, dont il a parlé dans son exemple de la senne, ou filet de pêche (lire Matthieu 13:47-50). Que signifie cet exemple ?

Le filet de pêche représente la prédication du Royaume ; la mer, l’humanité (voir paragraphe 18).

18 « Une senne lancée dans la mer » : La senne représente la prédication du Royaume ; la mer, l’humanité. « Qui rassemble des poissons de toutes sortes » : La bonne nouvelle attire toutes sortes de personnes, certaines font des changements afin de devenir de vrais chrétiens, d’autres s’intéressent dans une certaine mesure à la vérité mais ne s’engagent pas dans le culte pur *. « Ils ont ramassé dans des récipients les beaux poissons » : Les personnes sincères sont rassemblées dans les congrégations, où elles rendent à Jéhovah un culte pur. « Ils ont rejeté ceux qui ne convenaient pas » : Au cours des derniers jours, Christ et les anges « sépar[ent] les méchants du milieu des justes * ». Ainsi, les congrégations ne sont pas souillées par des personnes qui n’ont pas la bonne condition de cœur, qui refusent par exemple d’abandonner des croyances ou des pratiques inacceptables *.

19. Que pensez-​vous de la façon dont Christ a protégé le vrai culte et la pureté du peuple de Dieu ?

19 Il est rassurant de savoir que Jésus Christ, notre Roi, protège ceux que son Père lui a confiés. Cela fait également du bien de constater que son zèle pour le vrai culte, et pour ceux qui le pratiquent, est aussi débordant aujourd’hui que lorsqu’il a purifié le temple au Ier siècle. Nous lui sommes reconnaissants de préserver la pureté du peuple de Dieu et du vrai culte. Et nous lui exprimons notre soutien en veillant à n’avoir aucun lien avec la fausse religion.

^ § 2 L’impôt annuel du temple ne pouvait être payé qu’au moyen d’une certaine monnaie, que les changeurs fournissaient aux pèlerins contre une commission. D’autre part, pour faire des offrandes, certains pèlerins devaient acheter des animaux. Jésus a qualifié les marchands de « bandits », sûrement parce qu’ils pratiquaient des prix et des taux de change excessifs.

^ § 4 Les serviteurs de Jéhovah sur terre l’adorent dans les cours terrestres de son grand temple spirituel.

^ § 8 L’article observait que Jésus n’a pas pu naître en hiver puisque, « selon le récit, les bergers passaient la nuit dehors avec leur troupeaux » (Luc 2:8).

^ § 10 Dans une lettre privée datée du 14 novembre 1927, frère Frederick Franz disait : « Nous ne fêterons pas Noël cette année. La famille du Béthel a décidé qu’on ne le fêtera plus du tout. » Quelques mois plus tard, le 6 février 1928, il écrivait encore : « Petit à petit, le Seigneur nous purifie des mensonges de l’organisation babylonienne utilisée par le Diable. »

^ § 18 Notez par exemple qu’en 2013 il y a eu un maximum de 7 965 954 proclamateurs, alors que 19 241 252 personnes ont assisté au Mémorial de la mort de Christ.

^ § 18 La séparation des beaux poissons de ceux qui ne conviennent pas ne correspond pas à la séparation des brebis et des chèvres (Mat. 25:31-46). La séparation, ou jugement final, des brebis et des chèvres se déroulera durant la grande tribulation. Jusqu’à ce moment, les personnes semblables aux poissons qui ne conviennent pas peuvent revenir à Jéhovah et rejoindre la congrégation (Mal. 3:7).

^ § 18 Au final, ceux qui ne conviennent pas seront jetés dans un four de feu symbolique, qui représente la destruction.