POURQUOI CETTE QUESTION ?

Mieux tu t’entendras avec tes parents, plus la vie sera facile.

QU’EST-CE QUE TU FERAIS ?

Imagine cette situation : C’est mercredi après-midi. Geoff, 17 ans, a fini ses tâches ménagères et s’offre enfin une pause bien méritée ! Il allume la télé et s’affale dans son fauteuil préféré.

Pile à ce moment-là, son père arrive dans le salon ; il n’a pas l’air content.

« Geoffrey ! Pourquoi tu perds ton temps devant la télé alors que tu es censé aider ton petit frère à faire ses devoirs ? Tu ne fais jamais ce qu’on te dit !

— Et c’est reparti », marmonne Geoff, assez fort pour être entendu.

Son père se penche : « Qu’est-ce que tu as dit ?

— Rien, papa », soupire Geoff en levant les yeux au ciel.

À présent, son père est vraiment fâché. « Ne me parle pas sur ce ton ! », lance-t-il.

Si tu étais à la place de Geoff, comment est-ce que tu aurais pu éviter cette dispute ?

RÉFLÉCHIS UN INSTANT !

Communiquer avec tes parents, c’est comme conduire une voiture. Si la route est bloquée, tu prends un autre chemin.

 PAR EXEMPLE :

« J’ai du mal à communiquer avec mon père, se plaint Léa. Quelquefois, je lui parle, et au bout d’un moment il me sort : “Excuse-moi, tu me parlais ?” »

LÉA A AU MOINS TROIS OPTIONS.

  1. Crier après son père.

    Léa hurle : « Allez, quoi ! C’est important ! Écoute-moi ! »

  2. Ne plus rien dire à son père.

    Léa renonce tout simplement à essayer de parler de son problème.

  3. Attendre un meilleur moment pour en reparler.

    Léa parle plus tard avec son père en tête à tête.

Quelle option conseillerais-tu à Léa ?

RÉFLÉCHIS : Le père de Léa est distrait : il ne discerne pas la frustration de sa fille. Alors si elle choisit l’option A, il risque de se demander quelle mouche l’a piquée. Léa ne rendra sûrement pas son père plus réceptif, et elle ne lui témoignera pas le respect et l’honneur qui lui sont dus (Éphésiens 6:2). Non, vraiment, cette option n’avance à rien.

Devant un barrage, tu saurais trouver une autre route pour arriver à destination. De même, tu peux trouver un moyen de communiquer avec tes parents !

L’option B est sans doute la solution de facilité, mais ce n’est pas la plus judicieuse. Pourquoi ? Parce que pour résoudre ses problèmes, Léa doit se confier à son père ; et lui, pour pouvoir l’aider, doit savoir ce qui se passe dans sa vie. Ne plus parler n’est donc pas la solution.

Par contre, avec l’option C, Léa ne se laisse pas bloquer par un barrage. Elle essaie d’aborder le sujet à un autre moment. Elle peut même choisir d’écrire une lettre à son père ; elle se sentira peut-être mieux juste après.

Écrire une lettre lui permettra de formuler exactement ce qu’elle veut dire. Quand son père lira la lettre, il saura ce qu’elle cherchait à exprimer et il comprendra ainsi mieux sa détresse. L’option C est donc avantageuse tant pour Léa que pour son père. Que ce soit en tête à tête ou avec une lettre, cette option suit le conseil de la Bible : « Poursuivons les choses qui favorisent la paix » (Romains 14:19).

Quelles autres options Léa aurait-elle pu prendre ?

T’en vient-il une à l’esprit ? Indique à quoi elle pourrait mener.

 ATTENTION AUX MESSAGES INCOHÉRENTS

Rappelle-toi, ce que tu dis n’est pas toujours ce que tes parents comprennent.

PAR EXEMPLE :

Tes parents te demandent pourquoi tu as l’air de mauvaise humeur. Tu réponds : « Je n’ai pas envie d’en parler. »

Mais ils entendent : « Je n’ai pas assez confiance en vous. Je parlerai de mon problème à mes amis, mais pas à vous. »

Imagine que tu rencontres un problème difficile et que tes parents te proposent leur aide. Mais toi, tu leur dis : « Ne vous inquiétez pas. Je peux gérer ça tout seul. »

  • Qu’est-ce que tes parents risquent d’entendre ?

  • Qu’est-ce qui serait mieux de dire ?