Aller au contenu

Aller au sous-menu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Français

Qu’enseigne réellement la Bible ?

 APPENDICE

Que sont le shéol et l’hadès ?

Que sont le shéol et l’hadès ?

DANS les langues originales, la Bible emploie le mot hébreu sheʼôl et son équivalent grec haïdês plus de 70 fois. Ces deux termes ont un rapport avec la mort. Certaines versions de la Bible les traduisent par “ tombeau ”, “ gouffre ”, “ fosse ”, “ enfer(s) ”. Cependant, dans la plupart des langues, il n’existe pas de mot qui rende exactement leur sens. C’est pourquoi la Traduction du monde nouveau met “ shéol ” et “ hadès ”. Que signifient-ils précisément ? Voyons comment ils sont utilisés dans différents passages bibliques.

On lit en Ecclésiaste 9:10 : “ Il n’y a ni œuvre, ni plan, ni connaissance, ni sagesse dans le shéol, le lieu où tu vas. ” Cela veut-il dire que le shéol est une sépulture particulière ou individuelle dans laquelle on peut avoir enterré quelqu’un qu’on aimait ? Non. Quand elle parle d’une tombe en particulier, la Bible utilise d’autres mots hébreux et grecs que sheʼôl et haïdês (Genèse 23:7-9 ; Matthieu 28:1). Elle n’emploie pas non plus le mot “ shéol ” à propos d’un tombeau où plusieurs personnes sont enterrées ensemble, comme un caveau de famille ou une fosse commune. — Genèse 49:30, 31.

Quel genre d’endroit le “ shéol ” désigne-t-il donc ? La Parole de Dieu associe le “ shéol ” ou l’“ hadès ” à quelque chose de bien plus grand qu’une fosse commune, même immense. Par exemple, Isaïe 5:14 indique que le shéol s’est “ élargi ” et qu’il “ a ouvert sa bouche démesurément ”. Bien qu’il ait déjà en quelque sorte englouti un nombre incalculable de personnes, il semble en vouloir toujours plus (Proverbes 30:15, 16). Contrairement à n’importe quelle tombe réelle, qui ne peut contenir qu’un nombre limité de morts, ‘ le shéol ne se rassasie pas ’. (Proverbes 27:20.) Autrement dit, le shéol n’est jamais plein. Il n’a pas de limites. Le shéol, ou hadès, n’est donc pas un endroit littéral qui se situerait quelque part. Il s’agit de la tombe commune aux morts, du lieu symbolique où la plupart des humains dorment dans la mort.

 L’enseignement biblique de la résurrection nous aide à mieux comprendre le sens de “ shéol ” et d’“ hadès ”. La Parole de Dieu associe le shéol et l’hadès à la mort dont on ressuscite * (Job 14:13 ; Actes 2:31 ; Révélation 20:13). Elle montre aussi que dans le shéol, ou hadès, se trouvent non seulement ceux qui ont servi Jéhovah, mais encore de nombreuses personnes qui ne l’ont pas servi (Genèse 37:35 ; Psaume 55:15). Elle enseigne que par conséquent il y aura “ une résurrection tant des justes que des injustes ”. — Actes 24:15.

^ § 1 À l’opposé, on lit que les morts qui ne seront pas relevés sont, non pas dans le shéol ou hadès, mais “ dans la géhenne ”. (Matthieu 5:30 ; 10:28 ; 23:33.) Comme le shéol et l’hadès, la géhenne n’est pas un endroit à proprement parler.