MATTHIEU 20:1-16

  • LES « DERNIERS » OUVRIERS DE LA VIGNE DEVIENNENT LES « PREMIERS »

Jésus vient de dire à ses auditeurs en Pérée que « beaucoup de ceux qui sont les premiers seront les derniers, et [que] les derniers seront les premiers » (Matthieu 19:30). Il illustre à présent cette idée :

« Le royaume des cieux est comme un maître de maison qui est sorti tôt le matin afin d’engager des ouvriers pour sa vigne. Après s’être mis d’accord avec les ouvriers pour un salaire de un denier par jour, il les a envoyés dans sa vigne. Il est ressorti vers neuf heures et, sur la place du marché, il a vu d’autres hommes sans travail. Il leur a dit : “Allez travailler dans la vigne vous aussi, et je vous donnerai un salaire juste.” Ils y sont donc allés. Il est sorti de nouveau vers midi et vers trois heures de l’après-midi, et il a fait la même chose. Enfin, vers cinq heures de l’après-midi, il est ressorti et en a trouvé d’autres qui étaient là. Il leur a demandé : “Pourquoi êtes-​vous restés ici toute la journée sans travail ?” Ils lui ont répondu : “C’est parce que personne ne nous a engagés.” Il leur a dit : “Allez travailler dans la vigne vous aussi” » (Matthieu 20:1-7).

En entendant parler du « royaume des cieux » et du « maître de maison », les auditeurs de Jésus pensent probablement à Jéhovah. Les Écritures le présentent comme le propriétaire d’une vigne symbolisant la nation d’Israël (Psaume 80:8, 9 ; Isaïe 5:3, 4). Ceux qui se trouvent sous l’alliance de la Loi sont comparés aux ouvriers dans la vigne. Mais Jésus ne parle pas du passé dans son exemple ; il décrit plutôt une situation qui existe à son époque.

Les chefs religieux, tels que les pharisiens, sont censés travailler constamment au service de Dieu. Ils sont comme des ouvriers à plein temps qui s’attendent à recevoir un plein salaire, c’est-à-dire un denier pour une journée de travail.

À leurs yeux, les Juifs du commun peuple servent Dieu dans une moindre mesure, comme des travailleurs à temps partiel dans sa vigne. Dans l’exemple de Jésus, ils correspondent aux ouvriers employés à neuf heures ou plus tard dans la journée (à midi, à trois heures et finalement à cinq heures de l’après-midi).

Ceux qui suivent Jésus sont considérés comme « maudits » (Jean 7:49). Ils ont consacré la plus grande partie de leur vie à la pêche ou à un autre travail. Puis, à l’automne de l’année 29, le « propriétaire de la vigne » a chargé Jésus d’employer ces gens humbles au service de Dieu, en tant que disciples de Christ. Ce sont les « derniers » dont parle Jésus, les ouvriers engagés à cinq heures de l’après-midi.

« Quand le soir est venu, le propriétaire de la vigne a dit au responsable des ouvriers : “Appelle les ouvriers et paie-​leur leur salaire, en allant des derniers aux premiers.” Quand ceux qui avaient été engagés à cinq heures de l’après-midi sont venus, ils ont reçu chacun un denier. Quand ceux qui avaient été engagés les premiers sont venus, ils ont donc pensé qu’ils recevraient plus. Mais ils ont touché, eux aussi, chacun un denier. En le recevant, ils se sont plaints du propriétaire. Ils lui ont dit : “Ces hommes sont arrivés en dernier et n’ont travaillé qu’une heure. Pourtant, tu les as payés comme nous, alors que nous, nous avons travaillé dur toute la journée sous la chaleur brûlante !” Mais il a répondu à l’un d’eux : “Compagnon, je ne te fais pas de tort. Tu t’es mis d’accord avec moi pour un denier, non ? Prends ce qui est à toi et pars. Je veux donner aux derniers ouvriers autant qu’à toi. N’ai-​je pas le droit de faire ce que je veux avec ce qui m’appartient ? Ou ton œil est-​il envieux parce que je suis généreux ?” Voilà comment les derniers seront les premiers et les premiers  seront les derniers » (Matthieu 20:8-16).

Ces paroles de Jésus intriguent peut-être les disciples. En quel sens les chefs religieux juifs, qui pensent être les « premiers », deviendront-​ils les « derniers » ? Et en quel sens les disciples de Jésus deviendront-​ils les « premiers » ?

Les disciples de Jésus, qui pour les chefs religieux sont les « derniers », sont en voie de devenir les « premiers », de recevoir un plein salaire. À partir de la mort de Jésus, la nation d’Israël sera rejetée et Dieu choisira une nouvelle nation, « l’Israël de Dieu » (Galates 6:16 ; Matthieu 23:38). Jean le Baptiste a fait allusion à cette nouvelle nation quand il a parlé d’un baptême à venir « avec de l’esprit saint ». Ceux qui jusqu’ici sont les « derniers » seront les premiers à recevoir ce baptême ainsi que le privilège d’être les témoins de Jésus « jusque dans la région la plus lointaine de la terre » (Actes 1:5, 8 ; Matthieu 3:11). Dans la mesure où les disciples comprennent de quel changement radical Jésus parle, ils se voient peut-être déjà affronter l’extrême mécontentement des chefs religieux, qui deviendront les « derniers ».