JEAN 8:37-59

  • LES JUIFS DISENT QU’ABRAHAM EST LEUR PÈRE

  • JÉSUS EXISTAIT AVANT ABRAHAM

Toujours à Jérusalem pour la fête des Tabernacles (ou : des Huttes), Jésus continue d’enseigner des vérités fondamentales. Des Juifs viennent de lui dire : « Nous sommes la descendance d’Abraham et nous n’avons jamais été esclaves. » Jésus leur répond : « Je sais que vous êtes la descendance d’Abraham. Mais vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne fait pas de progrès chez vous. Je dis les choses que j’ai vues pendant que j’étais avec mon Père, mais vous, vous faites les choses que vous avez entendues de votre père » (Jean 8:33, 37, 38).

L’idée est simple : ils n’ont pas le même père. Ne comprenant pas ce que Jésus veut dire, les Juifs répètent : « Notre père, c’est Abraham » (Jean 8:39 ; Isaïe 41:8). Étant ses descendants, ils pensent qu’Abraham, l’ami de Dieu, est aussi leur père spirituel.

Mais Jésus leur répond franchement : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. » En effet, un fils digne de ce nom imite son père. « Mais maintenant, continue Jésus, vous cherchez à me tuer, moi un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Abraham n’a pas fait cela. » Puis il fait cette déclaration déconcertante : « Vous faites les œuvres de votre père » (Jean 8:39-41).

Les Juifs ne comprennent toujours pas de qui Jésus parle. Ils affirment être des fils légitimes : « Nous ne sommes pas nés d’un acte immoral ; nous avons un seul Père, Dieu. » Mais Dieu est-​il vraiment leur Père ? « Si Dieu était votre Père, leur répond Jésus, vous m’aimeriez, car je suis venu de Dieu et je suis ici. Je ne suis pas venu de ma propre initiative, mais c’est lui qui m’a envoyé. » Il pose ensuite une question à laquelle il répond lui-​même : « Pourquoi ne comprenez-​vous pas ce que je dis ? Parce que vous ne pouvez pas écouter ma parole » (Jean 8:41-43).

Jésus a essayé de montrer à quelles conséquences ils peuvent s’attendre en le rejetant. Mais maintenant il leur dit clairement : « Vous venez, vous, de votre père le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. » Quel genre de père est le Diable ? « Celui-là a été un meurtrier quand il a commencé, explique Jésus, et il n’a pas tenu bon dans la vérité. » Il ajoute : « Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu. C’est pourquoi vous, vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu » (Jean 8:44, 47).

Furieux, les Juifs répondent : « N’avons-​nous pas raison de dire : “Tu es un Samaritain et tu as un démon en toi” ? » En disant à Jésus qu’il est « un Samaritain », ils lui expriment leur mépris. Mais ne tenant pas compte de leur insulte, Jésus leur répond : « Je n’ai pas de démon en moi, mais j’honore mon Père, et vous, vous me déshonorez. » Il fait ensuite une promesse étonnante qui montre tout le sérieux de la question : « Si quelqu’un obéit à ma parole, il ne verra pas la mort, non jamais. » Il ne veut pas dire par là que les apôtres et les autres disciples ne mourront jamais. Il explique plutôt qu’ils ne subiront jamais la destruction éternelle, ou « deuxième mort », celle dont on ne peut ressusciter (Jean 8:48-51 ; Révélation 21:8).

Mais les Juifs prennent les paroles de Jésus au pied de la lettre : « Maintenant nous savons que tu as un démon en toi. Abraham est mort, les prophètes aussi, mais toi, tu dis : “Si quelqu’un obéit à ma parole, il ne connaîtra pas la mort, non jamais.” Tu n’es tout de même pas plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? [...] Qui prétends-​tu être ? » (Jean 8:52, 53).

Il est évident que Jésus est en train d’expliquer qu’il est le Messie. Mais au lieu de leur répondre directement, il dit : « Si je me glorifie moi-​même, ma gloire n’est rien. C’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites qu’il est votre Dieu. Pourtant vous  ne le connaissez pas, mais moi je le connais. Et si je disais que je ne le connais pas, je serais comme vous, un menteur » (Jean 8:54, 55).

À présent, Jésus évoque de nouveau l’exemple de leur ancêtre : « Abraham votre père s’est beaucoup réjoui à l’idée de voir mon jour, et il l’a vu et s’est réjoui. » En effet, Abraham, qui croyait aux promesses de Dieu, s’est réjoui d’avance de l’arrivée du Messie. « Tu n’as pas encore 50 ans, et cependant tu as vu Abraham ? », répondent les Juifs. Mais Jésus leur révèle : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : avant qu’Abraham vienne à l’existence, j’ai été. » Il parle ici de son existence préhumaine en tant qu’esprit puissant dans les cieux (Jean 8:56-58).

Comme Jésus a dit qu’il a vécu avant Abraham, les Juifs sont en colère et s’apprêtent à le lapider. Mais il leur échappe.