LUC 11:14-36

  • JÉSUS EXPULSE DES DÉMONS GRÂCE AU « DOIGT DE DIEU »

  • LA CLÉ DU VRAI BONHEUR

Jésus vient de répéter ses instructions à propos de la prière. Ce n’est pas le seul sujet qu’il abordera plusieurs fois au cours de son ministère. En Galilée, il a été accusé d’accomplir des miracles par le moyen du chef des démons. À présent, en Judée, il fait face à la même accusation.

Il chasse d’un homme un démon qui le rendait muet, ce qui impressionne beaucoup la foule, mais pas ses opposants. Ils prétendent : « C’est par le moyen de Béelzéboub, le chef des démons, qu’il expulse les démons » (Luc 11:15). D’autres réclament un signe du ciel prouvant qui il est.

Comprenant qu’ils cherchent à le mettre à l’épreuve, Jésus leur répond de la même manière qu’à ses opposants en Galilée. Il explique que tout royaume divisé finit par tomber, ajoutant : « Si donc Satan lutte contre lui-​même, comment son royaume pourra-​t-​il tenir ? » Puis il leur dit clairement : « Si c’est par le moyen du doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le royaume de Dieu est arrivé jusqu’à vous » (Luc 11:18-20).

L’expression « doigt de Dieu » devrait rappeler à ses auditeurs ce qui s’est passé plus tôt en Israël. À la suite d’un miracle de Moïse, les membres de la cour de Pharaon se sont exclamés : « C’est le doigt de Dieu ! » C’est aussi le « doigt de Dieu » qui a écrit les Dix Commandements sur deux tablettes de pierre (Exode 8:19 ; 31:18). De la même manière, c’est grâce au « doigt de Dieu », c’est-à-dire à son esprit saint ou force agissante, que Jésus peut expulser des démons et guérir des malades. Le royaume de Dieu est donc bel et bien arrivé jusqu’à ses opposants, car Jésus, le Roi de ce royaume, est présent et il accomplit des miracles.

Le pouvoir qu’a Jésus d’expulser des démons est la preuve qu’il est plus puissant que Satan. Il illustre cette idée en parlant d’un homme fort qui l’emporte sur un autre homme, bien armé, en train de garder un palais. Il répète aussi son exemple à propos d’un esprit impur qui sort d’un homme. Si l’homme ne remplit pas le vide avec de bonnes choses, l’esprit impur va revenir avec sept autres démons. Son état sera alors pire qu’au début (Matthieu 12:22, 25-29, 43-45). Et c’est ce qui se passe avec la nation d’Israël.

Une femme qui écoute Jésus ne peut s’empêcher de s’exclamer : « Heureuse est la femme qui t’a porté en elle et qui t’a allaité ! » Toutes les femmes juives espéraient donner naissance à un prophète, en particulier au Messie. Cette femme pense donc peut-être que Marie doit être très heureuse d’être la mère d’un tel enseignant. Mais Jésus reprend cette femme en expliquant ce qui rend vraiment heureux : « Non, heureux plutôt sont ceux qui entendent la parole de Dieu et y obéissent ! » (Luc 11:27, 28). Jésus n’a jamais laissé entendre que Marie devait recevoir un honneur particulier. Qu’on soit homme ou femme, le vrai bonheur est lié à notre service fidèle à Dieu, et non à un lien familial ou à une quelconque réalisation.

Tout comme il l’a fait en Galilée, Jésus réprimande ceux qui lui demandent un signe du ciel. Il dit qu’aucun signe ne leur sera donné, si ce n’est le « signe de Jonas ». Jonas a servi de signe parce qu’il est resté trois jours dans le poisson et qu’il a prêché avec courage aux Ninivites, ce qui les a poussés à se repentir. « Mais voyez, il y a ici plus que Jonas », dit Jésus (Luc 11:29-32). Jésus est aussi « plus que » Salomon, dont la reine de Saba est venue entendre la sagesse.

« Après avoir allumé une lampe, ajoute Jésus, on ne la met pas dans un endroit secret ou sous  un panier. On la met plutôt sur le porte-lampe » (Luc 11:33). Il veut peut-être dire qu’enseigner et accomplir des miracles devant ces gens, c’est comme cacher la lumière d’une lampe. Comme leur vision n’est pas nette, ils passent à côté du but de ces miracles.

En expulsant un démon, Jésus vient de redonner la parole à un homme qui était muet. Cela devrait pousser les gens à rendre gloire à Dieu et à parler de ce qu’il accomplit. Mais ce n’est pas le cas des opposants de Jésus. C’est pourquoi il avertit chacun d’eux : « Fais donc attention que la lumière qui est en toi ne soit pas obscurité. Si donc tout ton corps est lumineux, sans aucune partie obscure, il sera aussi lumineux qu’une lampe qui t’éclaire » (Luc 11:35, 36).