MATTHIEU 16:28–17:13 MARC 9:1-13 LUC 9:27-36

  • LA TRANSFIGURATION

  • DES APÔTRES ENTENDENT LA VOIX DE DIEU

Alors que Jésus enseigne dans la région de Césarée de Philippe, à environ 25 kilomètres du mont Hermon, il fait une déclaration saisissante à ses apôtres : « Vraiment, je vous dis que certains de ceux qui sont ici ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu d’abord le Fils de l’homme venir dans son royaume » (Matthieu 16:28).

Les disciples doivent se demander ce que Jésus veut dire. Environ une semaine plus tard, il emmène trois de ses apôtres (Pierre, Jacques et Jean) sur une haute montagne. Cela se passe sans doute de nuit, car les trois hommes tombent de sommeil. Alors que Jésus prie, il est transfiguré devant eux. Son visage se met à briller comme le soleil et ses vêtements deviennent d’un blanc éclatant, comme la lumière.

Puis apparaissent deux personnages, présentés comme étant « Moïse et Élie ». Ils discutent avec Jésus de « son départ, qui [doit] avoir lieu à Jérusalem » (Luc 9:30, 31). Ils font manifestement allusion à la mort de Jésus, qui sera suivie de sa résurrection, ce dont il a lui-​même parlé récemment (Matthieu 16:21). Cette conversation prouve que, contrairement à ce que Pierre a sous-entendu, la mort humiliante de Jésus ne peut être évitée.

Bien éveillés à présent, les trois apôtres observent et écoutent avec stupéfaction. Il s’agit d’une vision, mais elle paraît si réelle que Pierre s’implique personnellement dans la scène. Il dit : « Rabbi, c’est très bien que nous soyons ici. Dressons donc trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie » (Marc 9:5). Peut-être qu’il souhaite dresser ces tentes pour que la vision se prolonge.

Alors que Pierre est en train de parler, un nuage lumineux les couvre et une voix venue de ce nuage déclare : « C’est mon Fils, le bien-aimé, et il a mon approbation. Écoutez-​le. » En entendant la voix de Dieu, les apôtres ont très peur et tombent sur leur face. Mais Jésus leur dit : « Levez-​vous. N’ayez pas peur » (Matthieu 17:5-7). Lorsqu’ils relèvent la tête, ils ne voient personne d’autre que Jésus. La vision est terminée. Quand, au matin, ils descendent de la montagne, Jésus leur ordonne : « Ne parlez de cette vision à personne jusqu’à ce que le Fils de l’homme soit relevé d’entre les morts » (Matthieu 17:9).

La présence d’Élie dans la vision suscite une question. « Pourquoi donc les scribes disent-​ils qu’Élie doit venir d’abord ? », demandent les apôtres. Jésus répond : « Élie est déjà venu. Mais ils ne l’ont pas reconnu » (Matthieu 17:10-12). Jésus parle de Jean le Baptiste, qui a joué un rôle similaire à celui d’Élie. Celui-ci a préparé la voie à Élisée, tout comme Jean l’a fait pour Christ.

Cette vision doit beaucoup fortifier Jésus et les apôtres ! Elle offre un aperçu de la gloire que Christ aura dans son royaume. Ainsi, comme Jésus l’avait promis, les disciples ont vu « le Fils de l’homme venir dans son royaume » (Matthieu 16:28). Ils ont « vu sa splendeur de [leurs] propres yeux ». Quand des pharisiens avaient demandé à Jésus un miracle prouvant qu’il est le Roi choisi par Dieu, il avait refusé de le leur donner. Mais il a permis à ses proches disciples de le voir transfiguré, ce qui leur a confirmé les prophéties relatives au Royaume. Pierre écrira plus tard : « La parole prophétique est devenue pour nous plus certaine » (2 Pierre 1:16-19).