MATTHIEU 18:6-20 MARC 9:38-50 LUC 9:49, 50

  • DES CONSEILS SUR CE QUI FAIT TRÉBUCHER

  • SI UN FRÈRE COMMET UN PÉCHÉ

Par un exemple, Jésus vient de montrer à ses disciples quel comportement ils doivent avoir. Il explique : « Si quelqu’un accueille un jeune enfant comme celui-là par égard pour mon nom, il m’accueille moi aussi » (Matthieu 18:5). Les disciples doivent donc être comme les enfants, humbles et sans prétention.

Les apôtres s’étant récemment disputés pour savoir qui était le plus grand, ils interprètent peut-être ces paroles de Jésus comme un reproche. L’apôtre Jean informe maintenant Jésus d’un incident qui vient de se produire : « Nous avons vu quelqu’un expulser des démons en se servant de ton nom et nous avons essayé de l’en empêcher parce qu’il ne te suit pas avec nous » (Luc 9:49).

Jean considère-​t-​il que seuls les apôtres ont le droit de faire des guérisons ou d’expulser des démons ? S’il a raison, comment se fait-​il que cet homme juif ait réussi à chasser des esprits méchants ? D’après Jean, l’homme ne devrait pas accomplir de miracles parce qu’il n’accompagne pas Jésus et les apôtres.

La réponse de Jésus doit surprendre Jean : « N’essayez pas de l’en empêcher, car personne ne peut faire un miracle en mon nom et dire du mal de moi tout de suite après. Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Et si quelqu’un vous donne à boire un verre d’eau parce que vous appartenez à Christ, vraiment je vous le dis, il ne perdra pas sa récompense » (Marc 9:39-41).

En effet, à l’époque, il n’était pas nécessaire d’accompagner Jésus pour être de son côté. La congrégation chrétienne n’avait pas encore été formée. Par conséquent, si l’homme ne voyage pas avec Jésus, cela ne veut pas dire qu’il s’oppose à lui ou qu’il soutient une fausse religion. À l’évidence, il a foi dans le nom de Jésus. C’est pourquoi, comme l’indique Jésus, il ne perdra pas sa récompense.

D’un autre côté, il serait grave que cet homme trébuche à cause de ce que les apôtres disent ou font. « Si quelqu’un fait trébucher un de ces petits qui ont foi en moi, fait remarquer Jésus, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui mette autour du cou une meule de moulin que fait tourner un âne, et qu’on le jette à la mer » (Marc 9:42). Jésus dit ensuite que ses disciples doivent se débarrasser de quelque chose d’aussi précieux qu’une main, un pied ou un œil si cela les fait trébucher. Mieux vaut se passer d’une chose à laquelle on tient et entrer dans le royaume de Dieu que de s’y accrocher et de finir dans la géhenne (vallée de Hinnom). Les apôtres connaissent probablement cette vallée située près de Jérusalem, où les déchets sont brûlés ; ils comprennent donc qu’elle représente la destruction permanente.

Jésus leur donne aussi cet avertissement :  « Faites attention à ne pas mépriser l’un de ces petits, car je vous dis que leurs anges au ciel ont toujours accès auprès de mon Père. » Quelle valeur ces « petits » ont-​ils pour son Père ? Jésus parle d’un homme qui a 100 brebis, mais qui en perd une. Il laisse alors les 99 autres pour aller la chercher et, quand il la trouve, il se réjouit plus à son sujet que pour les 99 autres. Jésus ajoute : « Mon Père qui est au ciel ne désire pas qu’un seul de ces petits meure » (Matthieu 18:10, 14).

Ayant peut-être à l’esprit leur récente dispute, Jésus recommande à ses apôtres : « Ayez du sel en vous-​mêmes, et soyez en paix entre vous » (Marc 9:50). Tout comme le sel améliore le goût des aliments, le sel au sens figuré rend les paroles de quelqu’un plus faciles à accepter, ce qui favorise la paix (Colossiens 4:6).

Il arrive parfois qu’un problème grave surgisse. Jésus explique comment le gérer : « Si ton frère commet un péché, va lui expliquer sa faute, entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. » Et s’il n’écoute pas ? « Prends avec toi une ou deux personnes, pour que tout fait soit établi d’après les déclarations de deux ou trois témoins. » Si le problème persiste, il faut en parler « à la congrégation », c’est-à-dire aux anciens, aptes à prendre une décision. Et si le pécheur ne les écoute pas non plus ? « Considère-​le comme un homme des nations ou comme un collecteur d’impôts », catégories de personnes que les Juifs ne fréquentaient pas (Matthieu 18:15-17).

Les surveillants de la congrégation doivent adhérer à la Parole de Dieu. S’ils estiment que quelqu’un a commis un péché et a besoin d’être discipliné, leur jugement sera déjà « lié » au ciel. Mais s’ils estiment qu’il est innocent, cela sera déjà « délié » au ciel. Ces instructions s’avéreront utiles quand la congrégation chrétienne sera établie. À propos de telles décisions, Jésus promet : « Quand deux ou trois personnes sont rassemblées en mon nom, je suis là au milieu d’elles » (Matthieu 18:18-20).