LUC 24:13-49 JEAN 20:19-29

  • JÉSUS APPARAÎT SUR LA ROUTE D’EMMAÜS

  • IL EXPLIQUE DE NOMBREUX PASSAGES DES ÉCRITURES À SES DISCIPLES

  • THOMAS CESSE DE DOUTER

Le dimanche 16 nisan, les disciples sont démoralisés : ils ne savent pas quoi penser de cette tombe vide (Matthieu 28:9, 10 ; Luc 24:11). Plus tard dans la journée, Cléopas et un autre disciple se rendent de Jérusalem à Emmaüs, à environ 11 kilomètres.

Sur la route, ils parlent de ce qui s’est passé. Un inconnu se joint alors à eux et leur pose cette question : « De quoi débattez-​vous tout en marchant ? » À quoi Cléopas répond : « Est-​ce que tu es un étranger qui habite à part dans Jérusalem et qui ne sait pas ce qui s’y est passé ces jours-​ci ? » « Quoi donc ? », demande l’inconnu (Luc 24:17-19).

« Ce qui est arrivé à Jésus le Nazaréen, disent-​ils. [...] Nous espérions que cet homme était celui qui allait délivrer Israël » (Luc 24:19-21).

Cléopas et l’autre disciple commencent à lui parler de ce qui s’est passé dans la journée. Ils racontent que des femmes sont allées à la tombe de Jésus, mais l’ont trouvée vide et ont été témoins de phénomènes surnaturels : des anges leur sont apparus et leur ont dit que Jésus est vivant. Les deux disciples précisent aussi que d’autres sont allés à la tombe et « ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit » (Luc 24:24).

Visiblement, les deux disciples ne comprennent pas la signification de ces évènements. Avec autorité, l’inconnu les aide à corriger leur point de vue : « Hommes insensés, comme votre cœur est lent à croire à toutes les choses dont les prophètes ont parlé ! Ne fallait-​il pas que le Christ subisse ces choses et qu’il entre dans sa gloire ? » (Luc 24:25, 26). Il leur explique ensuite de nombreux passages des Écritures concernant le Christ.

Les trois hommes arrivent finalement près d’Emmaüs. Voulant en savoir plus, les deux disciples supplient l’inconnu : « Reste avec nous, parce que le soir arrive et il va bientôt faire nuit. » Il accepte de rester et de prendre un repas avec eux. Alors qu’il prie, rompt le pain et leur en donne, les deux disciples le reconnaissent, mais il disparaît aussitôt (Luc 24:29-31). À présent, ils sont convaincus que Jésus est vivant !

Les deux disciples échangent leurs impressions avec enthousiasme : « Notre cœur ne brûlait-​il pas en nous quand il nous parlait sur la route, quand il nous expliquait clairement les Écritures ? » (Luc 24:32). Ils se dépêchent de rentrer à Jérusalem, où ils trouvent les apôtres et d’autres réunis avec eux. Avant qu’ils n’aient le temps de raconter ce qui leur est arrivé, on leur dit : « Le Seigneur a vraiment été relevé, et il est apparu à Simon ! » (Luc 24:34). Puis les deux disciples expliquent comment Jésus leur est apparu à eux aussi.

Soudain, Jésus apparaît dans la pièce. Tous sont sous le choc ! Ils avaient pourtant verrouillé les portes, par peur des Juifs. Mais Jésus est là, au beau milieu d’eux. « Paix à vous », leur dit-​il d’un ton calme. Mais ils n’en sont pas moins terrifiés. Comme lors d’une précédente occasion, ils pensent « voir un esprit » (Luc 24:36, 37 ; Matthieu 14:25-27).

Pour prouver qu’il n’est ni une apparition ni le pur produit de leur imagination, mais qu’il a bel et bien un corps de chair, Jésus leur montre ses mains et ses pieds, et dit : « Pourquoi êtes-​vous troublés, et pourquoi des doutes envahissent-​ils vos cœurs ? Regardez mes mains et mes pieds : c’est bien moi. Touchez-​moi et regardez : un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’en ai » (Luc 24:36-39). Les disciples sont tout heureux  et émerveillés, mais ils ont encore du mal à y croire.

Toujours pour les aider à comprendre qu’il est bien réel, Jésus leur demande : « Avez-​vous quelque chose à manger ici ? » On lui donne alors un morceau de poisson grillé, qu’il mange. Puis il leur dit : « Quand j’étais encore avec vous [avant ma mort], je vous ai dit qu’il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit à mon sujet dans la Loi de Moïse, dans les Prophètes et dans les Psaumes » (Luc 24:41-44).

Jésus a aidé Cléopas et son compagnon à comprendre des passages des Écritures et, à présent, il fait de même avec ceux qui sont autour de lui : « Voici ce qui est écrit : que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait le troisième jour et que la repentance pour avoir le pardon des péchés serait prêchée en son nom dans toutes les nations — en commençant par Jérusalem. Vous devez être témoins de ces choses » (Luc 24:46-48).

Pour une raison non précisée, l’apôtre Thomas n’est pas là. Dans les jours qui suivent, les autres disciples sont tout heureux de lui dire : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais Thomas répond : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je n’enfonce pas mon doigt dans la marque des clous et si je n’enfonce pas ma main dans son côté, je ne le croirai pas » (Jean 20:25).

Huit jours plus tard, les disciples se retrouvent de nouveau dans une pièce verrouillée, mais cette fois-​ci, Thomas est présent. Jésus apparaît au milieu d’eux dans un corps matérialisé et les salue : « Paix à vous. » Puis il s’adresse à Thomas : « Mets ton doigt ici, et vois mes mains, et prends ta main et enfonce-​la dans mon côté ; et arrête de douter, mais crois. » Thomas s’exclame alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jean 20:26-28). Il n’a désormais plus aucun doute que Jésus est vivant en tant que créature spirituelle puissante, le représentant de Jéhovah.

« Parce que tu m’as vu, tu as cru ? », lui dit Jésus. Puis il ajoute : « Heureux ceux qui n’ont pas vu et pourtant croient » (Jean 20:29).