MATTHIEU 22:1-14

  • L’EXEMPLE DU REPAS DE MARIAGE

Alors que son ministère touche à sa fin, Jésus continue d’utiliser des exemples pour dénoncer qui sont vraiment les scribes et les prêtres en chef. Par conséquent, ils veulent le tuer (Luc 20:19). Mais cela n’arrête pas Jésus. Il donne un autre exemple :

« Le royaume des cieux peut être comparé à un roi qui a préparé un grand repas de mariage pour son fils. Il a envoyé ses esclaves appeler ceux qui étaient invités au repas de mariage, mais ils ont refusé de venir » (Matthieu 22:2, 3). Jésus commence son exemple en parlant du « royaume des cieux ». Le « roi » doit donc être Jéhovah. Et qu’en est-​il du fils du roi et des invités au repas de mariage ? Là encore, on comprend facilement que le fils du roi représente le Fils de Jéhovah, c’est-à-dire Jésus, et les invités ceux qui seront avec le Fils dans le royaume des cieux.

Qui sont les premiers à être invités ? À qui Jésus et les apôtres ont-​ils prêché le Royaume jusqu’à maintenant ? Aux Juifs (Matthieu 10:6, 7 ; 15:24). Les membres de la nation juive ont accepté l’alliance de la Loi en 1513 avant notre ère ; ils ont ainsi reçu la perspective de devenir « un royaume de prêtres » (Exode 19:5-8). Mais quand ont-​ils été invités au « repas de mariage » ? En 29 de notre ère, quand Jésus a commencé à prêcher le royaume des cieux.

Comment la plupart des Juifs ont-​ils répondu à cette invitation ? Jésus dit qu’ils « ont refusé de venir ». Dans l’ensemble, les chefs religieux et le peuple ne l’ont pas reconnu comme le Messie et le Roi choisi par Dieu.

Cependant, Jésus indique que les Juifs auront une nouvelle chance : « [Le roi] a envoyé d’autres esclaves en leur disant : “Dites aux invités : ‘J’ai préparé le repas ; mes taureaux et mes bêtes grasses ont été abattus, et tout est prêt. Venez au repas de mariage.’” Mais ils n’ont pas tenu compte de l’invitation : l’un est allé à son champ, un autre à son commerce. Et les autres  ont saisi ses esclaves, les ont maltraités, puis les ont tués » (Matthieu 22:4-6). Cela correspond à ce qui se passera une fois que la congrégation chrétienne sera fondée. À ce moment-​là, les Juifs auront encore l’occasion de faire partie du Royaume. Mais la plupart d’entre eux rejetteront cette invitation, allant jusqu’à maltraiter les esclaves du roi (Actes 4:13-18 ; 7:54, 58).

Qu’arrivera-​t-​il à la nation ? « Le roi s’est mis en colère, raconte Jésus, et il a envoyé ses armées tuer ces meurtriers et brûler leur ville » (Matthieu 22:7). C’est ce qui se passera pour les Juifs en 70 de notre ère, lorsque les Romains détruiront « leur ville », Jérusalem.

Le roi allait-​il s’arrêter là et n’inviter personne d’autre ? Non, comme le montre la suite de l’exemple : « Puis [le roi] a dit à ses esclaves : “Le repas de mariage est prêt, mais les invités n’en ont pas été dignes. Allez donc sur les routes menant hors de la ville et invitez au repas de mariage tous ceux que vous trouverez.” Alors les esclaves sont sortis sur les routes et ils ont rassemblé tous ceux qu’ils ont trouvés, les mauvais comme les bons. Et la salle où la fête avait lieu a été remplie d’invités » (Matthieu 22:8-10).

Ces paroles se réaliseront quand l’apôtre Pierre aidera des Gentils (ceux qui ne sont ni juifs de naissance ni convertis au judaïsme) à devenir chrétiens. En 36 de notre ère, l’officier romain Corneille et sa famille recevront l’esprit de Dieu, et auront ainsi la perspective de faire partie du royaume des cieux dont Jésus a parlé (Actes 10:1, 34-48).

Jésus indique que ceux qui viendront au repas ne trouveront pas tous faveur aux yeux du roi : « Quand le roi est entré pour examiner les invités, il a aperçu un homme qui ne portait pas de vêtement de mariage. Il lui a donc dit : “Mon ami, comment as-​tu fait pour entrer ici sans vêtement de mariage ?” L’homme n’a rien répondu. Alors le roi a dit à ses serviteurs : “Liez-​lui les pieds et les mains, et jetez-​le dehors, dans l’obscurité. Là, il pleurera et grincera des dents.” Car il y en a beaucoup qui sont invités, mais peu qui sont choisis » (Matthieu 22:11-14).

Les chefs religieux qui écoutent Jésus ne comprennent peut-être pas tout ce que ses paroles signifient ou impliquent. Toutefois, ils sont furieux et plus déterminés que jamais à se débarrasser de celui qui les met dans un tel embarras.