MATTHIEU 26:6-13 MARC 14:3-9 JEAN 11:55–12:11

  • JÉSUS RETOURNE À BÉTHANIE, PRÈS DE JÉRUSALEM

  • MARIE VERSE DE L’HUILE PARFUMÉE SUR JÉSUS

Après avoir quitté Jéricho, Jésus se rend à Béthanie. Pour cela, il doit gravir une route accidentée sur une vingtaine de kilomètres. En effet, Jéricho se trouve à environ 250 mètres au-dessous du niveau de la mer, et Béthanie à environ 600 mètres au-dessus. C’est à Béthanie qu’habitent Lazare et ses sœurs. Ce petit village se situe à trois kilomètres de Jérusalem, sur le versant est du mont des Oliviers.

Beaucoup de Juifs sont déjà à Jérusalem pour la Pâque. Ils sont arrivés en avance « afin de se purifier selon les rites » au cas où ils auraient touché un cadavre ou fait autre chose qui les rendrait impurs (Jean 11:55 ; Nombres 9:6-10). Alors qu’ils se trouvent dans le Temple, certains se demandent si Jésus viendra ou non pour la Pâque (Jean 11:56).

Un débat s’engage donc à propos de Jésus. Des chefs religieux veulent se saisir de lui pour le tuer. Ils ont d’ailleurs donné cet ordre : si quelqu’un sait où se trouve Jésus, il doit le signaler « afin qu’on puisse s’emparer de lui » (Jean 11:57). Ces chefs ont déjà essayé de le tuer après qu’il a ressuscité Lazare (Jean 11:49-53). On comprend donc que certains doutent que Jésus se montre en public.

Jésus arrive à Béthanie un vendredi, « six jours avant la Pâque » (Jean 12:1). Le jour suivant (le 8 nisan), qui commence au coucher du soleil, est un jour de sabbat. Il a donc fait le voyage depuis Jéricho avant le coucher du soleil. Il n’aurait pas pu faire un tel trajet le jour du sabbat (entre le coucher du soleil du vendredi et celui du samedi), car la loi juive limite la distance qu’on peut parcourir ce jour-​là. Jésus va probablement chez Lazare, comme il l’a déjà fait auparavant.

Le samedi soir, Simon, qui vit aussi à Béthanie, invite Jésus et ses compagnons, notamment Lazare, à prendre un repas. Simon est appelé « le lépreux », peut-être parce que c’est un ancien lépreux que Jésus a guéri. Active, comme toujours, Marthe sert les invités. Marie est particulièrement attentionnée envers Jésus, mais cette fois d’une façon qui va susciter une controverse.

Elle ouvre un flacon d’albâtre qui contient environ « une livre d’huile parfumée [...], un nard authentique » (Jean 12:3). Cette huile est très précieuse : sa valeur (300 deniers) équivaut à un an de salaire ! Marie verse l’huile sur la tête et les pieds de Jésus, puis elle essuie les pieds de Jésus avec ses cheveux. Le parfum de cette huile embaume toute la maison.

Les disciples s’indignent : « Pourquoi cette huile parfumée a-​t-​elle été gaspillée ? » (Marc 14:4). Judas Iscariote proteste : « Pourquoi  cette huile parfumée n’a-​t-​elle pas été vendue 300 deniers et cet argent donné aux pauvres ? » (Jean 12:5). En fait, il ne se soucie pas vraiment des pauvres ; c’est l’argent qui l’intéresse, car il vole dans la caisse des disciples, dont il a la charge.

Jésus prend la défense de Marie : « Pourquoi ennuyez-​vous cette femme ? Elle a fait une belle action envers moi. En effet, les pauvres, vous les aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. En mettant cette huile parfumée sur mon corps, elle m’a préparé pour mon enterrement. Vraiment je vous le dis, partout où la bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi, en souvenir de cette femme, ce qu’elle a fait » (Matthieu 26:10-13).

Cela fait maintenant plus de 24 heures que Jésus est à Béthanie, et beaucoup commencent à savoir qu’il est là. De nombreux Juifs se rendent chez Simon, pour voir non seulement Jésus mais aussi Lazare, qui a été « relevé d’entre les morts » (Jean 12:9). Les prêtres en chef complotent à présent pour tuer à la fois Jésus et Lazare, car ils pensent que c’est parce que Lazare a été ressuscité que beaucoup ont foi en Jésus. Quelle méchanceté !